PARKING: UNE DELEGATION ET DES QUESTIONS

11/04/2017 – C’est donc officiel, Le Havre va se délester de la gestion du parking fermé. Ce sera fait à l’horizon 2019. Mais il n’empêche que certaines questions restent en suspens. Certes, la Ville et la CODAH ne sont pas novices quant à ce procédé. Mais la mise en oeuvre de celui-ci en particulier pose certaines questions.

Adios le parking !

Le recours à la délégation de service public pour le parking fermé au Havre suscite la méfiance. Pourtant, il y a un bon exemple de ses bienfaits et il est à chercher du côté de la CODAH. En effet, l’agglomération havraise a délégué la gestion de ses transports en commun à Transdev. Point commun avec ce qui est prévu en 2019 ? C’est la collectivité qui continue à fixer les prix. Mais la ressemblance s’arrête là et l’avenir des parcs de stationnement s’annonce aussi floue que l’explication qui en a été donnée.

QUID DE L’AVENIR ?

Déjà, parlons de ce qui est concret. Le parc fermé restera sous régie municipale jusqu’au 31 décembre 2018. D’ici là, les tarifs n’augmenteront pas d’après Luc Lemonnier, 1er adjoint au maire chargé de l’urbanisme. Cependant, la fameuse gratuité de 2h ayant cours aux Docks Vauban prendra fin au cours de cette année là. Ceci répond à la recommandation faite par la Chambre Régionale des Comptes en février dernier. De toute façon, c’était une fatalité pour Luc Lemonnier.

“La gratuité aurait dû cesser en 2012. Nous nous étions engagés à accompagner les commerçants des Docks Vauban jusqu’à la construction du dernier équipement public. C’est le cas depuis la livraison du palais des congrès. Le quartier Vauban fonctionne donc cet accompagnement doit prendre fin”

Au passage, la Ville espère en retirer 300 000 à 500 000 euros en 2018. Ceci dit, si ce type d’accord avec le public peut faire l’objet de remontrances, il n’en sera pas de même avec le privé. En ce sens, les commerçants ont tout intérêt à voir arriver cette délégation.

“Je ne sais pas si les 2h seront supprimées avec le délégataire. Ca peut faire l’objet de discussions entre lui et les partenaires commerciaux”

Et c’est ça qui est beau avec cette annonce. Elle ouvre tellement de possibilités. Tellement de possibilités sur lesquelles la Ville n’aura aucune prise. Et ce qui est encore plus beau, c’est qu’elle semble n’avoir rien à y gagner.

QUELLE GESTION POUR LE PARKING ?

Car si on continue la comparaison avec les transports. La CODAH a gardé à sa charge les investissements liés au réseau. C’est logique dans la mesure où elle est responsable du plan de déplacement urbain. Elle se déleste ainsi des coûts de fonctionnement lourds d’un service de transport.

Mais ici, Le Havre se déleste des investissements… futurs. C’est à dire que les ouvrages déjà construits et en cours de remboursement seront toujours à sa charge soit 43 à 47 millions d’euros. D’autre part, la mairie pose comme condition de ne pas augmenter les tarifs sur les 2 premières années de délégation. Or, cette délégation devrait (lisez bien “devrait”) s’étendre sur 9 à 10 ans. Solution ? L’augmentation des prix devrait (toujours “devrait”) être indexée sur l’inflation. Finalement, il semble clair que la Ville du Havre soit prête à s’asseoir sur ses pertes. Ce n’est pourtant pas l’avis de l’adjoint chargé des finances André Gacougnolle.

“Ce sera quand même 240 000 € d’économies chaque année auxquelles il faudra ajouter la redevance due au domaine à négocier avec le futur délégataire”

Donc si on résume: on ne délègue que les investissements futurs alors que ceux-ci résideront surtout dans l’entretien du parc actuel et le renouvellement de son matériel. Puis on met en location un domaine sans en avoir encore fixé le prix. Pour attirer le chaland, on ne s’y prendrait pas mieux. Ceci dit, il reste encore à vendre un produit structurellement déficitaire. Et en voulant garder la main sur les prix, pas sûr que la Ville du Havre trouvera un délégataire au cours des 15 mois que dureront l’appel d’offre. A moins que les conditions ne changent durant les négociations ? Après tout, comme on est sûr de rien…

Photo: Luc Lemonnier

Un petit partage ?
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Maxime Malfoy

Journaliste passionné, Maxime jongle entre radio, vidéo et presse écrite depuis 7 ans. Et pour ce tout terrain de 30 ans, l'important est de transmettre l'information en direct et sans filtre. C'est pour cette raison que Maxime a lancé Seinomedia.fr en janvier 2017.
View all posts by Maxime Malfoy →