LEGISLATIVES: NOUVEAU DEPART A GAUCHE ?

19/06/2017 – La victoire de Jean-Paul Lecoq (PCF) dans la 8e circonscription a redonné des couleurs à la gauche dans ses législatives. L’accession d’Antoine Siffert (PRG) au second tour dans la 7e a rebattu les cartes. Et le grand perdant pourrait bien être le PS.

CONTENU EDITORIAL

A lire: L'après en questions à droite

La déroute du Parti Socialiste (PS) à la dernière présidentielle le laissait présager. Bien que député sortante, Catherine Troallic a été éliminée dès le premier tour de ces législatives. C’est donc le communiste Jean-Paul Lecoq qui a récupéré son siège après l’avoir perdu en 2012. Une victoire pour le PCF qui s’étend dans tout le département. Mais aussi un retour aux affaires du Parti Radical de Gauche (PRG) oublié au Havre depuis quelques années.

DES LEGISLATIVES DE RASSEMBLEMENT

A lire: Les favoris au rendez-vous

Antoine Siffert en a probablement pâti dans cette optique dans la 7e circonscription. Car contrairement à Jean-Paul Lecoq, il s’est présenté clairement comme candidat de la majorité présidentielle. Au contraire, le candidat communiste a misé sur son positionnement à gauche et sur l’opposition qu’il souhaitait incarner face au gouvernement. Résultat ? Un rassemblement massif des forces de gauche derrière sa candidature au second tour. Ca a été le cas d’Europe Ecologie-Les Verts, du PS, de France Insoumise et même du groupe municipal Pour Une Nouvelle Gauche au Havre. Mais ce rassemblement s’est révélé bien plus large puisque ses 62,7% excèdent les 52,5% que cette aile a récolté au premier tour. La suppléante de Jean-Paul Lecoq, Nathalie Nail est la première à s’en réjouir.

“Pendant la campagne, on a rencontré quelqu’un qui habitait Avenue Foch et qui n’avait jamais voté à gauche. Pourtant, il nous a dit qu’il le ferait cette fois-ci. C’est une reconnaissance de ce que nous sommes et du travail qu’on fait au quotidien”

DES LEGISLATIVES DE RENAISSANCE POUR LE PRG

On n’en avait plus entendu parler depuis 2011. A cette époque, le PRG du Havre était mené par Yves Bertrand qui s’est mis en retrait après sa défaite aux cantonales. Comme ils l’étaient encore présentés hier soir sur les télévisions nationales, les radicaux de gauche étaient alors des alliés fidèles du PS. Pourtant, la donne a changé. Le PRG se présente aujourd’hui comme un parti centriste. Il n’a d’ailleurs pas hésité à investir Antoine Siffert face à Matthieu Brasse dans la 7e circonscription. Un choix gagnant pour le trentenaire qui s’est hissé au second tour.

“Je suis déçu mais aussi comblé. Le PRG fait 40% grâce à une équipe formidable issue de la société civile avec un recul politique. La démocratie peut repartir. Ces visages, vous les reverrez”

Car oui, les radicaux comptent bien se réinstaller au Havre durablement. Ce résultats les y encouragent. Mais pas comme allié du PS, cette fois-ci. En effet, le parti s’est engagé pendant l’entre-deux tours de ces législatives à soutenir la majorité présidentielle. Une refonte totale du parti donc qui passe aussi par un projet de fusion avec les radicaux de droite. Antoine Siffert compte bien travailler sur le sujet en local.

“Grâce au président de la République, les radicaux reviennent dans le jeu. Au Havre, je sais qu’il y a des radicaux valoisiens et d’autres du centre droit. Le PS va se recomposer à la gauche de la gauche. Ca va éclaircir les choses. Donc il est encore un peu tôt. Mais moi, je reste au Havre pour mener ça”

UN MONDE A RECONSTRUIRE AU PS

Cependant, pour les socialistes, le temps des questions est venu. 6% à la présidentielle. A peine mieux aux législatives et aucun candidat au second tour au Havre. D’ailleurs, ils avaient mystérieusement disparu au soir du premier tour. Mais pour le secrétaire de section du Hare, Matthieu Brasse, les fondations sont toujours là.

“Lundi est le jour zero pour reconstruire le Parti Socialiste. Au Havre, on n’a pas explosé. C’est juste une vague nationale qu’on s’est prise de plein fouet”

Non, c’est au niveau national qu’il va falloir clarifier les choses. Oui, on a bien dit clarifier.

“Nous croyons au clivage droite-gauche parce qu’il est nécessaire à la démocratie (…) Mais quand un électeur ne sait pas s’il vote pour le PS de Valls, Cambadélis ou Hamon, il va voir ailleurs et c’est normal”

Eh bien bon courage.

Un petit partage ?
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Maxime Malfoy

Journaliste passionné, Maxime jongle entre radio, vidéo et presse écrite depuis 7 ans. Et pour ce tout terrain de 30 ans, l'important est de transmettre l'information en direct et sans filtre. C'est pour cette raison que Maxime a lancé Seinomedia.fr en janvier 2017.
View all posts by Maxime Malfoy →