NORMANDIE: OPA SUR LES DEPARTEMENTS ?

10/01/2017 – Le bilan et les projets du G6 normand présentés lundi 9 janvier semblent emporter l’adhésion des présidents de départements. Pourtant, cette action conjointe semble réduire considérablement leur utilité.

CONTENU EDITORIAL

Le G6 normand a un an

En à peine un an, le G6 normand a convaincu tous ses membres, Sébastien Lecornu, président du département de l’Eure en tête. C’est en tout cas ce qui est ressorti de la 5e réunion du G6 normand qui s’est tenue lundi 9 janvier. Certes, on ne peut que se réjouir que les 5 départements et la Région Normandie dialoguent, s’entendent et coordonnent au mieux leurs projets et leur politique tant en terme d’image vis-à-vis du citoyen qu’en terme financier. Mais l’action du G6 normand coordonnée aux politiques territoriales menées depuis 15 ans pourrait bien mener tôt ou tard à la disparition des départements.

LES DEPARTEMENTS ENTRE LE MARTEAU ET L’ENCLUME

La réduction du nombre de région et donc l’augmentation de leur taille voulue par la réforme territoriale en 2015 avait pour but de les rendre plus fortes et plus compétitives dans le cadre de la mondialisation. C’était aussi le but des intercommunalités lors de leur création en 1999, rôle renforcé par la création des métropoles et des pôles métropolitains au sein de cette même réforme territoriale. Et la place de plus en plus importante prise par les intercommunalités au sein des régions empiète irrémédiablement sur le pré carré des départements. Ca, c’est pour le cadre général. Mais quand, en plus, on voit que les départements du G6 normand se réjouissent de transférer leurs compétences à la Région Normandie comme le transport, on peut se demander si les élus tiennent à la survie des institutions départementales.

DES RELAIS REGIONAUX

Cela dit, le G6 normand est peut-être la solution à la survie des départements, du moins en Normandie. Car, qu’est-ce que le G6 normand quand on y réfléchit ? Une politique régionale globale basée sur des relais départementaux. Le contrat “G6-Territoires-2025” en est une illustration puisqu’il met en commun les compétences et les financements. D’autre part, placer chaque département à la tête d’un axe particulier de la politique régionale est aussi révélateur de la subordination croissante et assumée des départements vis-à-vis de la Région Normandie. Cela dit, le fait d’intégrer les intercommunalités à “G6-Territoires-2025” pourrait bien rendre cette situation transitoire. L’attractivité et le développement économique qu’engendreront les grands ensembles urbains que veulent constituer métropoles et pôles métropolitains à terme leur donneront un poids politique bien supérieur à celui des départements… et ainsi sonner leur glas.

Photo: Sébastien Lecornu, président du conseil départemental de l’Eure

Un petit partage ?
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Maxime Malfoy

Journaliste passionné, Maxime jongle entre radio, vidéo et presse écrite depuis 7 ans. Et pour ce tout terrain de 30 ans, l'important est de transmettre l'information en direct et sans filtre. C'est pour cette raison que Maxime a lancé Seinomedia.fr en janvier 2017.
View all posts by Maxime Malfoy →