Quand la majorité veut voir Le Havre Nature

Mardi 16 octobre de bon matin, c’était mise au vert au fort de Tourneville du Havre. Car c’était le présentation de la politique Le Havre Nature. Un ensemble de mesures qui devraient permettre à la Ville de faire fleurir ses espaces verts et les initiatives éco-responsables.

Vous devez être un abonné Seinomedia ou Seinomedia Reader pour consulter ce contenu ! Pas encore de compte ? Devenez un abonné Seinomedia !

Déjà abonné Seinomedia ? Connectez-vous !

Identifiant     


Sans compte
Gratuit
4,99€/Mois TTC 4,99€/Mois TTC 8,99€/Mois TTC
Brèves
Articles des abonnés
Video courtes
Lire les commentaires
Profil personnel
Commenter
Articles Seinomedia
Live Seinomedia
Sondages Seinomedia
Publier vos photos, video…
Publier vos articles
Rencontrer, échanger
Forums
Messagerie

[/membership]



[membership level=”1,3″]

[/membership]



[membership level=”1,3″]

La semaine dernière a été (relativement) agitée pour la majorité municipale sur le volet nature. En effet, l’annonce de l’abattage de 34 peupliers le long de l’avenue Foch a suscité une levée de boucliers. Pour empêcher la Ville de les retirer ? Pour être intégré au processus de remplacement ? C’est un peu flou. Mais voilà, Marc Migraine, adjoint au maire chargé de la nature en ville, a dû se justifier une première fois dans la presse. Puis ce fut au maire du Havre Luc Lemonnier lui-même d’entrer dans les explications. Ça, c’était lors du conseil municipal du 15 octobre en réponse au conseiller municipal écologiste Alexis Deck. Autant dire que la présentation du plan Le Havre Nature dédié au développement de la nature en ville, mardi 16 octobre, tombait plutôt bien. D’une part parce que ça permet “d’expliquer”, comme l’a souligné Luc Lemonnier, les décisions et désirs de la municipalité. D’autre part parce que c’est aussi un bon moyen de remettre les voyants au vert sur le sujet.
[/membership]

[membership level=”1,3″]A lire: Le conseil municipal du 15 octobre en LIVE[/membership]



[membership level=”1,3″]

Le Havre Nature : une politique dans la continuité

Mais Le Havre Nature, qu’est-ce que c’est ? Commençons par le commencement. Il s’agit d’une politique globale qui a vocation à développer la nature en ville. Et ce pas seulement par le déploiement de nouveaux espaces verts mais aussi par l’intégration d’initiatives éco-responsables citoyennes dans l’espace public. Même les particuliers sont invités à participer en mettant en valeur les espaces privés en complémentarité. Ainsi, Luc Lemonnier et son adjoint Marc Migraine (photo) souhaiteraient que cette politique soit transversale et englobe d’autres champs tels que le social ou le sport pour ne citer que ceux-là. Le tout en se donnant 3 objectifs :

  • créer les conditions d’un cadre de vie attractif propice au bien-être des Havrais
  • ressentir la nature et s’épanouir au Havre
  • instaurer une culture de la nature qui soit partagée et participative

Certes, ces objectifs ne sont pas très concrets et cherchent à satisfaire des ressentis qui diffèrent d’une personne à une autre. Toutefois, l’adjoint au maire du Havre chargé de la nature en ville Marc Migraine y croit et ne s’appuie pas que sur la théorie.

“Cette politique, l’association Fort! la concrétise depuis un ou deux au sein du fort de Tourneville. C’est une politique qui est déjà un peu en place, ce ne sont pas que des annonces”

En effet, une bergerie et un jardin participatif sont déjà installés au fort de Tourneville. De plus, Marc Migraine a déjà lancé l’appel à projet Nature en Ville (voir plus bas) en avril dernier. En tout et pour tout, la Ville espère qu’une centaine d’actions verront le jour d’ici 2020.

[/membership]

[membership level=”1,3″]A lire: Prêts à mettre la nature en ville au Havre ?[/membership]
[membership level=”1,3″]

Le Havre Nature s’appuie sur l’existant

Ces dernières années, Le Havre s’est beaucoup servi de son béton estampillé Perret pour accroître sa notoriété et sa sacro-sainte attractivité. Pourtant, d’après son maire, ça n’a pas empêché les équipes municipales successives d’accorder une certaine importance à la nature en ville.

“On a développé la nature en ville dans le quartier Danton dès 2010 dans un endroit où ce n’était pas possible avant (…) C’est un outil d’attractivité qui, avant, était plutôt utilisé comme ornement. Aujourd’hui, avec les enjeux climatiques, la nature a une place particulière” (Luc Lemmonier)

Comme quoi, du béton rose aux feuilles vertes, tout est lié. Cependant, il serait injuste de réduire Le Havre a son architecture et d’y voir l’introduction de la nature comme quelque chose de totalement nouveau. Jardins Suspendus, forêt de Montgeon, parc de Rouelles, fort de Tourneville, plage du Havre… La ville regorge d’espaces naturels plus ou moins récents mais suffisamment connus pour en faire des lieux de passage incontournables. Et c’est justement sur ces lieux, auxquels il faut ajouter le plateau de Dollemard et le Muséum d’Histoire Naturelle (¯\_(ツ)_/¯), que la Ville compte s’appuyer pour illustrer l’avancée de son entreprise.

Quant aux actions concrètes, la Ville du Havre souhaite élargir l’implantation de la nature au-delà des espaces dédiés. Et ce même si le projet de réaménagement de la forêt de Montgeon s’inclue dedans. Ainsi, l’Hôtel de Ville devrait bientôt voir ses toits-terrasses végétalisés dans l’espoir d’être imité. Dans un autre domaine, la municipalité espère 21 hectares d’éco-pâturage dans toute la ville d’ici 2021. Un dispositif déjà testé depuis les années 90 au parc de Rouelles d’après la Ville du Havre. Le déploiement de jardins potagers sur le modèle de ce qui a été fait dans le quartier Danton est aussi dans les objectifs. Un jardin témoin est d’ailleurs envisagé à proximité de la Maison Dahlia entre les quartiers de Caucriauville et Aplemont.

[/membership]

[membership level=”1,3″]

L’accent mis sur la participation citoyenne

Comme vous l’avez lu plus haut, tout un point concerne l’aspect participatif de cette politique Le Havre Nature. Et si on peut penser que l’utilisation des jardins en fait partie, il est surtout porté par l’appel à projet Nature en Ville émis en avril dernier. Et les lauréats sont désormais connus ! Il y en a 14 mais pas d’entreprise comme espéré initialement. 8 d’entre eux concernent des jardins participatifs (collectif Cool’Actif, IMP l’Espérance, Réseau Echanges Culture, les Amis des Ormeaux, association des parents d’élèves Jean Maridor et école Génestal, Graines pour la Paix). Mais 6 autres proposent divers projets comme la création d’un système de récupération d’eau de pluie (Hangar 0), la réalisation de nichoirs (lycée Lavoisier) ou la mise en place d’une résidence d’artiste autour du land art au fort de Tourneville (on y revient).

[/membership]

[membership level=”1,3″]

This poll is no longer accepting votes

[/membership]
[membership level=”1,3″]

Photo : (de g. à d.) Luc Lemonnier, maire du Havre, et Marc Migraine, adjoint au maire chargé de la nature en ville

[/membership]

Ça vous plaît ? Dîtes-le !

[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Un petit partage ?
  • 1
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    1
    Partage
  •  
    1
    Partage
  • 1
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Avatar

Maxime Malfoy

Journaliste passionné, Maxime jongle entre radio, vidéo et presse écrite depuis 8 ans. Et pour ce tout terrain de 30 ans, l'important est de transmettre l'information en direct et sans filtre. C'est pour cette raison que Maxime a lancé Seinomedia.fr en janvier 2017.
View all posts by Maxime Malfoy →