LEGISLATIVES: AU TOUR DE EELV AU HAVRE

20/03/2017 – Les candidats d’Europe Ecologie-Les Verts (EELV) aux élections législatives sont connus. La section du Havre les a présentés pour les 7e et 8e circonscriptions du Havre jeudi 16 mars. Pierre Dieulafait, le leader historique des écologistes prend du recul.

CONFERENCE DE PRESSE

UNE CAMPAGNE NATIONALE

Europe Ecologie-Les Verts (EELV) Le Havre-Pointe de Caux se lance dans la course aux législatives. Le parti a présenté ses candidats dans les 7e et 8e circonscriptions de Seine Maritime jeudi 16 mars. Il s’agit des tickets Alexis Deck/Fabienne Malandain et Joséphine Landormi/Pierre Dieulafait. Pour Alexis Deck, conseiller municipal au Havre, il n’y a pas d’ambiguité sur l’enjeu de ces législatives.

“Les élections législatives sont avant tout des élections nationales (…) Nous sommes engagés dans une plate-forme présidentielle avec Benoît Hamon (candidat du Parti Socialiste à l’élection présidentielle ndlr) dans laquelle Europe Ecologie-Les Verts se retrouve à 98%”

C’est d’ailleurs pour cette raison, entre autres, que le candidat de EELV à la présidentielle, Yannick Jadot, s’est allié à Benoît Hamon dans la course à l’Elysée. Alexis Deck l’explique.

“On a constaté de larges convergences avec le programme de Benoît Hamon (…) Avant que Benoît Hamon ne mette au centre du débat le revenu de base, on n’était pas très écoutés”

Et le revenu de base n’est pas la seule mesure de Benoît Hamon qui ait séduit les écologistes.

“Sur la question énergétique, le programme est extrêmement ambitieux. Il prévoit la sortie du nucléaire avec une part d’énergies renouvelables de 50% à l’horizon 2025 (…) Autre point de convergence, l’ambition d’abroger la loi El Khomri. Au niveau européen: convergence fiscale et refus du TAFTA et du CETA car ils donnent plus aux pouvoirs du marché et moins aux puissances publiques. Enfin, nous nous engageons à la sortie du diesel en 2025, à l’arrêt des pesticides et des perturbateurs andocriniens, à l’anbandon de Notre-Dame Des Landes puis à la légalisation du cannabis”

Tiens, les écologistes !

ET LE LOCAL DANS TOUT CA ?

Si l’ambition de EELV est de s’inscrire dans une campagne nationale, la dimension locale n’est pas oubliée. Et c’est Joséphine Landormi qui en parle le mieux. Candidate dans la 8e circonscription, elle devra faire campagne sur des communes diverses telles que Le Havre, Gonfreville l’Orcher et Gainneville.

“Ces villes n’ont pas les mêmes attentes (…) Je suis dans une philosophie de réconcilation de l’environnement avec l’humain (…) Ce ne sont pas mes dossiers que je souhaite mettre en avant mais l’écoute des citoyens”

Mais pour Alexis Deck, la dimension nationale des élections législatives n’entrave pas du tout son aspect local. C’est notamment le cas sur la question des énergies renouvelables portées par Benoît Hamon.

“Ca impacte nos deux circonscriptions notamment sur l’éolien off shore. On veut que l’Etat français se réapproprie cette question. C’est un vivier d’emploi”

LE LOCAL, UNE QUESTION DE PERSONNE

D’ailleurs, EELV est présent depuis de nombreuses années sur le territoire. Pierre Dieulafait, aujourd’hui suppléant de Jospéhine Landormi, a été plusieurs fois candidat aux élections municipales et cantonnales sous cette bannière. Pour lui, présenter un candidat écologiste est une preuve de l’importance que porte EELV à la dimension locale des législatives.

“Aujourd’hui, un candidat écologiste est plus crédible parce qu’il milite depuis longtemps sur ces questions. Si c’est un socialiste, on ne sait pas depuis combien de temps il a fait sa conversion”

Car d’après les écologistes, même parmi les soutiens socialistes de Benoît Hamon, beaucoup sont encore éloignés de ses idées sur l’écologie. Or, EELV est implanté depuis plus de 20 ans pour porter ces problématiques. Par exemple, Alexis Deck a rejoint Pierre Dieulafait dès 1995. Il a aussi participé au Grenelle de l’environnement en 2007 dans la commission finance/économie.

“Ca m’a permis de réfléchir aux questions de développement durable, à la prise de conscience sur le réchauffement climatique, aux conditions de vie et aux actions à mener en entreprise”

De son côté, Joséphine Landormi n’est pas une novice non plus en politique. Elle est adjointe au maire de Gainneville chargée de l’urbanisme. Elle a milité pour l’interdiction des cirques enfermant les animaux sauvages dans sa ville. Cet arrêté a depuis été retiré. Dans le sillage de Pierre Dieulafait et Alexis Deck, la stratégie des écologistes doit avant tout correspondre aux valeurs et du territoire et du parti.

“On aura aussi des candidatures dans les 5e et 9e circonscriptions. Ce seront des candidats militants que l’on connaît depuis longtemps et proches de la population”

En attendant, c’est le temps de la présidentielle qui prime. Et son issue peut encore rebattre les cartes en vue des élections législatives prévues les 11 et 18 juin prochains.

Photo: (de g. à d.) Pierre Dieulafait, Joséphine Landormi, Alexis Deck et Fabienne Malandain

 

Un petit partage ?
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Maxime Malfoy

Journaliste passionné, Maxime jongle entre radio, vidéo et presse écrite depuis 7 ans. Et pour ce tout terrain de 30 ans, l'important est de transmettre l'information en direct et sans filtre. C'est pour cette raison que Maxime a lancé Seinomedia.fr en janvier 2017.
View all posts by Maxime Malfoy →