SOGET SOUS LES PROJECTEURS

24/05/2017 – Le président de Normandie Hervé Morin était en visite au Havre mercredi 24 mai. Dans les locaux de la SOGET, la Région a scellé une aide financière à l’entreprise. Et ce, dans la droite lignée de la politique régionale menée depuis 2015.

VISITE DE PRESSE

SOGET, c’est une entreprise installée depuis 30 ans au Havre. Dotée de 130 employés, elle est spécialisée dans la gestion des flux de marchandises portuaires. Pour cela, elle propose des solutions et un fameux système informatique de gestion et surveillance. Ses représentants se faisaient donc un honneur de recevoir le président de la Région Normandie Hervé Morin. Pour parler avenir mais aussi (un peu) monnaie.

SOGET FLEURON INTERNATIONAL ?

Pourquoi donc l'aider ?

Il est vrai que malgré cet historique plutôt flatteur, SOGET est assez peu connue des havrais en-dehors des initiés. Pourtant, son influence sur le port est central. C’est ce que souligne son président du conseil de surveillance, Jean-Louis Le Yondre.

“On irrigue tout le système d’information du port. D’ailleurs, une partie de l’information des douanes, du ministère de l’agriculture et de la gendarmerie sert de nous parce que les tuyaux partent de nous”

Un savoir-faire qui ne se limite pas au port du Havre. En effet, la société a l’a exporté au Togo, au Bénin, en République Démocratique du Congo. Mais aussi sur des marchés encore plus stratégiques comme la Jamaïque où transitent les marchandises sud et nord-américaines. Ce n’est pas un hasard car SOGET se présente comme l’entreprise la plus en pointe dans son domaine. Néanmoins, elle a ses concurrents. 8 pour être exacts dont les plus féroces se trouvent en Chine, à Singapour, en Espagne et en Angleterre.

Ainsi, en Europe, les grands ports se trouvent peut-être à Hambourg, Anvers ou Rotterdam. Mais le meilleur système de gestion est bien au Havre. La classe. Cependant, c’est bien pour faire face à la concurrence internationale à laquelle se livre SOGET que la Région a décidé d’intervenir. Un prêt à taux zero de 400 000 € a été conclu et remboursable sur 5 ans. Ce sont en tout cas les critères du dispositif Impulsion Developpement par lequel il a pu être octroyé. Ensuite, 75 000 € d’aides sont versées au titre du dispositif Impulsion Export.

FAIRE FACE A LA CONCURRENCE

Des fonds qui devraient permettre à SOGET de poursuivre la recherche et développement de son fameux système informatique dont on ne sait pas grand chose finalement. Mais aussi et surtout suivre la cadence imprimée par ses concurrents singapourien et anglais. L’un est n°1 en Asie, l’autre en Europe.

“Nous avons des concurrents plus grands et plus forts car liés aux systèmes douaniers (…) Mais on est à égalité de concurrence avec la Grande Bretagne en-dehors du territoire européen” Jean-Louis Le Yondre

Cependant, ceci pourrait changer si la Grande Bretagne sort effectivement de l’Union Européenne comme ce devrait être le cas dans 2 ans. En attendant, il faut suivre. Pour la Chine, on n’en parle même pas à cause d’un écosystème très nationalisé et sujet à l’espionnage industriel. Tout l’enjeu des prochaines années consistera donc pour SOGET à maintenir sa compétitivité et acquérir de nouveaux marchés. Et comme il n’y a plus de chasse gardée en Méditerrannée… Marseille a longtemps été le port lié aux pays du Maghreb. Les liens noués récemment entre la Normandie et la Tunisie pourraient ouvrir de nouveaux horizons à l’entreprise. C’est en tout cas le sentiment de Hervé Morin.

“Ils ont une grosse demande pour la mise en place d’outils logistiques. Et comme les outils de financement sont réunis…”

Pour cela, c’est dans le domaine de la cybersécurité que l’entreprise concentre ses efforts pour rassurer ses clients. Un partenariat a été conclu en ce sens avec le groupe Thalès. Avec son sous-traitant Microsoft, il est aussi question d’améliorer le logiciel actuel.

“Actuellement, il est satisfaisant mais il existe un chaînon manquant. Notre système doit devenir une aide à la décision et pas seulement un moyen d’entrer des informations dans un ordinateur” Jean-Louis Le Yondre

En somme autant de défis auxquels la Normandie souhaite donner le plus de chances possibles.

Sur la photo: Hervé Morin, Jean-Baptiste Gastinne (CODAH) et Michel Segain (UMEP)

Un petit partage ?
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Maxime Malfoy

Journaliste passionné, Maxime jongle entre radio, vidéo et presse écrite depuis 7 ans. Et pour ce tout terrain de 30 ans, l'important est de transmettre l'information en direct et sans filtre. C'est pour cette raison que Maxime a lancé Seinomedia.fr en janvier 2017.
View all posts by Maxime Malfoy →