LES PROPOS SIBYLLINS D’EDOUARD PHILIPPE

12/05/2017 – Depuis qu’il est pressenti comme Premier Ministre, Edouard Philippe se cache. Jeudi 11 mai, il est réapparu pour afficher son soutien aux candidats Les Républicains investis au Havre. L’occasion de faire un discours plutôt étonnant.

CONTENU EDITORIAL

La campagne LR est lancée

Il avait été absent des commémorations du 8 mai et de l’abolition de l’esclavage, le 10. En bref, Edouard Philippe n’était plus réapparu aux yeux de la presse havraise depuis le soir du second tour de l’élection présidentielle. Car dès le lendemain, c’est bien le nom du député-maire du Havre qui était cité pour devenir le futur Premier Ministre… Premier Ministre d’Emmanuel Macron (La République En Marche). Pourtant, le patron Les Républicains (LR) François Baroin avait bien certifié la veille que tout ralliement au nouveau président de la République serait sanctionné d’une exclusion.

EDOUARD PHILIPPE ET LA TRANSGRESSION

Qui avec Macron ?

Cependant, comme il nous l’avait lui-même confié au soir du second tour, le maire du Havre n’est pas opposé à rejoindre Macron. A condition que le président élu fasse le premier pas.

“S’il décide de rester dans la tradition et de nommer des personnalités de sa famille politique, on respectera. S’il transgresse, on ne sait pas ce qu’il va se passer”

Une façon de balayer les éventuelles questions sur son avenir déjà. Or, plusieurs personnalités locales du mouvement La République En Marche ont déjà émis le souhait qu’il les rejoigne. C’est notamment le cas de Marc Migraine, son adjoint. Mais comment Edouard Philippe pourra-t-il continuer à soutenir les candidats LR aux législatives s’il entre au gouvernement ? Car c’était bien de ça dont il était question jeudi soir. Le lancement de la campagne d’Agnès Firmin-Le Bodo dans la 7e circonscription et de Sébastien Tasserie dans la 8e.

UN DISCOURS TRES MINISTERIEL

Il n’a d’ailleurs pas manqué de rappeler toutes les qualités et le parcours de ses protégés. Tout en regrettant cependant de ne pouvoir être à leur place du fait de la règle du non-cumul des mandats. Mais ce qui a interpellé, c’est ce long aparté sur les défis du pays en terme de politique étrangère. Une politique étrangère dans laquelle Le Havre a toute sa place comme lien avec le territoire national.

“Il existe un lien particulier entre Le Havre et l’Etat. Parce que Le Havre est une porte ouverte sur le monde. Et le projet Axe Seine, l’Etat doit le prendre en compte”

Jusque là rien de nouveau vis-à-vis d’Edouard Philippe. Mais il s’agissait en fait d’un point de départ vers des considérations plus lointaines.

“Ce que je sais, c’est qu’en Europe, on travaille avec des partenaires. Et auprès d’eux, c’est la crédibilité France qu’on défend. C’est la confiance France, c’est la signature France”

Alors là, on ne s’attendait pas du tout à une telle déclaration. Puis encore moins à la suite.

“Je ne suis pas de ceux qui haïssent viscéralement la Russie. Mais les intérêts de la Russie sont des intérêts de puissance. Eh bien, on ne peut pas voir ça avec bienveillance”

S’en est ensuite ensuivi un détour par la politique turque et ses enjeux qui concernent directement l’Europe. Le maire du Havre conclut enfin par le fait que ce sera la mission de députés d’Agnès Firmin-Le Bodo et Sébastien Tasserie s’ils sont élus. Jolie conclusion mais ce qui l’a précédée en dit long sur les questionnements du moment d’Edouard Philippe. Peut-être pas Premier Ministre mais ministrable, certainement. De telles déclarations vont dans ce sens en tout cas.

Sur la photo: Edouard Philippe, député-maire du Havre

Un petit partage ?
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Maxime Malfoy

Journaliste passionné, Maxime jongle entre radio, vidéo et presse écrite depuis 7 ans. Et pour ce tout terrain de 30 ans, l'important est de transmettre l'information en direct et sans filtre. C'est pour cette raison que Maxime a lancé Seinomedia.fr en janvier 2017.
View all posts by Maxime Malfoy →