SEINEPORT EUROPE: QUELS SOUS POUR FINANCER QUOI ?

5/01/2017 – Le projet SeinePort Europe lancé par l’UMEP ce jeudi 5 janvier est ambitieux par son horizon et son souhait de rassembler toutes les forces en présence. Mais qu’en est-il des infrastructures souhaitées et de leur coût ? Et surtout, qui va payer ?

DOSSIER DE PRESSE

L'UMEP lance SeinePort Europe

La perspective européenne de SeinePort Europe est claire. HAROPA (ports du Havre-Rouen-Paris) se place en concurrence avec les ports géants du nord que sont Anvers, Hambourg et Rotterdam. De plus, par sa position dans le corridor atlantique (RTE-T), l’Axe Seine est référencé parmi les projets de développement de l’Union Européenne. D’ailleurs, le Plan de relance de 315 milliards d’euros annoncé en 2014 par Jean-Claude Juncker, le président de la Commission Européenne aurait dû lui bénéficier en partie. Mais il a été “ignoré”.

MAIN BASSE SUR LES BUDGETS

En ce qui concerne SeinePort Europe, l’Union Maritime et Portuaire (UMEP) et la Fédération des Communautés Portuaires de l’Axe Seine (FCPAS) compte bien sur le plan Juncker II. Celui-ci prévoit 630 milliards d’euros d’investissement dans toute l’Union Européenne à partir de 2022.

L'UMEP hausse le ton

UN PROJET EN TROIS PHASES

La phase 1 du projet doit se faire à court terme et consiste en la construction de la fameuse chatière, le raccordement de Port 2000 (les infrastructures du port du Havre terminées en 2006) à la Seine et en l’achèvement de ses terminaux-conteneurs 11 et 12. L’électrification de la ligne ferroviaire Serqueux-Gisors est aussi comprise dans cette phase. Coût de l’opération: 850 millions d’euros. Ces différentes opérations permettront au port du Havre de décharger plus de marchandises et de les acheminer plus rapidement par voie fluviale ou par fret ferroviaire. Le trafic routier s’en verrait désengorgé puisqu’il représente 87% du transport de marchandise.

La phase 2 se situe à moyen terme et coûte un peu plus cher (1,743 milliards d’euros). Ici, l’idée est de faire un contournement d’Amiens Nord, une extension de Port 2000 en refondant les anciennes installations du port du Havre et prolonger le Grand Canal.

“Par le contournement Amiens-Nord, SeinePort dépasse la région parisienne et se projette au coeur de l’Europe dont il devient véritablement la porte d’entrée.”

Enfin, la phase 3 à long terme est finalement connue depuis longtemps : la ligne Nouvelle Paris-Normandie estimée à 15 milliards d’euros.

La grande majorité de ces investissements sont prévus via des subventions ou des prêts bonifiés de l’Union Européenne. On comprend alors l’intérêt de créer un grand lobby de la vallée de Seine pour aller chercher ces financements.

Un petit partage ?
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Maxime Malfoy

Journaliste passionné, Maxime jongle entre radio, vidéo et presse écrite depuis 7 ans. Et pour ce tout terrain de 30 ans, l'important est de transmettre l'information en direct et sans filtre. C'est pour cette raison que Maxime a lancé Seinomedia.fr en janvier 2017.
View all posts by Maxime Malfoy →