TREMBLEMENT DE TERRE A DROITE

24/04/2017 – Le 23 avril 2017 ne semble pas faire office de séisme dans l’opinion. Du moins, pas autant que lors du 21 avril 2002. Mais à droite, le choc est palpable. Et certains seraient bien tentés d’en profiter.

CONTENU EDITORIAL

Le 76 rouge et bleu marine

Contrairement à 2002, la présence du Front National au 2e tour de la présidentielle était annoncée de longue date par les sondages. Donc cette fois-ci, elle ne constitue pas véritablement un choc pour la population. Cependant, ce choc paraît bien réel au sein de la classe politique. D’autant que, en vue des élections législatives de juin, la situation locale semble tout aussi complexe qu’au niveau national.

RECOMPOSITION A DROITE ?

L’inquiétude était de mise dimanche 23 avril à l’annonce des résultats du 1er tour de l’élection présidentielle. En effet, pour la première fois, la droite de gouvernement n’est pas présente au second tour. François Fillon (Les Républicains) échoue à la 3e place avec 19,9% des voix. D’ailleurs, il est largement plus faible au Havre et en Seine Maritime. Et les politiques semblent bien avoir compris le danger. Au Havre, les candidats Républicains aux législatives avaient du mal à cacher leur inquiétude. Car Agnès Firmin-Le Bodo (7e circonscription) et Sébastien Tasserie (8e) avaient soutenu ouvertement leur présidentiable. Au contraire, le maire du Havre, Edouard Philippe, s’était très vite mis en retrait après avoir mené la campagne d’Alain Juppé lors de la primaire. En soi, ceci pourrait ne rester qu’un problème interne aux Républicains qui y survivra vraisemblablement. De même que l’UMP a survécu à la défaite de 2012.

LE SANDWICH REPUBLICAIN

La gauche peut-elle en profiter ?

Car, cette fois-ci, il y a un invité surprise. Et cet invité surprise, c’est En Marche. Son candidat, Emmanuel Macron, s’est hissé à la 2e place au Havre avec 21,4% des voix. Si c’était bien sa présence au 2e tour qui était fêtée dimanche soir, les résultats locaux étaient aussi une source de satisfaction. Surtout au regard de la performance de François Fillon sur le plan local comme national. Thibault Chaix, le directeur de la stratégie de En Marche au Havre, voit d’ailleurs l’avenir d’un bon oeil.

“On a un vrai espoir de travailler avec la mairie du Havre dont la majorité est plutôt juppéiste. Il y a vraiment moyen de créer un grand rassemblement progressiste. D’autant plus qu’il y aura probablement une confrontation entre les Républicains juppéistes et fillonistes”

Le mouvement d’Emmanuel Macron a déjà rallié plusieurs élus centristes depuis sa création au Havre en septembre. La prochaine étape semble donc de nouer des contacts avec la gauche des Républicains. Mais Agnès Firmin-Le Bodo et Sébastien Tasserie n’en font pas partie.

Mais il n’y a pas que En Marche à avoir semé le trouble. Le Front National (FN) est aussi arrivé devant François Fillon au Havre. Marine Le Pen est d’ailleurs arrivée en tête sur l’ensemble de la Seine Maritime. Son parti pourrait en profiter dans la 8e circonscription, un territoire populaire. Enfin, bien que la 7e circonscription soit considérée comme imperdable par la droite depuis plus de 30 ans, l’émiettement des voix entre le FN, Les Républicains et En Marche pourrait rebattre les cartes. A moins que la gauche ne sache se saisir de l’occasion.

Sur la photo: Agnès Firmin-Le Bodo (de dos) entourée de ses soutiens

Un petit partage ?
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Maxime Malfoy

Journaliste passionné, Maxime jongle entre radio, vidéo et presse écrite depuis 7 ans. Et pour ce tout terrain de 30 ans, l'important est de transmettre l'information en direct et sans filtre. C'est pour cette raison que Maxime a lancé Seinomedia.fr en janvier 2017.
View all posts by Maxime Malfoy →