Voeux 2018 “optimistes” pour le maire du Havre

15/01/2017 - Le maire du Havre a adressé ses voeux 2018 aux personnalités vendredi 12 janvier. Une cérémonie qui fait office de voeux solennels chaque année. Luc Lemonnier en a ainsi profité pour faire état de la dynamique havraise. Mais aussi et surtout de ses plans pour la poursuivre en 2018.




CONFERENCE DE PRESSE

CONTENU EDITORIAL

Vous le savez, on suit de près les cérémonies de voeux en ce début d'année 2018. Et il n'a pas fallu longtemps pour comprendre que celle adressée aux personnalités était LA soirée à ne pas manquer. Et même si les voeux aux associations ont bénéficié de la présence d'Edouard Philippe, leur contenu ne nous fera pas dire le contraire.

Certes, quelques éléments ont été repris du précédent. D'autres se retrouveront sûrement dans les prochains. Mais avec un discours complet et finement mené, Luc Lemonnier a plutôt bien passé son grand oral.

DES VOEUX 2018 DANS LA CONTINUITE

Pourtant, le début de ces voeux 2018 n'augurait pas vraiment cette conclusion. Car c'est par une redite de son discours aux agents municipaux que le maire du Havre a commencé.

"Ce que m'inspire cette fonction de maire : une grande humilité et une grande ambition. L'humilité parce que j'ai bien conscience de m'inscrire dans une lignée et d'être porteur d'un héritage, celui d'Edouard Philippe qui l'avait lui-même reçu d'Antoine Rufenacht"

Une précision que Luc Lemonnier a toujours apportée depuis son élection à la tête de la mairie du Havre en juin dernier. Un précision qui confortera aussi ceux qui remettent en cause sa légitimité. En effet, il a été élu sur proposition d'Edouard Philippe par le conseil municipal. Une situation à laquelle l'actuel Premier Ministre avait dû aussi faire face en 2010. A l'époque, Antoine Rufenacht l'avait proposé pour lui succéder.

Mais vous vous en doutez, l'allusion ne s'est pas arrêtée là.

"J'assume cet héritage et j'ai envie de continuer à transformer cette ville comme eux l'ont fait. Mais sachez-le, cet héritage n'est ni un poids ni un handicap"

Conforter les sceptiques disions-nous ? Edouard Philippe est justement celui qui a su s'émanciper de cet héritage tout en le poursuivant. C'est d'ailleurs comme ça qu'il a été élu maire du Havre dès le premier tour en 2014.

VOEUX 2018 ET MISES AU POINT

Donc comment cette continuité va-t-elle s'écrire ? Pour cela, le maire du Havre s'est appuyé sur le rôle de la presse et notamment sur un billet paru dans Paris-Normandie le 30 décembre. Celui-ci résume d'après Luc Lemonnier l'expression "du verre qui est moitié vide ou à moitié plein". Car il est bien conscient qu'une partie son action relayée par la presse s'avère impopulaire.

"Cela signifie que nous n'avons pas communiqué ou que nous avons mal communiqué et que nous n'avons pas fait l'effort d'explication qui était indispensable"

... Quoiqu'il en soit, ceci a permis à Luc Lemonnier de revenir sur le forfait post-stationnement mis en vigueur au 1er janvier 2018.

"Moi, je suis déterminé à ce que la circulation reste fluide et que le stationnement, contrairement à d'autres villes, reste possible à un coût abordable. Et surtout, je ne veux pas que ceux qui respectent les règles continuent de payer pour les contrevenants"

Une mise au point qui a permis au maire du Havre d'enchaîner sur son ambition de baisser le coût du stationnement. En effet, il en a profité pour rappeler qu'en marge de cette mesure décriée, la gratuité avait été instaurée pour les véhicules propres. De plus, un forfait de stationnement étudiant a été mis en place à proximité de l'université et des grandes écoles. Enfin, Luc Lemonnier a aussi promis "des propositions compétitives pour les professionnels" dans les prochaines semaines.

 

Cependant, le stationnement n'a pas été la seule mise au point opérée lors de ces voeux 2018. Le maire du Havre est resté ferme sur la nécessité de fermer le tunnel Jenner en 2018 pour des travaux de mise aux normes.

"Des travaux sont indispensables pour poursuivre l'exploitation de Jenner. Je ne veux pas que se reproduise chez nous la tragédie du Mont-Blanc ! Evidemment que cela posera des problèmes de circulation. Mais nous ferons tout pour qu'il y en ait le moins possible"

Enfin, ces voeux 2018 ont aussi été l'occasion pour le maire du Havre de réaffirmer son ambition d'un "bel été au Havre 2018". Chose qui avait déjà été dite lors de son premier discours. Et ce bien que certains s'inquiètent de la qualité de l'événement.

"Je peux vous le dire. Nous allons vivre un bel Eté au Havre. Et ce sera chaque année avec de nouvelles oeuvres qui viendront habiller l'espace public et de beaux événements qui feront vibrer le coeur des havrais"

A travers ces exemples, Luc Lemonnier préfère voir le verre à moitié plein et ne pas céder à la démobilisation.

"Je veux vous le dire ce soir : en 2018, soyons optimistes. Il y a du travail. Beaucoup de travail ? Cela ne nous fera jamais peur. Soyons optimistes pour notre ville !"

Et l'optimisme, ça commence avec des objectifs ! Le maire du Havre en a. Développement de la culture via Lire au Havre et Vibrer au Havre, développement du sport avec Le Havre en forme. Poursuivre le déploiement du plan campus et les aménagements dans les quartiers du Grand Hameau, d'Aplemont puis débuter ceux du stade Youri Gagrine. Et encore, ce n'est qu'une partie de ce qui est prévu.

DES VOEUX 2018 A LA GRANDEUR DU HAVRE

Il n'a cependant pas été seulement question de réflexions havro-havraises lors de ces voeux 2018. Non. Bien sûr, les considérations nationales se sont invitées sur le tapis. Et pas seulement à l'égard du Premier Ministre. Il s'agissait aussi de continuer sur la voie de l'optimisme pour le maire du Havre.

"L'année 2017 nous a confirmé que nous savions faire de grandes choses. Franchement, (...) aurions-nous imaginé, il y a trente ans que pendant des mois, on parlerait autant du Havre et avec admiration ? Aurions-nous imaginé, il y a trente ans que Le Havre un jour ferait envie ?

Une réussite que Luc Lemonnier doit au changement opéré sur l'image de la Ville. Notamment sur l'architecture Perret et la transformation touristique du Havre.

Mais bien sûr, quand on parle de considérations politiques nationales, on attend quelques mots sur les chamboulements de l'année 2017 ! Et Luc Lemonnier ne s'est pas débiné.

 

Bien sûr, il a été question de l'élection d'Emmanuel Macron comme président de la République. Puis de son choix de nommer Edouard Philippe au poste de Premier Ministre. Nomination qui a mis un coup de projecteur sur Le Havre en plus des festivités des 500 ans.

D'ailleurs, on peut remarquer que les mots du maire du Havre à l'égard du nouveau président de la République ont été plutôt élogieux. Surtout quand on sait qu'ils sont pas du même parti.

"Il faut constater qu'il a, au moins jusqu'à présent, rétabli l'autorité de la France sur la scène internationale et redonné de la dignité à la fonction présidentielle (...) En nommant un Premier Ministre qui n'était pas issu de ce que l'on appelait autrefois 'son camp', il a envoyé un message fort"

Des termes plutôt élogieux donc. Surtout à un moment où son parti Les Républicains a élu un président qui se veut en contradiction avec la politique menée par le gouvernement. Mais ça, Luc Lemonnier n'a jamais fait mystère de sa distance avec Laurent Wauquiez.

"Il faut sortir de l'époque où on menait les débats politiques comme on aurait combattu dans une guerre civile. Il faut en terminer avec ce réflexe de la critique de toute idée ou de toute action dès qu'elle vient du 'camp' d'en face. Et même ce mot 'camp', comment peut-on le tolérer quand il s'agit de servir son pays ?"

Une façon de justifier le départ d'Edouard Philippe au gouvernement mais aussi celui d'Agnès Firmin-Le Bodo des Républicains vers le parti Agir. Ce dernier regroupe d'anciens Républicains qui ne souhaitent pas être dans l'affrontement systématique avec la politique nationale actuelle. Toutefois, le maire du Havre l'assure. La présence de son prédecesseur à Matignon n'assure aucun "cadeau".

On verra ce que l'avenir dira. Mais si la politique du Havre semble se poursuivre dans la continuité, il ne devrait pas en être de même pour Luc Lemonnier. Car celui-ci, toujours adhérent des Républicains, devra bien assumer ces mots un jour ou l'autre. Et ce bien qu'il n'ait jamais caché son pessimisme quant à l'avenir de son parti. Comme quoi, les destins d'un maire et de sa ville ne sont pas toujours liés.

10
Participez à la grande conversation !

6 Nombre d'avis
4 Réponses aux avis
0 Followers
 
Avis sujets à débat
Avis récents
4 Comment authors

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  Suivre la conversation  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des

Son discours vide sur le stationnement fera le plein de colère chez les havrais

Il a été plus loquace aujourd’hui. Enfin un petit peu

Oui je l’espère mais le manque de cohérence sur ce sujet commence à se voir… J’avoue ne jamais avoir été embêté au havre pour me stationner, même pendant les preparations des fêtes de fin d’année. C’est dommage car il était bien engagé dans son mandat! mais entre les sujets du… Read more »

Ouch… A la limite, la faute de frappe est excusable. Mais la deuxième… Rectifié avec toutes nos excuses

Helouard

“qui fait officie de voeux solennelles…”… ça pique un peu les yeux…

Son discours vide sur le stationnement fera le plein de colère chez les havrais

Il a été plus loquace aujourd’hui. Enfin un petit peu

Oui je l’espère mais le manque de cohérence sur ce sujet commence à se voir… J’avoue ne jamais avoir été embêté au havre pour me stationner, même pendant les preparations des fêtes de fin d’année. C’est dommage car il était bien engagé dans son mandat! mais entre les sujets du… Read more »

Ouch… A la limite, la faute de frappe est excusable. Mais la deuxième… Rectifié avec toutes nos excuses

Helouard

“qui fait officie de voeux solennelles…”… ça pique un peu les yeux…