SAINTE-ADRESSE: UNE SMARFLOWER… ET APRES ?

17/07/2017 – Neutralité énergétique, innovations en tout genre… Sainte-Adresse imagine déjà le futur et compte bien y prendre part. Mais les questions sont nombreuses…

CONTENU EDITORIAL

Entre Sainte-Adresse qui s’engage à montrer l’exemple et EDF qui a les solutions pour, 2040 s’annonce plutôt désirable. Du moins sur le plan environnemental. Surtout que l’agglomération havraise (CODAH) comme la Région Normandie et l’Etat semblent enfin tous aller dans ce sens. Cependant, tout ce joli monde a-t-il les moyens de cette transition énergétique ?

A lire: Une Smartflower en prequel

SAINTE-ADRESSE: VILLE VERTE MAIS A QUEL PRIX ?

Hubert Dejean De La Batie aime le rappeler: il cumule trois casquettes. Maire de Sainte-Adresse et vice-président de la CODAH puis de la Normandie, il est impliqué dans trois collectivités engagées dans la transition énergétique. D’ailleurs, c’est bien sur la dernière citée qu’il compte le plus.

“La Région a lancé un programme 100% énergies renouvelables d’ici 2040. Et c’était avant l’annonce de Nicolas Hulot ! (ministre de la transition énergétique NDLR). Ainsi, si on a un projet sur 10 ans, elle peut fournir des aides sur 7 ans”

La Ville, la Normandie et l’Etat semblent en phase sur l’échéancier. La question qui se pose maintenant est donc celle-ci: Sainte-Adresse peut-elle opérer une telle transition ? Car sa capacité d’investissement annuelle est de 1,5 millions d’euros. Bien que très convenable pour une ville de 7 600 habitants, ça paraît peu pour un projet d’une telle envergure. Et ce même en comptant les aides de Normandie. Pourtant, le maire refuse de parler directement argent.

“Tout ce que je peux dire c’est que pour 100 000 € investis, on peut espérer 80% d’aides régionales. Ce qui ne laisserait que 20% à la charge de la commune (…) Là, on en est à se dire que ça ne va rien nous coûter puisqu’on va surtout faire l’intermédiaire avec les particuliers pour les aider à moderniser leurs biens”

Ce n’est pas la première fois que Hubert Dejean De La Batie annonce des choses sans être totalement au fait du dossier. On s’habitue…

A lire: Cité Numérique + EMN=?

(TOUT) SAINTE-ADRESSE A L’APPEL

Toutefois, il faut le reconnaître, il est difficile de donner un chiffre précis. Car comme l’a dit le maire, de nombreuses subventions vont entrer en jeu. Celles de la Région Normandie donc. Mais aussi d’autres de la part de l’Etat, de l’ADEME… Parce que plusieurs moyens s’offrent à Sainte-Adresse pour opérer sa transition: le photovoltaïque, la géothermie… Non, pas les éoliennes du fait de la proximité avec l’aéroport du Havre-Octeville.

A lire: Vous avez dit géothermie ?

Il y a donc une multitude de fonds difficilement quantifiables qui pourront être récupérés en fonction des moyens choisis. Surtout que la municipalité ne compte pas être la seule à mettre la main à la pâte d’après Hubert Dejean De La Batie.

“Ca ne va pas être simple et on aura besoin de tout le monde. Par exemple, on aura besoin de concevoir autrement l’habitat. Et ça, il faudra l’intégrer dans notre Plan Local d’Urbanisme et faire appel à des architectes qui connaissent le sujet”

En tant que président d’Effinergie, association française qui promeut le bâtiment à basse consommation d’énergie, le maire connaît bien le sujet. C’est donc dans ce sens que la Ville va jouer le rôle d’intermédiaire pour aider les propriétaires à bénéficier des meilleures aides. Des sommes qui ne sortiront donc pas des caisses municipales.

LE RETOUR SUR INVESTISSEMENT: LA CLE ?

A lire: Quel intérêt pour EDF ?

Enfin, il faut aussi prendre en compte le retour sur investissement que de telles installations occasionneraient. Imaginez des réverbères à leds qui ne s’allumeraient qu’en cas de passage ? La technologie led + l’intelligence permettrait d’économiser jusqu’à 80% sur la facture d’après EDF et Hubert Dejean De La Batie.

“On peut vivre comme ça sans régresser ! Rien que les leds permettent d’économiser 25% sur la consommation d’électricité par rapport à un éclairage classique”

Pour cela, le maire de Sainte-Adresse s’appuie sur l’essai concluant réalisé sur l’école communale. Un essai qui lui permet d’envisager le futur avec optimisme.

“Pour un investissement de 70 000 € sur une petite partie du toit, on a doublé la production prévue. 50% de l’électricité utilisée par l’école est donc autoproduite contre 100% auparavant. Ceci nous a permis d’avoir un retour sur investissement de 3 ans et demi alors qu’il était prévu sur 12”

Vu comme ça, on accepte volontiers l’absence de chiffres concrets. Les travaux de l’eco-quartier du Cap de la Hève se le permettront sûrement beaucoup moins.

Sur la photo: (au centre de g. à d.) Hubert Dejean De La Batie et Olivier Guerrand, directeur commercial délégué d’EDF.

Un petit partage ?
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Maxime Malfoy

Journaliste passionné, Maxime jongle entre radio, vidéo et presse écrite depuis 7 ans. Et pour ce tout terrain de 30 ans, l'important est de transmettre l'information en direct et sans filtre. C'est pour cette raison que Maxime a lancé Seinomedia.fr en janvier 2017.
View all posts by Maxime Malfoy →