UNE HISTOIRE SAHRAOUI A GONFREVILLE

18/01/2017 – Le 26 janvier, la ville de Gonfreville l’Orcher diffuse à l’ECPC Dis-leur que j’existe, une histoire sahraoui. Une façon pour la ville de renouveler son soutien à un peuple et une cause méconnus.

COMMUNIQUE DE PRESSE

Le 26 janvier prochain, l’Espace Culturel de la Pointe de Caux (ECPC) de Gonfreville l’Orcher accueillera une projection organisée par la ville mais pas n’importe laquelle. Dis-leur que j’existe: une histoire sahraoui de Manue Mosset est un documentaire relatant le combat de Claude Mangin-Asfari pour la libération de son mari, Naâma Asfari. Mais cette histoire en sert une autre bien plus grande encore que ces deux protagonistes. Naâma Asfari est un juriste et militant pour l’indépendance du Sahara Occidental. Cette ancienne colonie espagnole est occupée depuis 1975 par le Maroc. En 2010, il participe à un campement de protestation pacifique à Gdeim Izik. Son démantèlement par les forces marocaines aboutit à la mort de 11 policiers. Naâma Asfari est arrêté en 2013 en compagnie de 24 de ses compatriotes puis condamné à 30 ans de prison. Ce jugement a été dénoncé par de nombreuses ONG

UN FILM, DEUX CAUSES

Le film est construit autour de témoignages des proches de Naâma Asfari et des démarches de Claude Mangin-Asfari. Elle rend visite à Naâma Asfari tous les trois mois à la prison de Rabat, va de réunions diplomatiques en manifestations de soutien et dépose des recours pour la libération de son mari et ses compatriotes et contre la torture. Au-delà de son combat personnel, Dis-leur que j’existe: une histoire sahraoui a pour but de sensibiliser sur la situation du Sahara Occidental.

UN SOUTIEN DE LONGUE DATE

Gonfreville l’Orcher soutient le peuple sahraoui depuis 1993. C’est cette année là que la ville a été jumelée avec J’Réfia au Sahara Occidental. L’histoire racontée par Dis-leur que j’existe: une histoire sahraoui a d’ailleurs une résonnace particulière pour le maire de Gonfreville L’Orcher, Jean-Paul Lecoq. Alors député et membre de la commission des affaires étrangères de l’Assemblée Nationale, il devait rencontrer Naâma Asfari le jour de son arrestation. La projection du film s’inscrit dans la campagne de libération des prisonniers politiques sahraouis et sera suivie d’un débat avec la réalisatrice Manue Mosset, Claude Mangin-Asfari, Jean-Paul Lecoq et Oubi Bouchraya, représentant du Front Polisario en France, l’organe politique représentatif sahraoui. L’entrée est gratuite.

Un petit partage ?
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Maxime Malfoy

Journaliste passionné, Maxime jongle entre radio, vidéo et presse écrite depuis 7 ans. Et pour ce tout terrain de 30 ans, l'important est de transmettre l'information en direct et sans filtre. C'est pour cette raison que Maxime a lancé Seinomedia.fr en janvier 2017.
View all posts by Maxime Malfoy →