Velotour : quel retour sur investissement pour Le Havre ?

Le velotour est devenu un rendez-vous annuel incontournable au Havre depuis 2014. Et bien que géré par une entreprise privée, l'événement a pu s'implanter grâce au renfort de subventions publiques. Des subventions toujours en cours en 2018...



Bien que fortement promu par la Ville du Havre, le Velotour reste un événement privé. Rien de honteux là-dedans pour cette grande balade à vélo à travers le patrimoine havrais. Ainsi, Le Havre fut la 4e ville à recevoir cette manifestation en 2014 après Dijon, Orléans et Marseille. Et pour l'accueillir, Le Havre et son agglomération (CODAH) y ont mis un peu de leur poche. Le maire du Havre Luc Lemonnier affirmait en 2017 que les collectivités avaient injecté 35 000 € par an en 2014 et 2015. Des subventions ensuite revues en 2016 et 2017 à 25 000 € par an.

“Les financements sont négociés pour 2 ans. Et la participation de la Ville se veut être de plus en plus modeste pour inciter à un modèle économique viable”

A partir de cette déclaration, il est étonnant de voir ces subventions renouvelées pour une 5e année. Et non sur 2 ans a priori, d'après les délibérations et conventions présentées en conseils municipal et communautaire. Ceci en sachant que, la plupart du temps, un modèle économique doit être à l'équilibre au bout de 3 ans pour être être suivi par des financeurs.

Le maire du Havre lors des voeux 2018 adressés aux personnalités
Le maire du Havre lors des voeux 2018 adressés aux personnalités



Investissement renouvelé pour le velotour 2018

(de g. à d.) Sébastien Tasserie, adjoint au maire du Havre chargé des sports et Bastien de Marcillac, directeur du velotour

Ainsi, la Ville du Havre et la CODAH ont à nouveau mis la main à la poche pour cette édition 2018 du Velotour. 10 000 € chacune pour être exact. Il s'agit là d'argent frais assorti d'aides logistiques (matériel, agents...) à hauteur de 5 000 € de la part des 2 collectivités. Soit, en tout et pour tout, un apport de 20 000 € + 10 000 €. Un apport qu'assume Sébastien Tasserie, adjoint au maire du Havre chargé des sports et conseiller communautaire.

"C'est une question qu'on s'est posée. Est-ce qu'on continue à faire cet événement et à l'accompagner avec des fonds des collectivités ? Mais devant l'engouement que suscite le velotour, le public qu'il attire et la qualité de l'organisation, on assume cette participation"

Une participation qui reste toutefois inférieure à celles de 2016 et 2017 comme le veulent les principes de la municipalité à l'égard de ce type de collaboration. Quoique l'aide logistique ajoutée aux subventions fausse un peu ce constat. Et alors que le coût total de la manifestation s'élève à environ 100 000 € d'après les organisateurs.



Un velotour qui se développe partout

Et niveau engouement, il faut reconnaître que la fréquentation croît d'année en année au Havre. De 4 000 participants en 2014 et 2015, l'édition 2017 en a accueillis 7 200 en 2017 après une année 2016 à 5 500 cyclistes. Après avoir loupé l'affluence totale l'année dernière pour 800 personnes, le Velotour espère bien atteindre les 8 000 participants en 2018.

Cependant, si le nombre de participants augmente, le bénéfice réalisé par l'entreprise organisatrice du velotour stagne. Quoique... Si l'année 2015 a été déficitaire, il s'est élevé à 5 000 € en 2014 puis 10 000 € en 2016 et 2017. Certes, les subventions publiques ont progressivement baissé dans le même temps. L'objectif de 10 000 € est encore prévu pour cette édition 2018 malgré une baisse des subventions publiques brutes. Quoiqu'il en soit, ce bénéfice reste inférieur à l'enveloppe versée par la Ville du Havre et la CODAH (20 000 € + 10 000 € d'aides logistiques). Et ce alors que la jauge maximale de participants est en passe d'être atteinte. A la billetterie  et aux apports institutionnels s'ajoutent les contributions de 7 partenaires privés.

Pourtant, le Velotour continue de se développer dans toute la France. Lancé en 2006 à Dijon, il s'est installé à Orléans en 2009 puis Marseille en 2010 et donc Le Havre en 2014. Cette année, 3 nouvelles villes accueillent l'événement : Bordeaux, Valenciennes et Tours alors que Paris s'est déjà jointe à la carte dès 2015. En attendant Toulouse en 2019.

Les bienfaits du Velotour

Pourtant, au-delà des chiffres et des chiffres, il ne s'agit pas d'un investissement vain d'après Sébastien Tasserie et Bastien de Marcillac, directeur du Velotour. Plusieurs points sont à prendre en compte. L'attrait touristique, d'une part. En effet, une grande partie du concept du Velotour repose sur la visite de lieux patrimoniaux locaux. Ainsi, d'après les chiffres avancés, 1 participant sur 3 n'habite pas à l'intérieur de l'agglomération havraise. 5% ne seraient même pas seinomarins. 46% viennent directement de la CODAH.

Ces statistiques sont obtenues par l'intermédiaire d'un questionnaire remis à chaque participant. A travers ce document, l'organisation du velotour estime à 80% le ratio de personnes qui ont envie de plus utiliser leur vélo après la manifestation. Et ce alors que l'utilisation moyenne des participants s'évalue à 1 fois par mois. Elles sont même 60 à 90% à mieux connaître le réseau de pistes cyclables havraises après le parcours. Une bonne façon de mettre en lumière le plan vélo de la CODAH qui doit investir 11 millions jusqu'en 2020. Mais aussi de promouvoir la pratique cycliste d'après les collectivités accompagnatrices.

Enfin, au rayon dépenses, l'organisation du velotour fait appel à environ 150 bénévoles. 90 minimum d'après la convention qui la lie à la Ville du Havre et la CODAH. Chacun d'eux est recruté dans le domaine associatif et se voit attribuer 25 € pour l'association de son choix.

Photo : Arnaud Tinel ©

Ça vous plaît ? Dîtes-le !

[Total : 4    Moyenne : 4.8/5]

Participez à la grande conversation !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.