UMEP: ET CHEMINADE EST ARRIVE

6/04/2017 – L’UMEP l’avait annoncé avec véhémence début janvier. Son président Michel Segain présenterait les revendications de la communauté portuaire aux candidats à la présidentielle. Objectif: faire pression en conditionnant son vote à l’approbation de son projet Seine Port Europe. Mercredi 5 avril, c’est Jacques Cheminade qui était de passage rue Anfray.

L'UMEP lance Seine Port Europe

Le 5 janvier dernier, Michel Segain, président de l’Union Maritime et Portuaire (UMEP) du Havre présentait Seine Port Europe. La lassitude et la colère étaient palpables tandis que la confiance semblait de mise chez les transitaires. Jean-Louis Le Yondre, président du syndicat des transitaires du Havre (STH) ne l’avait pas cachée.

“Notre puissance sociale et économique fait que c’est nous qui maîtrisons les richesses et les pouvoirs politiques sont à notre service. On votera pour qui nous défendra et qui prendra en compte nos désirs”

Ainsi, tous les candidats à l’élection présidentielle étaient censés recevoir une invitation au siège de l’UMEP. Mais voilà, Jacques Cheminade n’est bien que le premier à y mettre les pieds. Oui, bien sûr, Michel Segain a bien réussi à attraper Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon lors de leur visite du port. Puis, en ce qui concerne Emmanuel Macron, le président devra se contenter d’une rencontre avec le comité havrais de En Marche. Tout ça pour dire que cette venue de Jacques Cheminade dans les locaux de l’UMEP est somme toute un petit événement.

CHEMINADE POUR UNE VRAIE POLITIQUE DE TRANSPORTS

Des surprises dans son sac

En ce qui concerne le fond, pas grand chose à redire si ce n’est que la vision Cheminade rejoint peu ou prou celle de l’UMEP. Chantre d’un développement économique axé sur l’innovation technologique, le candidat de Solidarité et Progrès a bien sûr une attention particulière pour les transports. Et même si les revendications de l’union maritime datent pour certaines de 25 ans, elles représentent “hélas” toujours le futur. Mais pour lui, si ces investissements n’ont toujours pas été faits, c’est parce que les politiques ont une mauvaise approche.

“Pour les ports, il faut penser avant tout à l’avenir si le budget le permet. Et pour cela, il faut avant tout se demander combien ça coûterait de ne pas faire avant de se demander combien ça coûte de faire”

Et c’est justement le sens du plan Seine Port Europe de l’UMEP. Michel Segain a encore rappelé que le port du Havre prenait trop de retard face à ses concurrents. Un retard qui se traduirait à terme par la perte de 14 000 emplois.

SUR LA MÊME LONGUEUR D’ONDE

"On n'a plus le temps"

Finalement, les deux hommes sont plutôt d’accord sur les causes et solutions du problème. Déjà, il faut rediriger une partie du transport de marchandises vers le fluvial et le train. Actuellement, 87% d’entre elles sont expédiées par la route. “On marche sur la tête” dit d’ailleurs le candidat en entendant ce chiffre. Ca tombe bien, ça implique de relier le port à la Seine, ce que prévoit Seine Port Europe. Ca implique aussi de créer un environnement propice à ces activités dans l’arrière-pays des ports, du Havre à Marseille. Requête aussi faite. Et pour créer cet envrionnement propice, il faut changer la gouvernance des ports en y impliquant les entreprises. Ce que demande l’UMEP. Pas très croustillant donc mais au moins, Michel Segain a trouvé une oreille attentive à ses paroles.

Photo: (de g. à d.) Jacques Cheminade et Michel Segain

Un petit partage ?
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Maxime Malfoy

Journaliste passionné, Maxime jongle entre radio, vidéo et presse écrite depuis 7 ans. Et pour ce tout terrain de 30 ans, l'important est de transmettre l'information en direct et sans filtre. C'est pour cette raison que Maxime a lancé Seinomedia.fr en janvier 2017.
View all posts by Maxime Malfoy →