NORMANDIE: ARME EN DEMONSTRATION

6/01/2017 – Hervé Morin était en visite vendredi 6 janvier à l’usine I Métal de Saint-Laurent de Brèvedent. L’occasion pour le président de la région Normandie de jauger sur le terrain les bienfaits du dispositif ARME qui a permis de sauver l’entreprise.

VISITE DE PRESSE

 

Il y a encore deux mois, I Métal s’appelait Debris. L’entreprise spécialisée dans la tôlerie industrielle a été mise en liquidation judicaire en juillet 2016 mettant en danger 73 emplois. C’est pour ce type de situation que le président de la Région Normandie, Hervé Morin, a créé le dispositif Anticipation Redressement et Mutations Economiques (ARME) en juin 2016. Dans le cas de I Métal, l’aide du dispositif ARME s’est élevée à 300 000 €; 150 000 € d’aides et 150 000 € de prêt à taux zero. Cette somme s’ajoute à l’investissement des repreneurs qui est de 500 000 €.

TROIS REPRENEURS, UNE STRATEGIE

L’ex-usine Debris a été reprise par trois investisseurs: Jean-Louis Louvel, président fondateur de Palette Gestion Service (PGS) à Saint-Etienne du Rouvray, Romuald Uzan, président fondateur d’Alterval à Epouville et Denis Leyauté président fondateur de MTS Métal à Lisieux. Les deux premiers se sont spécialisés dans la reprise d’entreprises en difficulté, il y a cinq ans. En 2013, PGS et Romuald Uzan ont récupéré Techval près de Fécamp. En ce qui concerne I Metal, il a fallu recueillir l’adhésion du personnel, du précédent propriétaire, le groupe Ruget, et de son principal client: SIDEL qui s’y fournit en convoyeurs pour ses bouteilles. D’ailleurs SIDEL est à la fois une soluton et le problème de I Metal.

“C’était un des problèmes de Debris. Ils étaient noyés par les commandes de SIDEL et n’ont pas cherché d’autres clients.” (Denis Leyauté)

L’objectif des repreneurs à court terme est donc de réduire l’importance de SIDEL dans son porte-feuille. D’ici cinq ans, ils espèrent ramener son volume à 25% contre 80% aujourd’hui. D’autres clients sont sondés pour y arriver: Xerox, Mecatherm…

“On fait de la stratégie, pas de la magie. L’idée à terme est d’avoir des clients de proximité représentant chacun 6-7% du chiffre d’affaire.” (Denis Leyauté)

l'ARME à droite

PAS DE CONTREPARTIE ATTENDUE

Malgré les aides publiques versées, la Région n’attend pas de contrepartie des repreneurs.

“Je refuse les conditions. Le but, c’est de créer une base pour aller à l’export et ensuite créer des emplois. La règle et la norme, c’est mortel. (…) On fonctionne plutôt sur des critères: est-ce que la boîte est sauvable ?” (Hervé Morin)

D’ailleurs, la reprise de Debris pour en faire I Métal a dû faire avec des suppressions de postes, passant de 73 à 40 salariés aujourd’hui. Un mal pour bien dans l’optique du redressement de l’entreprise selon Denis Leyauté qui considère que c’est en-dessous de 45 salariés qu’une usine peut être réactive et traiter rapidement les commandes de ses clients.

Photo: (de g. à d.) Hervé Morin, président de la région Normandie, Denis Leyauté, président de MTS Métal et Romuald Uzan, président de Alterval.

Un petit partage ?
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Maxime Malfoy

Journaliste passionné, Maxime jongle entre radio, vidéo et presse écrite depuis 7 ans. Et pour ce tout terrain de 30 ans, l'important est de transmettre l'information en direct et sans filtre. C'est pour cette raison que Maxime a lancé Seinomedia.fr en janvier 2017.
View all posts by Maxime Malfoy →