PREQUEL SMARTFLOWER A SAINTE-ADRESSE

17/07/2017 – La Ville de Sainte-Adresse et la délégation normande d’EDF ont inauguré l’exposition de la Smartflower mercredi 12 juillet. Cet équipement présenté comme futuriste sert aussi bien la politique du distributeur d’électricité que les projets de la Ville.

CONFERENCE DE PRESSE

Mercredi 12 juillet, EDF était de passage à Sainte-Adresse pour y faire découvrir ses solutions en terme de nouvelles énergies. L’occasion de faire découvrir une borne rechargeable pour téléphone, d’initier au velo électrique mais aussi de déployer sa Smartflower. Cependant, il s’agissait aussi pour le maire de Sainte-Adresse Hubert Dejean De La Batie d’annoncer ses ambitions pour le futur.

A lire: Quel futur pour Sainte-Adresse ?

UNE SMARTFLOWER, C’EST QUOI ?

La Smartflower n’est en soi pas nouvelle bien que peu connue. En effet, environ 100 modèles ont déjà été installés en France. A Sainte-Adresse, il s’agit surtout d’une démonstration pour familiariser le public avec cette technologie. Mais en quoi consiste-t-elle justement ? Cet équipement reprend le design d’une fleur qui peut être aussi bien indépendante que raccordée au réseau. Ses “pétales” sont en fait des panneaux photovoltaïques capteurs d’énergie. Elle est équipée  de deux prises gratuites: une pour recharger les velos et une autre pour les voitures électriques. De plus, Olivier Guerrand, directeur commercial délégué d’EDF, vante son intelligence.

“Elle se déploie automatiquement avec l’apparition des rayons lumineux et se déplace en fonction de la trajectoire du soleil. Cela augmente ses capacités de production. S’il y a trop de vent, elle se referme par sécurité. Enfin, elle est équipée d’un système autonettoyant lors de chaque fermeture”

D’une valeur de 20 000 €, la Smartflower peut générer 2 kilowatts à l’instant T. C’est pourquoi elle est surtout dédiée à la recharge. Mais le distributeur d’électricité affirme qu’une heure de production correspond à 15h de visionnage télévisuel. Et la technologie peut encore évoluer.

POURQUOI UNE SMARTFLOWER A SAINTE-ADRESSE ?

A lire: Quel intérêt pour EDF ?

Cet équipement est exposé jusqu’au 27 août au pied de la P’tite Rade sur la plage de Sainte-Adresse. Cependant, il ne s’agit pas pour le maire de ne faire qu’une promotion des solutions d’EDF. Car Hubert Dejean De La Batie a de grandes ambitions en matière d’énergies renouvelables.

“Sainte-Adresse va se lancer dans un programme 100% énergies renouvelables d’ici 2040. Ca veut dire que la ville doit être capable de produire autant d’énergie qu’elle en consomme (…) On a vocation à être des pionniers”

Pour cela, Sainte-Adresse souhaite être l’une des communes pilotes sur les énergies vertes au sein de la CODAH.

“On ne veut plus utiliser d’eau potable pour l’arrosage des espaces verts. Nous avons les moyens de nous raccorder directement à une source. On veut favoriser le passage aux vélos et voitures électriques. Puis nous sommes candidats pour recevoir la ligne de bus électrique de la CODAH ainsi que la navette sans pilote”

Le territoire communal d’expérimentation devrait être le futur éco-quartier qui va voir le jour autour dans l’ancienne ENSM. Situé au Cap de la Hève, il doit devenir le symbole de l’ambition “green power” dynonisienne selon Hubert Dejean De La Batie.

“La Smartflower peut faire son apparition en ville et le Cap de la Hève est le meilleur endroit où elle pourrait le faire”

Car oui, la fleur photovoltaïque peut aussi s’adresser aux particuliers. A la grande surprise d’Olivier Guerrand, d’ailleurs.

“On a déjà équipé une quinzaine de particuliers en France. Pourtant, on n’avait pas prévu la Smartflower pour cet usage là. Mais ça prouve que l’idée de l’autoconsomation fait son chemin (…)”

Ca tombe bien. Avec les nouvelles réglementations, Sainte-Adresse a déjà anticipé ce recours à l’autoconsommation. Notamment en installant des panneaux photovoltaïques sur le toit de son école.

Un petit partage ?
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Maxime Malfoy

Journaliste passionné, Maxime jongle entre radio, vidéo et presse écrite depuis 7 ans. Et pour ce tout terrain de 30 ans, l'important est de transmettre l'information en direct et sans filtre. C'est pour cette raison que Maxime a lancé Seinomedia.fr en janvier 2017.
View all posts by Maxime Malfoy →