LE POLE METROPOLITAIN VEUT SE CREER UN AVENIR

3/04/2017 – Le pôle metropolitain de l’Estuaire était voulu de longue date par ses élus. Mais pour la population, son utlité reste encore à prouver. Pas vraiment une intercommunalité, ne produisant pas de service, ne votant aucune réglementation… Pourtant, les chantiers semblent nombreux et le calendrier chargé.

L'Estuaire prend conseil

Une fois que l’on a compris que les élus du Pôle Metropolitain de l’Estuaire auraient surtout pour but de coopérer, on ressent comme une petite déception. Une déception vis-à-vis de l’enthousiasme qu’a suscité son annonce en décembre dernier. Une déception au regard des 20 années qu’il a fallu pour y parvenir. Mais voilà, les élus ont des ambitions pour ce pôle. Ca, c’est bien. Edouard Philippe met d’ailleurs en avant que tout reste à faire sur ce territoire. Car réunir l’Estuaire n’est pas toujours allé de soi.

“Je me souviens de l’autre côté de l’eau, quand il n’y avait pas le pont de Normandie, il fallait au mieux aller à Tancarville et ça nous prenait une bonne heure. Quand il fallait aller à Deauville ou à Honfleur, c’était loin, ce n’était pas chez nous”

Et force est de constater que ce Pôle Métropolitain représente quand même 528 000 personnes à l’heure actuelle. Même si ses compétences et pouvoirs sont assez restreints, ça compte. Et c’est d’ailleurs là-dessus qu’appuie son président.

“Moi, je pense que ce qui compte, c’est la façon dont les territoire s’organisent. Si véritablement, on a arrive à coordonner notre territoire pour qu’il se développe plus vite et soit à même de présenter ses enjeux, cet outil peut avoir du poids”

QUEL CALENDRIER POUR LE PÔLE METROPOLITAIN ?

D'où viens-tu ?

En ce qui concerne l’année 2017 à venir, difficile de dégager de réels objectifs de la part du pôle métropolitain. Edouard Philippe se risque quand même à quelques annonces.

“On aura probablement d’ici l’été de nouveaux membres à accueillir dont le sud de Lisieux. Je saisirai aussi mon collègue de Caen et du pôle métropolitain Rouen-Elbeuf pour discuter”

Le jeu des “ralliements” semble un enjeu important pour l’institution. En effet, tout a été prévu dans ses statuts pour pouvoir les accueillir. D’une part pour prévenir un autre jeu: celui des fusions. Avec la réforme territoriale, de nombreuses intercommunalités sont amenées à fusionner. Et parfois avec d’autres qui ont déjà intégré le pôle metropolitain. C’est compliqué donc il fallait prévoir le coup. Bien joué. Mais il y a aussi cette arrière pensée d’attirer un jour des historiques de l’Estuaire. On entend par là ceux qui y sont mais qui ne veulent pas intégrer le pôle. On pense bien sûr à Honfleur et Pont-Audemer.

“Pont-Audemer est un exemple intéressant. Pont-Audemer nous a fait savoir très tôt qu’ils ne voulaient pas participer à la création du Pôle Métropolitain de l’Estuaire parce qu’ils considéraient que, au fond, ils n’étaient pas vraiment dans l’Estuaire. Mais quand Pont-Audemer a eu un gros problème avec son hôpital, le maire m’a demandé de faire en sorte qu’il y ait une direction commune avec l’hôpital du Havre parce qu’il fallait sauver l’hôpital de Pont-Audemer. Et en matière hospitalière, on se tourne vers l’Estuaire de la Seine. Donc en vérité, Pont-Audemer est dans l’Estuaire de la Seine. Et peut-être qu’un jour, ils voudront participer à son développement”

Ces questions pourront peut-être faire patienter avant d’entrevoir certains effets du pôle metropolitain. D’après son président, on peut faire plein de choses. On peut réfléchir à la mobilité. On peut fusionner les Shémas de Cohérence Territoriaux (SCOT). C’est rassurant en attendant de savoir ce qu’on va faire.

Un petit partage ?
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Maxime Malfoy

Journaliste passionné, Maxime jongle entre radio, vidéo et presse écrite depuis 7 ans. Et pour ce tout terrain de 30 ans, l'important est de transmettre l'information en direct et sans filtre. C'est pour cette raison que Maxime a lancé Seinomedia.fr en janvier 2017.
View all posts by Maxime Malfoy →