RESPIREZ SPORT: LA BONNE IDEE NORMANDE

19/01/2017 – Le plan Respirez Sport de Normandie dévoilé jeudi 18 janvier n’a pas qu’une portée sociale et sanitaire. Il est surtout pensé dans la lignée des différents plans et dispositifs économiques déployés en 2016 par la Région: faire rayonner la Normandie et la développer.

CONTENU EDITORIAL

Alors oui, la pratique du sport permet de lutter contre certaines maladies. Oui, le sport est un vecteur socialisation et d’éducation. La Normandie n’a pas oublié de le préciser. Certains dispositifs y sont d’ailleurs dédiés comme l’attribution d’une aide de 30€ afin de s’inscrire dans un club mais aussi l’annonce de partenariats à venir avec les lycées et le Centre Régional de la Jeunesse et des Sports (CRJS) pour promotionner la pratique du sport. Oui mais voilà, ce n’est pas l’ambition principale de ce plan Respirez Sport.

En Normandie, respirez sport

Depuis un an et l’accession de Hervé Morin à la présidence de la Normandie, la Région a surtout oeuvré dans le domaine de l’économie. 5 contrats de filière ont été signés pour soutenir et développer les différents secteurs porteurs et 4,4 millions d’euros d’aides ont été versés aux entreprises. Ce qui intéresse la Normandie, c’est son développement économique et son attractivité. La finalité de ce plan dédié au sport n’est d’ailleurs pas démentie par la Région puisque c’est sont premier enjeu. Et en soir, ce n’est pas idiot.

LE SPORT FAIT PARLER…

Entre nous, ceux qui suivent le sport connaissent l’existence de certaines villes françaises grâce à leur club; Lorient en football, Brive en rugby pour ne citer que ceux-là. D’autre part, l’organisation régulière de compétitions attire l’oeil des médias. On a vu tout le mal que s’est donné Le Havre pour accueillir le Tour de France en 2015 et se servir de l’étape Abbeville-Le Havre comme d’une grande publicité par la ville et la Normandie. Alors qu’en serait-il si un club comme Le Havre AC ou le SM Caen en football étaient suffisamment compétitifs pour être télévisés et plus largement suivis tous les week-ends à l’instar de Lyon ou du Paris Saint-Germain ? Il en va de même pour les sportifs eux-mêmes dont les origines sont souvent mises en avant par les médias. Exposé à des millions de personnes le temps d’un événement ou régulièrement, le sport est une vitrine publicitaire pour le lieu qui l’accueille.

… ET ATTIRE TOUT LE MONDE

Une fois que le message est passé, à quoi sert tout cette publicité ? C’est ici que le développement économique et l’attractivité prennent toute leur place. Des événements sportifs à renommée nationale voire internationale attirent les spectateurs et favorisent le tourisme. C’est d’ailleurs l’une des raisons pour lesquelles la Normandie veut élargir les compétences du Centre Sportif de Normandie (CSN) dans ce domaine: accueillir au mieux les délégations sportives et les spectateurs pour ensuite favoriser leur retour dans d’autres circonstances et ainsi développer la filière touristique qui est un axe économique privilégié par la Région Normandie. Mais les touristes ne sont pas la seule cible visée par le sport. Il y a aussi tous les partenaires et sponsors qui viennent financer les événements sportifs et les clubs et les entreprises attirées par l’image rendue du territoire. Lors de ses voeux, la maire de Fécamp, Marie-Agnès Poussier-Winsback ne s’en était d’ailleurs pas cachée. Fécamp accueillera le Tour de France à la voile en 2017 et en profitera pour attirer de nouveaux investisseurs. En clair, si les mesures du plan Respirez Sport sont bien cantonnées au domaine sportif, il faut plutôt parler d’un grand plan de communication dont les retombées sont cependant attendues à long terme. Peut-être que ça ne marchera pas puisque les organisateurs d’événements sportifs, les ligues et les clubs ont leur fonctionnement propres et ne sont pas toujours bien gérés. Mais bon, on ne va pas se plaindre de cet espoir qui renaît d’avoir des représentants sportifs compétitifs quand même.

Photo: (de g. à d.) Hervé Morin, Claire Rousseau et Malika Cherrière. Région Normandie

Un petit partage ?
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Maxime Malfoy

Journaliste passionné, Maxime jongle entre radio, vidéo et presse écrite depuis 7 ans. Et pour ce tout terrain de 30 ans, l'important est de transmettre l'information en direct et sans filtre. C'est pour cette raison que Maxime a lancé Seinomedia.fr en janvier 2017.
View all posts by Maxime Malfoy →