MARS SE DEDIE A L’ARCHITECTURE EN NORMANDIE

20/02/2017 – La 12e édition du Mois de l’Architecture en Normandie se tient du 1er au 31 mars 2017. Comme chaque année depuis 13 ans, les maisons de l’architecture normandes s’emploient à rendre accessible cette discipline au public.

DOSSIER DE PRESSE

Plus de 100 événements répartis dans 29 villes de Normandie dont 41 parcours et 5 expositions. Voici comment se présente ce Mois de l’Architecture Contemporaine 2017. Il se tiendra du 1er au 31 mars 2017. C’est l’occasion de s’intéresser à l’architecture dans toute sa diversité via le regard d’architectes (bien sûr), d’urbanistes, de paysagistes mais aussi d’artistes, d’élus, de techniciens et comprendre ses différentes utilités.

Le programme complet

Le Mois de l’Architecture Contemporaine en Normandie propose 17 événements dans l’estuaire de la Seine dont 13 rien qu’au Havre. La programmation met à l’honneur l’adaptation des villes aux enjeux d’aujourd’hui et mêle histoire, design, social, économie et environnement. C’est particulièrement vrai dans le cas du Havre où on va alterner entre conférences et visites. Dès le 2 mars, la conférence Revitalisation des centres villes reconstruits après-guerre à l’espace Oscar Niemeyer permettra de comprendre en quoi un centre-ville des années 50 provoque le départ des habitants en périphérie de la ville. Le 7 mars, c’est plutôt sous un angle historique et artistique que l’on s’intéressera à la reconstruction du Havre. Si Auguste Perret a dirigé les opérations, il avait avec lui près d’une centaine d’architectes aux influences différentes qui ont tout de même contribué à faire de la Porte Oceane ce qu’elle est.

ADAPTER LA VILLE, ADAPTER A LA VILLE ?

Les visites s’attachent plutôt à montrer comment les villes s’adaptent à leurs contraintes en réutilisant des lieux déjà existants ou en y incorporant de nouveaux. C’est bien sûr le cas du fort de Tourneville dont on pourra découvrir le chantier du CEM/SONIC les 25 et 26 mars ou plus largement la pépinière créative qui s’y est installée. Ce renouveau du fort intervient après avoir été délaissé pendant une trentaine d’années provoquant un certain nombre de contraintes à sa requalification. Mais Le Havre n’est pas la seule ville concernée par ces questions. Etainhus et Saint-Romain de Colbosc auront aussi leurs parcours et visites. A travers la place Saint Jacques d’Etainhus, le 26 mars, on pourra se rendre compte des problématiques de développement au sein d’un village, du rôle qu’y tient un espace public et comment il est pensé. Même chose à Saint-Romain de Colbosc, le 15 mars, à plus grande échelle où, via une visite du nouveau collège André Siegfried, seront exposées les contraintes issues de l’implantation d’un nouvel équipement dans un espace prédéfini.

A travers cet échantillon de la programmation, le Mois de l’Architecture Contemporaine montre clairement son intention: créer un lien entre l’habitant et son environnement pour qu’il le comprenne et en saisisse les subtilités. Mais ce lien ne se fait pas en circuit fermé, c’est à dire entre l’habitant et SA ville mais bien avec LA ville. C’est le sens du cycle de projections que propose La Forme au Havre: Images de Villes où l’on redécouvre au travers du regard de ses habitants les villes de Sheffield, Detroit et New York.

Un petit partage ?
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Maxime Malfoy

Journaliste passionné, Maxime jongle entre radio, vidéo et presse écrite depuis 7 ans. Et pour ce tout terrain de 30 ans, l'important est de transmettre l'information en direct et sans filtre. C'est pour cette raison que Maxime a lancé Seinomedia.fr en janvier 2017.
View all posts by Maxime Malfoy →