PÔLE METROPOLITAIN: D’OU VIENS-TU ?

3/04/2017 – A l’issue du premier Conseil Métropolitain, son président, Edouard Philippe, est revenu sur le parcours de ce territoire. Un parcours chaotique qui a vu les grandes ambitions d’Antoine Ruffenacht réduites à minima. Mais ce n’est pas pour autant que le Pôle Metropolitain ne doit pas susciter des attentes élevées pour y parvenir.

L'Estuaire prend conseil

Autorisé en décembre, né en janvier, le pôle metropolitain de l’Estuaire s’est doté d’institutions en ce 31 mars 2017. Pour Edouard Philippe, c’est l’aboutissement d’un long chemin que son prédesseur avait engagé au siècle dernier.

“J’ai noté parmi tous les participants pas mal de fierté et de satisfaction parce que la création de ce pôle métropolitain a été une longue aventure. Ca a commencé il y a près de 20 ans quand autour d’Antoine Ruffenacht et Jean-Louis Destans (ancien président de la communauté de communes de Pont-Audemer ndlr) s’est réuni le comité des élus de l’Estuaire. Mais ça n’avait aucune forme juridique à l’époque”

Cependant, le Pôle Métropolitain de l’Estuaire, qui est un ensemble d’intercommunalités, ne ressemble pas à la Communauté Urbaine de l’Estuaire imaginée par Antoine Ruffenacht. Celle-ci n’aurait formé qu’une seule et même intercommunalité. Edouard Philippe y voit “une 1ere réponse”. Mais ils n’oublie pas non plus que la création du Pôle Métropolitain aurait pu arriver bien plus tôt sans certains obstacles. Relancée suite au Grenelle de l’Estuaire (2008-2009), cette création avait été proposée dès 2012. Elle avait alors été refusée par le préfet de l’époque.

“On se souvient qu’il y avait aussi des élus à l’extérieur du territoire de l’Estuaire qui n’étaient pas très favorables à cette création. Et puis l’Etat, sans motivation, par une phrase de deux lignes, alors qu’il y avait eu un travail de plusieurs mois d’élus très motivés, a expliqué qu’il y avait un problème de cohérence territoriale. Mais bon, tout ça est derrière nous. Bernard Cazeneuve a montré qu’il avait le sens de le l’Etat. La préfète a signé la création du pôle métropolitain. Il n’y a donc plus rien qui nous interdit de travailler”

LE PÔLE METROPOLITAIN: UNE CONCRETISATION

Se créer un avenir

Jusqu’ici, les élus composant le pôle métropolitain de l’Estuaire étaient réunis au sein de l’Association pour la Création du Pôle Métropolitain de l’Estuaire de la Seine (ACPMES). Une association qui a permis de définir les contours de ce territoire, de Lisieux au sud à Fécamp au nord. Mais c’était aussi un moyen de montrer la volonté des élus de donner vie à ce territoire d’après Edouard Philippe.

“On n’a pas attendu la création du Pôle Métropolitain pour faire des choses ensemble. On voulait le faire, on nous l’a interdit, mais on a déjà commencé des trucs. Le gérontopôle et le festival de l’Estuaire, ça a déjà commencé”

Enfin voilà. Ca fait plaisir de voir des élus représentant près de 550 000 habitants rassemblés autour d’un projet commun. Ca le sera peut-être moins quand les premiers désaccords interviendront. Mais pour Edouard Philippe, ce n’est pas la raison d’être du pôle.

“Vous savez, ces structures sont des structures où on n’est pas du tout dans une majorité droite/gauche ou territoriale. On essaie de créer du consensus. Ca n’a pas de sens de forcer la main. On n’est pas dans le rapport de force. C’est d’ailleurs pour ça que c’est important (…) Le modèle qui a été retenu, c’est un modèle où plusieurs territoires s’associent pour travailler en confiance. Ce n’est pas le modèle où il y a un territoire qui détermine et les autres qui suivent”

Donc comme ça tout va bien ! Mais étant donné que la structure du pôle métropolitain ne réglemente pas et ne finance rien, il n’y a pas de raison d’imposer quoique ce soit. En effet, son objectif est surtout de permettre une meilleure coordination et coopération entre les différents territoires qui le composent. En tout cas, on attend avec impatience de voir si les 20 années qui ont mené à sa création valent les résultats qui en ressortiront.

Un petit partage ?
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Maxime Malfoy

Journaliste passionné, Maxime jongle entre radio, vidéo et presse écrite depuis 7 ans. Et pour ce tout terrain de 30 ans, l'important est de transmettre l'information en direct et sans filtre. C'est pour cette raison que Maxime a lancé Seinomedia.fr en janvier 2017.
View all posts by Maxime Malfoy →