LE PCF A L’ASSAUT DE LA 7e CIRCONSCRIPTION DU HAVRE

22/02/2017 – Après le binôme Jean-Paul Lecoq/Nathalie Nail, la semaine dernière, le Parti Communiste du Havre lance cette fois la campagne de Baptiste Bauza et Catherine Guney dans la 7e circonscription de Seine-Maritime.

CONFERENCE DE PRESSE

Baptiste Bauza a présenté sa candidature aux prochaines élections législatives dans la 7e circonscription de Seine-Maritime (cantons de Montivilliers puis du Havre I, V, VI et VII) mardi 21 février. Secrétaire de section du Parti Communiste du Havre depuis 2015, le cheminot de va mener sa première grande élection après avoir été présent sur la liste de Sébastien Jumel lors des régionales 2015. Il sera accompagné de Catherine Guney, déléguée du personnel CGT dans l’entreprise CEACOM du Havre, comme suppléante. Ce binôme a pu surprendre quand on sait que Nathalie Nail était candidate dans cette même circonscription en 2012 avant de se présenter dans la 8e circonscription comme suppléante de Jean-Paul Lecoq. Son suppléant de l’époque, Aurélien Lecacheur, secrétaire de section du Parti Communiste de Montivilliers l’explique ainsi.

“C’est un choix politique pour permettre à Jean-Paul Lecoq d’être élu dans la 8e circonscription. On a fait le choix de mettre deux têtes d’affiche. Mais c’est aussi une volonté politique de mettre des candidatures salariées car c’est une attente du monde du travail”

Plus qu’une volonté politique, Baptiste Bauza appuie sur la légitimité de cette candidature.

“Avec Catherine, nous connaissons les difficultés de la vie et du travail car nous le vivons au quotidien. Nous ne sommes pas des professionnels de la politique mais des salariés engagés pour changer le quotidien des salariés, des jeunes et des retraités de ce pays (…) Dans une ville comme Le Havre où il y a eu une forte mobilisation contre la loi travail, où il y a eu le conflit avec la Poste… Deux syndicalistes candidats, ça a du sens”

PORTER UNE VRAIE POLITIQUE DE GAUCHE

La stratégie gagnante au Havre ?

Mais au-delà du “sens” que constitue ce binôme dans sa forme et son ancrage territorial, il y a aussi les idées portées par les deux candidats.  Objectif: défendre une véritable politique de gauche à l’Assemblée Nationale, une gauche qui a été mise à mal par le quinquennat socialiste de François Hollande d’après Catherine Guney.

“Les espoirs suscités en 2012 ont été vit déçus au gré d’une politique allant à l’encontre des intérêts de notre peuple (…) Allant contre leurs promesses de campagne, les gouvernements socialistes ont mené une politique qui a rompu avec les exigences de changement et de progrès. Aujourd’hui, le sentiment de trahison est fort dans le pays face à ces renoncements”

Le Parti Communiste se présente ainsi comme la seule alternative à gauche. D’ailleurs, dans le domaine de la santé notamment, Baptiste Bauza n’hésite pas à remettre en cause des réformes de droite comme de gauche qui ont affaibli ce service public.

“Députés, nous abrogerons les lois Bachelot et Touraine. Nous manquons de médecins partout dans le pays. Il faut supprimer le numerus clausus, les quotas de formations et pourquoi pas, si la suppression du numerus clausus de suffit pas et que les jeunes médecins continuent de choisir de s’installer dans des zones déjà bien dotées, nous envisageons de demander des mesures de suspension de la liberté d’installation”

Symbole de la “trahison” de la gauche incarnée par le Parti Socialiste, la loi Travail sera abrogée en cas de majorité communiste/France Insoumise (nous y reviendrons plus loin) à l’Assemblée Nationale. L’ambition de Baptiste Bauza et du PCF est claire: se démarquer des partis dits de gouvernment en remettant l’humain au coeur de leur programme politique.

“Selon l’ONG Oxfam, que l’on ne peut pas taxer d’être communiste, 8 personnes dans le monde détiennent autant d’argent que 3,6 milliards de personnes. C’est indécent, il est temps que ceux qui créent les richesses en récupèrent le fruit (…) nous voulons agir pour changer la vie quotidienne, pour que chacun puisse vivre dignement, pour que nos enfants aient un avenir meilleur. Nous sommes la gauche debout, fidèle à ses valeurs pour changer la vie”

Pour que cela soit possible, ce sont les grands idéaux portés par la gauche qui sont portés: défense des salariés avec une nouvelle loi remplaçant la loi Travail par une autre renforçant la sécurité de l’emploi et la formation ou interdire les licenciements dans les entreprises réalisant des profits. Défendre l’humain, pour le Parti Communiste, c’est aussi placer la dépendance comme un 5e risque  au sein de la Sécurité Sociale, permettre un meilleur cadre de vie pour les personnes en situation de handicap tant en terme d’accessibilité que de revenus ou d’accès à la formation dès le plus jeune âge et à l’emploi. En réponse à l’actualité, Baptiste Bauza propose aussi des mesures pour résorber la fracture qui sévit entre la population et la police.

“Députés, nous adopterons la proposition de loi des sénateurs communistes visant à mettre en place le récépissé pour les contrôles d’identité. Le drame qu’a subi Théo, et ce n’est qu’un parmi d’autres, ne doit plus jamais se reproduire. Les contrôles au faciès doivent cesser. Seule une police de proximité, composée de policiers formés, encadrés, peut recréer un lien de confiance avec la population”

QUID DE L’ALLIANCE AVEC FRANCE INSOUMISE ?

Gauche radicale, bagarre radicale

Mais pour permettre une arrivée massive de députés communistes à l’Assemblée Nationale en mesure de constituer une majorité, ou du moins une opposition forte, cela passera par un score élevé de Jean-Luc Mélenchon à l’élection présidentielle. Si le soutien du Parti Communiste au candidat est acté, on a pu remarquer quelques divergences en vue des législatives entre le PCF et le mouvement France Insoumise de Jean-Luc Mélenchon en vue des législatives. Ces divergences seront vite balayées d’après Aurélien Lecacheur.

“Les choses vont se régler très rapidement. Une réunion nationale a lieu jeudi et nous présenterons ensemble les meilleurs candidats possible dans chaque circonscription”

En ce qui concerne les parrainages, la question semble aussi réglée. Alors que France Insoumise au Havre avait déclaré dans un communiqué qu’aucun maire n’avait encore donné sa signature à Jean-Luc Melenchon, ceci serait dû au récent changement de législation qui veut que les maires envoient directement leur parrainage au Conseil Constitutionnel. Auparavant, c’étaient les candidats eux-mêmes qui les recueillaient pour ensuite les y déposer. Jean-Luc Mélenchon devrait donc bénéficier d’environ 840 signatures communistes, bien au-delà des 500 requises pour sa candidature.

Un petit partage ?
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Maxime Malfoy

Journaliste passionné, Maxime jongle entre radio, vidéo et presse écrite depuis 7 ans. Et pour ce tout terrain de 30 ans, l'important est de transmettre l'information en direct et sans filtre. C'est pour cette raison que Maxime a lancé Seinomedia.fr en janvier 2017.
View all posts by Maxime Malfoy →