Le Havre : Pierre Janet hausse le ton

27/06/2018 - Le personnel soignant de l'hôpital psychiatrique Pierre Janet du Havre est toujours en grève. Tandis qu'une réponse de l'Agence Régionale de Santé se fait toujours attendre, la défiance s'installe aussi vis-à-vis de la direction. Une action coup de poing a démarré mardi 26 juin.



Ces derniers jours ont vu défiler les élus à l'hôpital psychiatrique Pierre Janet. Car celui-ci est en grève depuis le 16 juin. Les personnels soignants réclament principalement la venue de la directrice de l'ARS (Agence Régionale de Santé), Christine Gardel. Objectif : obtenir 50 postes supplémentaires et le remplacement de la trentaine de lits supplémentaires en places permanentes.

Ainsi, le maire du Havre et président du conseil de surveillance du Groupe Hospitalier du Havre (GHH), Luc Lemonnier, a été le premier à visiter les lieux en milieu de semaine dernière. Ensuite, c'est le président de la Région Normandie Hervé Morin qui s'est déplacé vendredi. Enfin, le député de Seine Maritime Jean-Paul Lecoq est venu lundi 25 juin. Tous ont assuré avoir fait passer le message à l'ARS dans la foulée. Hervé Morin dit même s'en être entretenu avec le Premier Ministre, Edouard Philippe, et le cabinet de la ministre de la santé, Agnès Buzyn.

Jean-Paul Lecoq lors de sa venue à l'hôpital Pierre Janet du Havre lundi 25 juin



PIERRE JANET EN GREVE "H24"

Seulement, il semble que ces appels répétés des élus n'aient pas débloqué la situation. En effet, c'est ce que les grévistes ont fait savoir lors de leur assemblée générale hebdomadaire, mardi 26 juin. D'après eux, la directrice de l'ARS n'a pas répondu aux solicitations des élus. C'est donc une action coup de poing qui a été entreprise avec la mise en place d'un campement permanent sur le toit des urgences de Pierre Janet. "Parce qu'il n'y a pas de locaux sans patient" dit-on du côté du personnel.

 

Ainsi, 5 personnes ont pris leurs quartiers dès mardi après-midi. Une action symbolique destinée à alerter et à montrer la détermination des personnels.



L'objectif de cette action est clair. En plantant leur tente à la vue de tous, les grévistes souhaitent la rendre visible au jour le jour. Ils ne comptent redescendre qu'une fois qu'ils auront obtenu satisfaction auprès de l'ARS.

Les 5 perchés ont ensuite été rejoints dans la soirée par 2 autres membres portant leur nombre à 7. Une caisse de grève a été ouverte pour les soutenir pendant l'opération puisqu'ils seront considérés comme grévistes d'ici la fin du campement.

Le Rouvray au soutien, les directions visées

Certes, ça couvait depuis la visite de Hervé Morin. Mais les soignants se sont cette fois publiquement exprimés lors de cette assemblée générale sur le positionnement de leur direction. Ils lui reprochent notamment un retrait de lits supplémentaires avant la venue d'élus. Un fait qui avait été souligné lors du passage de Hervé Morin, président de Normandie, vendredi 22 juin.

 

La  video va s'afficher dans un instant...

De plus, la CGT du Groupe Hospitalier du Havre s'est aussi émue du manque de considération de la direction envers la journée de mobilisation du 28 juin.

"Il n'y a pas de feuille d'assignation dans les services. La direction se fiche qu'il y ait une grève (...) Ça veut dire qu'elle ne sait pas s'il y a des grévistes ou non alors qu'on est tenus d'assurer la continuité des soins"

Mais il n'y a pas qu'à Pierre Janet que la défiance s'installe. En effet, les personnels soignants de l'hôpital du Rouvray ont envoyé une lettre à la ministre de la santé, vendredi 22 juin. Les agents des 2 hôpitaux se soutiennent mutuellement depuis le mouvement social qui a touché l'établissement rouennais jusqu'au 8 juin dernier. Celle-ci vise directement leur direction et est soutenue par le personnel de l'hôpital Pierre Janet du Havre.

"Le Centre Hospitalier du Rouvray a connu dernièrement un conflit social long qui s'est radicalisé sur la fin devant l'absence totale d'écoute et de réponses de nos tutelles (...) Constatant qu'aucune modification de leur attitude ne peut être envisagée, nous vous demandons, Madame la Ministre, d'intervenir personnellement afin d'organiser la 'mobilité' de notre président et de notre directrice des soins"

Cette demande est une condition à la signature du protocole de sortie de crise en cours de rédaction à l'hôpital psychiatrique du Rouvray. 8 agents avaient entamé une grève de la faim avant d'obtenir, 18 jours plus tard, 30 postes supplémentaires qu'ils réclamaient auprès de l'Agence Régionale de Santé (ARS).

Ça vous plaît ? Dîtes-le !

[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Un petit partage ?
  • 9
  •  
  •  
  •  
  •  
    9
    Partages
  • 9
  •  
  •  
  •  

Maxime Malfoy

Journaliste passionné, Maxime jongle entre radio, vidéo et presse écrite depuis 7 ans. Et pour ce tout terrain de 30 ans, l'important est de transmettre l'information en direct et sans filtre. C'est pour cette raison que Maxime a lancé Seinomedia.fr en janvier 2017.
View all posts by Maxime Malfoy →

Participez à la grande conversation !

Merci de vous identifier pour donner votre avis

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.