PCF: STRATEGIE GAGNANTE AU HAVRE ?

22/02/2017 – Depuis 1988, la 7e circonscription de Seine-Maritime finit toujours par exclure le PCF du 2e tour pour ensuite revenir à la droite. Pourtant, en 2017, le PCF a adopté une stratégie qui pourrait bien faire bouger les lignes.

CONTENU EDITORIAL

Le PCF à l'assaut de la 7e circonscription

Le Parti Communiste (PCF) du Havre n’est plus ce qu’il était il y a 20 ans. A la tête de la mairie jusqu’en 1995, première force d’opposition jusqu’en 2014 où il est arrivé 3e derrière le Parti Socialiste aux élections municipales, le PCF semble subir une longue descente aux enfers. Et pourtant, il reste des bastions qu’il souhaite reconquérir lors des prochaines législatives. Il y a bien sûr la candidature de Jean-Paul Lecoq dans la 8e circonscription qui semble la plus sérieuse. Député de cette même circonscription (modifiée en 2012) de 20017 à 2012, le maire de Gonfreville l’Orcher s’était retiré face à la future député socialiste Catherine Troallic, arrivée en tête au premier tour, au nom de la solidarité à gauche. Le rejet du quinquennat Hollande par le Parti Communiste ne l’embarrassera plus de cette contrainte si cela arrivait à nouveau. De plus, il s’est adjoint Nathalie Nail comme suppléante rendant sa candidature encore plus solide dans un territoire où il a de réelles chances de l’emporter comme l’ont prouvé les deux derniers scrutins législatifs.

Des candidats PCF de terrain dans la 8e

Pour la 8e circonscription, le PCF du Havre a donc mis toutes les chances de son côté. Reste maintenant la 7e circonscription depuis longtemps dévolue à la droite malgré les alternances présidentielles. Même Edouard Philippe, le maire du Havre, avait résisté à la vague suscitée par l’élection de François Hollande en 2012 alors qu’il était encore plus considéré comme l’héritier d’Antoine Rufenacht, l’ancien maire qui lui avait laissé sa place, que comme le maire légitime qu’il est devenu en 2014. Seulement voilà, en raison de la nouvelle règle du non-cumul des mandats, Edouard Philippe préfère rester maire du Havre et ne se représente pas. C’est Agnès Firmin Le Bodo, adjointe au maire, 1ere vice-présidente de la Communauté d’Agglomération Havraise (CODAH) et du département de Seine-Maritime qui a été investie. Et pour Jean-Louis Jegaden, leader du groupe communiste au conseil municipal du Havre, ça change la donne.

“Agnès Firmin Le Bodo, ce n’est pas Edouard Philippe…”

Mais la pointure locale n’est pas le plus important pour le PCF du Havre. Il faut replacer ces élections législatives dans leur cadre national, dans la continuité de l’élection présidentielle. Dans ce contexte plus large, Aurélien Lecacheur, secrétaire de section du PCF de Montivilliers dresse un constat sans appel.

“Depuis quelques élections, on observe une forte abstention à gauche. Mais là, il n’y a pas d’envie de droite. Les gens de gauche ont besoin de repères”

Et la chance du PCF du Havre dans la 7e circonscription se situe peut-être là. Sans vraiment changer de sa stratégie traditionnelle, il entend profiter de l’échec du quinquennat socialiste pour se hisser au second tour alors que le PS y a toujours été présent hormis en 1993 au profit du Front National. D’autant plus que c’est un autre nouveau venu quoique bien connu du paysage municipal havrais, qui se lance dans ces législatives: Matthieu Brasse. Le premier défi est donc de se présenter comme la première force de gauche face à la candidate Les Républicains. Pour cela, il faudra ratisser large dans les contons populaires car on retient encore que, en 2012, Edouard Philippe n’avait dû sa victoire qu’à sa large avance à Sainte-Adresse, chasse gardée de la droite dans l’agglomération havraise.

“Ce sera une bataille difficile mais Agnès Firmin Le Bodo, c’est la candidate de  Fillon, de la casse sociale (…) on la mettra face à ses contradictions sur la baisse des services publics etc… Elle porte cette politique et on sera en face d’elle parce qu’on pense qu’on peut changer les choses” Baptiste Bauza

Ah oui, il faut aussi rappeler qu’au delà du soutien au programme du candidat Les Républicains à la présidentielle François Fillon, ses déboires judiciaires pourraient jouer sur son score final et donc sur celui des candidats aux législatives. Face à deux candidatures adverses affaiblies (du moins pour le moment) et dans l’attente des investitures Front National, le PCF du Havre a une véritable occasion d’occuper le terrain.

L’ANCRAGE LOCAL PAS OUBLIE

Pour cela, Baptiste Bauza et sa suppléante, Catherine Guney, ont déjà annoncé la couleur en se présentant comme des candidats issus du Havre, salariés, connaissant bien la vie quotidienne de leurs électeurs. De plus, les idées qu’ils entendent défendre à l’Assemblée Nationale s’imbriquent parfaitement selon eux avec les problématiques locales.

“Députés, nous agirons pour le renouveau industriel de notre pays et tout particulièrement sur notre territoire en ayant à coeur le développement de notre complexe industrialo-portuaire. Notre port est un outil majeur pour notre pays. Son pôle industriel est l’un des premiers de France et le premier en Normandie. Cet ensemble industrialo-portuaire pèse 32 000 emplois” Baptiste Bauza

Pour permettre ce développement, le secrétaire de section PCF du Havre met en avant la nécessité de réaliser la fameuse chatière qui relierait la mer au fleuve et la Ligne Nouvelle Paris-Normandie, exactement ce que demande la communauté portuaire (comme quoi).

l'UMEP lance SeinePort Europe

Mais le renouveau industriel du territoire passe aussi par le développement du site SIDEL à Octeville-sur-Mer. En bref, le PCF veut vraiment prendre en main une politique de réindustrialisation… tout en en profitant pour tacler la majorité municipale du Havre et sa politique menée depuis 15 ans.

“Une région industrielle comme la nôtre est un atout pour le pays qui a beaucoup souffert des choix qui ont été faits avec l’illusion que l’on pouvait remplacer l’industrie par le tertiaire. C’est ainsi que le chômage y est plus élevé qu’ailleurs”

Pour en finir avec l’ancrage local, Baptiste Bauza et Catherine Guney espèrent profiter de leur présence à l’Assemblée Nationale pour revenir sur l’accueil maternelle dans les écoles du Havre “qui a régressé ces dernières années” et agir contre les fermetures de collèges voulues par le département de Seine-Maritime comme c’est le cas pour le collège Guy Môquet.

ENFIN UNE STRATEGIE ARGUMENTEE

Une victoire du Parti Communiste dans la 7e circonscription reste très hypothétique. Elle n’a jamais échappé à la droite depuis au moins 30 ans et le recul du PCF dans les votes semble inexorable depuis plusieurs années. Cela dit, il faut bien le reconnaître, on est bien loin du slogan Battre la droite de Daniel Paul lors des élections municipales de 2001. Même si l’idée est toujours là avec cette tendance à vouloir opérer une opposition frontale, la stratégie communiste s’est considérablement affinée en proposant des arguments, une vision notamment sur le plan local sans pour autant renier sa proximité sociale. Malgré l’affaiblissement actuel des autres grandes forces politiques lancées dans la course, sera-ce suffisant pour au moins créer la surprise ? Peut-être pas. Mais la mue proposée est suffisamment remarquable pour être soulignée.

Un petit partage ?
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Maxime Malfoy

Journaliste passionné, Maxime jongle entre radio, vidéo et presse écrite depuis 7 ans. Et pour ce tout terrain de 30 ans, l'important est de transmettre l'information en direct et sans filtre. C'est pour cette raison que Maxime a lancé Seinomedia.fr en janvier 2017.
View all posts by Maxime Malfoy →