Le Havre : Ruffin à Pierre Janet pour crier ?

4/07/2018 - Le député de la Somme François Ruffin était de passage à l'hôpital Janet du Havre mardi 3 juillet. Tandis que sa venue a fait beaucoup parler, lui tente de construire un débat national autour de la psychiatrie.



La  video va s'afficher dans un instant...



Bien que très attendu, le passage par Le Havre de François Ruffin, député de la Somme posait question. D'une part, parce que l'hôpital psychiatrique Pierre Janet n'est pas du tout dans sa circonscription ni même son département. D'autre part, parce que même son champ d'action législatif ne légitimait pas cette venue. En effet, il est membre de la commission des affaires économiques à l'Assemblée Nationale.

Toutefois, l'hôpital et la psychiatrie en particulier sont des sujets auxquels François Ruffin s'intéressent particulièrement. Ainsi, il suit de près le personnel soignant de l'hôpital psychiatrique Pinel situé dans son fief d'Amiens. Les hospitaliers picards dénoncent les économies budgétaires et leurs conséquences sur les conditions d'accueil des patients. D'ailleurs, une délégation de cet établissement était à ses côtés, ce mardi, pour soutenir les "perchés" du Havre. De plus, le député de la Somme a aussi publié un livre sur la question : Un Député à... l'Hôpital Psychiatrique.

Ruffin a fait le tour

Lors de la visite de Luc Lemonnier, Hervé Morin et Jean-Paul Lecoq, personne n'occupait encore le toit des urgences de Pierre Janet. C'est donc la nouveauté par rapport à ses prédécesseurs. François Ruffin a commencé la sienne par un temps d'échange avec les "perchés". Quelques minutes pour écouter leurs témoignages sur les conditions de travail et l'état des services. Quelques minutes pour prendre connaissance des relations entre l'hôpital et l'Agence Régionale de Santé. Enfin, quelques minutes pour prendre des nouvelles de ceux qui occupent ce toit depuis le 26 juin.

Ce temps d'échange s'est ensuite poursuivi par une allocution lors d'un rassemblement organisé par les syndicats devant l'hôpital Janet du Havre. Puis est ensuite venu le temps de la visite des lieux. Une visite qui s'est résumée aux urgences puis au pavillon Caravelle, certes. Mais durant laquelle François Ruffin a pris le temps de s'entretenir avec les personnels présents sur place. Cependant, le constat final n'a pas différé de ses prédécesseurs quant à la situation dénoncée par les soignants.



Plus de budget pour la psychiatrie

Pourtant, le député France Insoumise de la Somme n'a pas attendu la visite pour émettre ses premières conclusions aux "perchés".

"Ce que j'entends, c'est la même chose que sur Amiens, du Rouvray... Maintenant, la question est de savoir comment faire un tir groupé. Parce que si chacun reste dans son coin, on ne va pas s'en sortir"

C'est donc dans ce sens qu'est allé son allocution devant les soutiens aux personnels soignants. Une allocution lors de laquelle il a pu placer quelques phrases chocs à l'encontre de la ministre de la Santé, Agnès Buzyn et des directions d'Agences Régionales de Santé (ARS).

"On en est arrivé à une aberration qui est que ceux qui prennent des décisions ne viennent même pas voir ceux qui en dépendent. C'est de la lâcheté. Prendre des décisions sur un tableau Excel, c'est facile, tout le monde peut le faire"

Car, selon François Ruffin, ce n'est pas à lui de visiter les hôpitaux psychiatriques de France. Mais plutôt aux décideurs cités plus haut. Il s'est ensuite emporté contre ce qui, à ses yeux, guide ces décisions et aboutit à ce que dénoncent les personnels soignants.

"On parle beaucoup d'extrémisme. Mais tout penser par rapport à l'argent est aussi une forme d'extrémisme. Il faut sortir de cette dictature de l'argent pour remettre en avant l'humain"

Pour cela, le député d'Amiens prône une hausse du budget alloué à la psychiatrie de 30%. Toutefois, il ne voit pas cela comme une hausse puisqu'il affirme que ce budget est "gelé depuis 15 ou 20 ans". Il s'agirait surtout d'une remise à niveau.

 

Ruffin a aussi fait parler

Et c'est là que ces propos mis bout à bout commencent à faire réagir certains. Comme la députée Agir du Havre Agnès Firmin Le Bodo sur le réseau social Twitter.

Cependant, il n'y a pas que parmi ses opposants que François Ruffin a réussi à s'attirer des remarques. En effet, l'assistance a aussi vivement réagi quand il a voulu comparer l'action des "perchés" de Pierre Janet au Havre à la grève de la faim menée par 8 soignants de l'hôpital du Rouvray près de Rouen en mai. L'élu d'Amiens a évoqué des agissements moins dangereux au Havre.

Il résultera au moins de ce passage un coup de projecteur certain sur la situation de la psychiatrie au Havre et en France en général.

Pendant ce temps là, à Pierre Janet...

On vous avait parlé du collège des médecins psychiatres reçu par la directrice de l'ARS Normandie Christine Gardel, lundi 2 juillet à  Caen. Les personnels soignants du Havre réclament sa venue comme préalable à l'ouverture de négociations. Cette demande a été relayée par ce collège qui soutient désormais les personnels de l'hôpital Pierre Janet en grève. La réponse de la directrice est tombée en début d'après-midi. C'est avec le directeur du Groupe Hospitalier du Havre (GHH) Martin Trelcat que Christine Gardel négociera. Rien n'indique une éventuelle venue au Havre.

Justement, Martin Trelcat est lui venu reprendre le dialogue à Janet lundi après-midi. Un communiqué a ensuite été publié mardi 3 juillet par le Groupe Hospitalier du Havre. Le GHH y indique notamment la création de 28 postes au sein de l'hôpital psychiatrique. Parmi eux : 2 infirmiers aux urgences, 13 infirmiers de nuit et 13 personnels accueillants.

Les personnels soignants réclament la création de 50 postes et d'une trentaine de lits permanents supplémentaires.

D'autre part, il semblerait que la directrice adjointe de l'ARS Normandie Elise Noguera ait prévu de venir rencontrer les soignants de Janet accompagnée de Martin Trelcat.

Ça vous plaît ? Dîtes-le !

[Total : 5    Moyenne : 5/5]

Participez à la grande conversation !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  Suivre la conversation  
Me notifier des