Des Humains en Etat de Marche le dimanche en famille

La phase 2 du projet havrais Humains en Etat de Marche continue de se construire du côté de Ouagadougou au Burkina Faso. Jérôme Boyer a ainsi profité du week-end pour dresser quelques portraits. Car cet entreprise est aussi une histoire de rencontres.



Jérôme Boyer, directeur artistique de la compagnie havraise Le Temps qui Sèche



Humains en etat de marche - ETAPE 2 – Jour 3

08 septembre 2018

Venir au Burkina Faso avec une Cie qui s'appelle le Temps Qui Sèche, c'est en soit une provocation (une de plus à mettre à mon actif) soit de l'inconscience pure, tant la chaleur, même presque discrète en cette saison, nourrit à elle seule mon seuil de tolérance aux UV. Trêve de météorologie. Aujourd'hui, nous prenons la direction du SIAO (Salon International de l'Artisanat de Ouagadougou) à la rencontre de Sam (nom d'artiste, un ami Suisse/Burkinabé (chercher l'erreur), dessinateur de son état et grand consommateur de second degré. J'ai fait la connaissance de Seydou lors du Festival Mur-Murs. Son sens de la repartie et une obsession à vouloir m'appeler Hervé pendant 10 jours, (alors que tout le monde sait que je m'appelle Bernard), pousse le vice de la rencontre tandis que presque tout nous oppose (il est Suisse et je n'ai pas d'argent)... Sam est attablé au bar du SIAO et les effluves de poulet grillé donnent à ce rendez-vous un air de déjà-vu. En février dernier, nous avions pour habitude de nous retrouver pour déjeuner, dîner, boire quelques verres et imaginer un monde... plus digeste.

Sam, de son vrai nom Seydou Sangaré

Mais pour être enfin plus concret, cette relation gustative n'est pas la principale raison qui m'amène jusqu'à lui. J'ai proposé à Sam de réfléchir sur une adaptation de l'un de ses personnages (dessinés) de prédilections, Mr Poulet (coïncidence absolue) et le projet d'affiches que nous avons réalisés avec des jeunes de la Mission Locale du Havre. Ce Mr Poulet n'est pas seul, il est accompagné d'un... poulet dont on ne sait finalement qui est le maître de qui... En même temps, il est parfois bon de rappeler que le caractère de soumission n'est pas obligatoire dans un couple. Y compris chez un poulet et un humain, une tique et un chien, une chèvre et un légionnaire...

Bon ! Trop de digressions tue la digression. Même celles-ci. Surtout lorsque l'on à rien à dire. Elles augmentent sensiblement le nombre de caractères utilisés sur une page restée blanche jusqu'ici... Alors, pour résumer, j'ai proposé à Sam de travailler sur une nouvelle série d'affiches, mettant en scène ce poulet et l'humain sur la question des différences et du rejet de l'autre, l'un des principaux vecteurs de haines et de violences observées... L'heure n'étant pas au travail mais à l'échange formel autour de ce cahier des charges, nous planifions donc un nouveau rendez-vous afin d'affiner les axes de notre demande. Pour suivre l'évolution de cette rencontre et de ce projet d'affiches, rendez vous à l'ETAPE 2 – Jour 6.



Humains en etat de marche - ETAPE 2 – Jour 4

09 septembre 2018

C'est dimanche et le dimanche c'est sacré ! C'est sacrément bon de se retrouver chez Rasmata, Idrissa, Ben, Shérifa, Latifah, la maman et tous les autres membres de cette jolie famille qui nous accueille avec un grand sourire qui en dit long sur le rapport qui nous lie depuis février dernier. Vous me direz (ou pas) : si c'est dimanche, pourquoi partager cela avec nous ? Premièrement parce qu'il y a une suite après le 3 (ce n'est pas moi qui le dit). Et deuxièmement, parce que nous ne sommes pas chez les Djiguemde par hasard. Certains d'entre vous connaissent mon appétence pour la nourriture et je dois vous avouer que la première rencontre avec Rasmata s'est faite devant un plat de frites (patates coupées en long et frites) à l'occasion du Festival Rendez-vous chez nous. Rasmata participe à cette fête en proposant aux festivaliers de se sustenter avec des plats traditionnels du Burkina... ou de Belgique !

Rasmata

Mais vous l'aurez sans doute compris (quoique), mon plaisir de revoir Rasmata et sa famille dépasse le cadre de mon estomac et de mes plaisirs gustatifs. J'ai été touché par cette mère de famille d'une grande disponibilité pour sa communauté. Elle porte en elle une si belle humanité et des valeurs que je partage qui ont permis de donner encore plus de sens à notre rencontre et à ce projet. Je crois que parfois, il est bon de rappeler que sous cette carapace que je déplace péniblement (et ses plats ne vont pas arranger mes affaires) qu'il se cache un petit cœur d'artichaut (art tout chaud) sensible aux autres et à leur investissement dans la lutte contre les extrêmes. Un petit cœur mis à rude épreuve lorsque je croise la route d'aussi belles personnes que Rasmata et sa famille. Elle est la maman de 3 enfants dont Latifah (14 ans), devenu sourde à l'âge d'un an, à la suite d'une maladie. Ce drame familial a conditionné l'engagement de Rasmata dans son implication auprès de sourds et malentendants. Elle est enseignante au CEFISE (Centre d’Éducation et de Formation Intégrée des Sourds et Entendants). Au-delà de cette cause liée à son histoire personnelle, elle lutte depuis des années pour l'intégration des personnes en situation de handicap au Burkina Faso. Elle est aujourd'hui présidente d'une association qui accueille et milite pour une reconnaissance et une meilleure prise en charge de tous les handicaps. Elle prépare activement depuis plusieurs mois un festival dédié à ce(s) combat(s). Je suis admiratif devant un telle abnégation tant les difficultés sont grandes. Je suis admiratif d'un tel courage et d'un tel engagement au profit de sa communauté et au-delà. Ce projet Humains en état de marche a été conçu pour faire en sorte que des projets de vie comme celui de Rasmata puissent servir d'exemple et lutter contre ceux qui rejettent les différences... de l'autre. Notre compagnie est fière de porter ces témoignages et de les partager prochainement avec vous. Vous l'aurez compris, nous avons passé un sacré dimanche en famille...

A suivre..

Ça vous plaît ? Dîtes-le !

[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Un petit partage ?
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Maxime Malfoy

Journaliste passionné, Maxime jongle entre radio, vidéo et presse écrite depuis 7 ans. Et pour ce tout terrain de 30 ans, l'important est de transmettre l'information en direct et sans filtre. C'est pour cette raison que Maxime a lancé Seinomedia.fr en janvier 2017.
View all posts by Maxime Malfoy →

Participez à la grande conversation !

Merci de vous identifier pour donner votre avis

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.