SAINT-ROMAIN DE COLBOSC: DES VOEUX ATTENDUS

6/01/2017 – Le maire de Saint-Romain de Colbosc, Betrand Girardin, a présenté ses voeux 2017 le 6 janvier. Un discours attendu de la part de la ville centre de Caux Estuaire.

DISCOURS

Réuni avec ses riverains et d’autres élus, Didier Sanson, président de la communauté de communes Caux Estuaire en tête, Bertrand Girardin a présenté ses voeux 2017 jeudi 6 janvier au Siroco. En premier lieu, il convenait de rappeler l’opportunité qu’offrait le récent Pôle Métropolitain de l’Estuaire et toute la place qu’y prendrait Saint-Romain, ville-centre de Caux Estuaire, en termes de mobilité, de santé, d’environnement et d’écologie industrielle.

UN TERRITOIRE ATTRACTIF

Caux Estuaire justement, parlons-en. L’intercommunalité a investi 7 millions d’euros dans l’extension du Parc Eco Normandie, la zone d’activité de Saint-Romain de Colbosc. Celle-ci accueille déjà vingt entreprises. Débutés en 2016, les travaux permettront la création d’un nouveau rond-point et d’une cinquième branche donnant accès à de nouveaux terrains. Bien que ces travaux soient suspendus en raison de fouilles archéologiques, Bertrand Girardin a bon espoir que les travaux reprennent dans le courant de l’année. Pour le maire, ce site participe à l’attractivité du territoire.

“Sur une période de 10 ans, ce seront plus de 70 millions d’euros qui seront investis sur Saint-Romain par des collectivités autres que communales. Cela représente plus de 20 ans de budget municipal annuel !” (Bertrand Girardin)

Pour preuve, de nombreux autres projets ont été initiés par Caux Estuaire avec le Parc Eco Normandie et la construction de la nouvelle piscine mais aussi le département de Seine-Maritime avec l’édification d’un nouveau collège de 900 places à 22 millions d’euros qui sera mis en service au mois de février. Enfin, l’Etat va procéder à la création d’une nouvelle gendarmerie attendue depuis 10 ans sur le territoire.

LES FINANCES EN DIFFICULTE A SAINT-ROMAIN DE COLBOSC

Pourtant, certains nuages pointent le bout de leur nez. Suite aux baisses de dotation de l’Etat, le maire a dû justifier les la réduction des coûts de fonctionnement de la ville. Par exemple, l’extinction de l’éclairage public entre 00h30 et 4h30 a permis d’économiser 12 000€ par an. Les indemnités des élus, les subventions associatives, les budgets alloués aux cérémonies et aux aînés ont aussi dû être réduits. Il en va de même pour les investissements.

“La ville de Saint-Romain doit malheureusement et par nécessité réduire ses investissements, mais heureusement, d’autres collectivités croient en notre territoire et y investissent fortement.” (Bertrand Girardin)

Mais est-ce dû aux baisses de dotation de l’Etat si Saint-Romain de Colbosc est endettée ? Non d’après le maire. Pourtant un audit de la Chambre Régionale des Comptes a pointé du doigt cet endettement “relativement élevé” malgré “une bonne gestion municipale”. Bertrand Girardin l’explique par la construction du groupe scolaire François Hanin en 2014. Celui-ci devait être financé par la revente des deux anciennes écoles de la ville. Si la première opération s’est bien passée, une cavité s’est creusée dans la cour de l’école primaire. La vente doit donc attendre les sondages de sol et d’éventuels travaux.

“Malheureusement, même avec ces sévères réductions des dépenses de fonctionnement, il est très difficile de générer une marge financière permettant de réaliser les investissements nécessaires au maintien du patrimoine de notre commune.”

Pourtant, même si les temps sont durs, Saint-Romain de Colbosc tient à rappeler qu’elle maintient sont taux de logement social à 20% en 2016 et que deux projets de lotissement seront lancés dans le courant de l’année. En ce qui concerne les autres services comme le club de football, la salle de spectacle ou encore la Maison Pour Tous, la mairie devra encore compter sur ses bénévoles.

Crédit photo: Pymouss, Hôtel de Ville de Saint-Romain de Colbosc, Creative Commons Attribution-Share Alike 3.0 Unported

 

Un petit partage ?
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Maxime Malfoy

Journaliste passionné, Maxime jongle entre radio, vidéo et presse écrite depuis 7 ans. Et pour ce tout terrain de 30 ans, l'important est de transmettre l'information en direct et sans filtre. C'est pour cette raison que Maxime a lancé Seinomedia.fr en janvier 2017.
View all posts by Maxime Malfoy →