LES PETITS CALCULS D’EDOUARD PHILIPPE

16/05/2017 – La nomination d’Edouard Philippe comme Premier Ministre lundi 15 mai pose de nombreuses questions. Aussi bien au Havre qu’ailleurs. Mais la tournure des événements indique plutôt de grandes manoeuvres en sous-main comme on les aime (ou pas).

CONTENU EDITORIAL

Philippe Premier Ministre

Le Président de la République a donc nommé Edouard Philippe comme Premier Ministre. Emmanuel Macron dont on ne sait plus très bien où il se trouve sur l’échiquier politique a choisi un homme de droite pour mener son gouvernement. Mais quel est l’intérêt de l’un et de l’autre à travailler ensemble ? Derrière les déclarations, on s’aperçoit que chacun mène sa barque avec l’avenir incertain en tête.

LA SORTIE DE SECOURS D’EDOUARD PHILIPPE

Et si Edouard Philippe a accepté le poste, il n’en reste pas moins lucide sur l’avenir que constitute ce tandem. C’était le sens de son intervention au journal de 20h sur TF1 lundi 15 mai.

“Si j’ai accepté, c’est parce que le Président de la République propose quelque chose qui n’a jamais été tenté. Je ne sais pas si ça marchera…”

Oh que oui, il le sait. D’ailleurs, à ce jour, il n’a toujours pas démissionné de son poste de maire. Un Conseil Municipal s’est pourtant tenu au Havre le soir même de sa nomination. Et ça tombe bien, le prochain aura lieu le 26 juin, une semaine après les élections législatives. Un retour est donc toujours possible d’y revenir si sa mission ne va pas au-delà du 19 juin. En effet, il y a toujours un doute sur l’établissement d’une majorité présidentielle au soir du 18 juin. Puis derrière les discours polissés, les dissensions apparaissent déjà entre le président de la République et le Premier Ministre. Quand Macron se dit “ni de droite ni de gauche”, Philippe annonce clairement lors de la passation de pouvoir: “je suis un homme de droite”. Histoire de ne pas trop tourner le dos à son camp ? Probablement aussi pour rester cohérent avec l’électorat de son fief.

ENGAGEMENT MESURE ET MULTIPLE

Le Havre divisé pour Philippe

D’autre part, le député-maire du Havre s’est officiellement engagé derrière les candidats Républicains (LR) des 7e et 8e circonscriptions de Seine Maritime. Pourtant, le secrétaire général de la République En Marche (REM), le mouvement présidentiel, a été clair. Non seulement, les ralliés devront intégrer le mouvement mais surtout, le Premier Ministre devra encourager une majorité présidentielle. Alors, déjà, Edouard Philippe l’a dit au 20h, il ne compte pas rendre sa carte LR. Mais ça, le parti s’en chargera si son patron, François Baroin, va au bout de ce qu’il a annoncé. Pour ce qui est des candidats aux législatives… Quoique, il reste environ 130 circonscriptions à investir pour REM. Et on a pu voir ces dernières semaines que, pour ces investitures, la vérité d’un jour n’était pas toujours celle du lendemain.

Un petit partage ?
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Maxime Malfoy

Journaliste passionné, Maxime jongle entre radio, vidéo et presse écrite depuis 7 ans. Et pour ce tout terrain de 30 ans, l'important est de transmettre l'information en direct et sans filtre. C'est pour cette raison que Maxime a lancé Seinomedia.fr en janvier 2017.
View all posts by Maxime Malfoy →