INSTITUT D’URBANISME: LE PLAN PARFAIT

30/01/2017 – Le grand motif de satisfaction de Pascal Reghem, président de l’université du Havre Normandie en 2017, est la création de l’Institut d’Urbanisme de Normandie. Une création effective mais qui doit encore faire son chemin pour être pleinement efficace.

CONTENU EDITORIAL

L’Institut d’Urbanisme de Normandie est la grande nouvelle annoncée par luniversité du Havre Normandie lundi 30 janvier. Cet institut doit encore franchir quelques obstacles pour devenir effectif mais il s’inscrit dans une politique à long terme de l’université du Havre Normandie et du réseau Normandie Université. C’est du moins ce que l’on comprend au regard de la nouvelle offre de formation qui a été présentée dans le même temps.

“Avec cet institut, on va rendre plus visible nos formations en sociologie et aménagement du territoire” Pascal Reghem

Cette politique de formation axée sur l’urbanisme a été mise en place dès 1995 par l’université du Havre Normandie. On pouvait donc s’attendre à ce que cette création de l’Institut d’Urbanisme de Normandie donne une nouvelle dimension à cette politique de formation. Eh bien… oui et non. “L’Institut d’urbanisme de Normandie s’organise dans quelque chose qui existe déjà” pour Pascal Reghem. A partir de là, quel est son véritable intérêt ? Pedro Lages Dos Santos, vice-président de l’université en charge de la stratégie et du développement y voit plutôt un côté pratique

“L’essentiel de l’offre ne va pas être révolutionné mais cela va assurer une meilleure coordination entre les différentes disciplines. (…) Vous avez des formations présentes sur Paris, Lille et Rennes mais le petit ouest est dépourvu en matière d’urbanisme”

Car il ne faut pas y voir que l’intérêt de l’université du Havre Normandie. Le projet d’Institut d’Urbanisme doit être vu comme un projet à l’échelle régionale. C’est d’ailleurs pourquoi Pascal Reghem tient à rappeler le rôle de Normandie Université et l’ambition commune que portent ses membres.

“On parle là de l’attractivité de la Normandie, pas de l’université du Havre. Ce projet n’aurait pas été possible sans l’école d’architecture de Normandie, l’INSA de Rouen et l’ENSI de Caen”

Pourtant, quand on regarde les grands secteurs auxquels s’intéresse l’université du Havre Normandie, on aurait pu penser que cet Institut d’Urbanisme de Normandie profiterait surtout aux problématiques havraises. Transition énergétique, technologies marines, histoire et patrimoine, tourisme… beaucoup de ces mots se retrouvent dans les ambitions politiques et économiques du territoire. Pascal Reghem n’est pas de cet avis.

“Il y a des contributeurs plus forts que nous dans ces domaines comme l’INSA de Rouen. Nous, on est plutôt dans des problématiques de niche notamment sur les matériaux de construction. On n’a pas de spécialisation en béton mais on connaît les réseaux. On peut faire le relais. Nous nous spécialisons plutôt  dans la logistique portuaire, l’écotoxicologie, l’histoire-mémoire-patrimoine parce que le territoire s’y prête bien.”

Comme l’a dit Pedro Lages Dos Santos, la Normandie ne possédait pas jusqu’à maintenant d’offre globale en urbanisme. De plus, en dehors de Paris, aucune de ces formations ne sont labelisées, ce que vise l’Institut d’Urbanisme de Normandie à l’horizon 2019. Le vice-président de l’université du Havre Normandie avance même que 85% des diplômés en urbanisme et aménagement trouvent un emploi dans les 12 mois.

UNE UNIVERSITE PLUS ATTRACTIVE

En présentant l’Institut d’Urbanisme de Normandie comme source de filières vraiment porteuse au sein de la région, luniversité du Havre Normandie espère mine de rien l’utiliser pour booster sa visibilité. Et c’est bien elle qui a le plus à gagner au sein de Normandie Université même si, pour cela, elle a besoin des compétences de ses partenaires. Avec une offre de formation déjà taillée pour organiser cet institut, son objectif est clairement de prendre toute sa place dans la concurrence nationale et internationale que se livrent les universités. Ca tombe bien, de ce point de vue là, l’université du Havre Normandie a toujours été tournée vers l’international. Elle accueille aujourd’hui 1 600 étudiants internationaux et a conclu plus de 150 contrats d’échanges avec d’autres universités à travers le monde. Alors que le paysage urbain est amené à fortement changer et se developper dans le sillage de la métropole Rouen Normandie, du pôle métropolitain de l’Estuaire puis celui de Caen. Pour cela, il faudra que les financements suivent mais l’idée est là d’autant plus que cette urbanisation ne pourra se faire sans le développement de l’Axe Seine dont les besoins sont jugés énormes par la communauté portuaire et les élus locaux.

Ce pari pourrait bien s’avérer gagnant et pour le territoire et pour l’université du Havre Normandie. Ses différents sites comptent 8 000 étudiants, la progression est constante et ce chiffre pourrait bien grimper si les ambitions de l’Institut d’Urbanisme de Normandie se concrétisent notamment avec la labelisation. Et cerise sur le gâteaux, les offres d’emploi ont pour but d’être suffisamment nombreuses et intéressantes à terme pour que ces étudiants restent (enfin) sur le territoire une fois leur diplôme obtenu. D’autant que Pascal Reghem appuie bien sur le fait que l’Institut d’Urbanisme de Normandie se doit de professionnaliser ses étudiants mais toujours en lien avec la recherche, recherche qui évolue constamment. Cela fait dire à Corinne Renault, vice-présidente de l’université en charge de la formation que “l’idée est de favoriser la formation tout au long de la vie et ne plus voir comme étanches formations continue et initiale. C’est aujourd’hui un regret que les actifs, les anciens diplômés ne reviennent pas ensuite pour compléter leurs compétences”. Le plan est parfait. Est-ce qu’il se passera comme prévu ? Dans un contexte ultra-concurrentiel, c’est une autre histoire.

Un petit partage ?
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Maxime Malfoy

Journaliste passionné, Maxime jongle entre radio, vidéo et presse écrite depuis 7 ans. Et pour ce tout terrain de 30 ans, l'important est de transmettre l'information en direct et sans filtre. C'est pour cette raison que Maxime a lancé Seinomedia.fr en janvier 2017.
View all posts by Maxime Malfoy →