Le Havre: une manifestation le 19 avril contre tout

17/04/2018 - C'est reparti pour une nouvelle mobilisation au Havre. A l'appel de l'intersyndicale CGT-Solidaires-FSU du Havre, cette manifestation du 19 avril doit frapper fort. Car les sujets de mécontentement sont nombreux et touchent tout le monde d'après les syndicats. Petit passage en revue avant ce rassemblement qui ne sera pas le dernier.



La  video va s'afficher dans un instant...

Vous avez dit manifestation ?

Le 22 mars dernier était surtout consacré à la fonction publique. Cette fois-ci la manifestation du 19 avril voulue par les syndicats du Havre a vocation à être plus large. Pourtant, il ne s'agit pas d'un mot d'ordre national. Enfin, pas pour tout le monde. En effet, si la CGT a lancé son appel dans toute la France, ce n'est pas le cas de la FSU. Du moins, pas de tous les syndicats de cette fédération puisque le SNES (enseignants du second dégré) et le SNEP (enseignants d'EPS) ont rejoint la CGT. FSU a tout de même déposé un préavis de grève et publié un communiqué de soutien au mouvement. Non, son appel à la grève se limite bien au département de Seine-Maritime. Et ce, même si d'autres se sont aussi lancés dans l'aventure. Quant à SUD Solidaires, il appelle à la grève nationale depuis le 11 avril dernier.



Une manifestation pour quoi faire ?

Voici donc la grande question. Plus haut, on vous a écrit que la cible de cette journée de mobilisation est plus large que le 22 mars dernier. Ce jour là, elle appelait surtout la fonction publique à se rassembler. Cette fois-ci, tout le monde est appelé. Toutefois, cet appel ne sort pas de nulle part. C'est du moins ce qu'explique Alain Ponvert pour la FSU.

"Ce qui est important, c'est que cette journée n'arrive pas comme ça. Elle fait suite à la mobilisation des retraités le 15 mars (...), à la manifestation des fonctionnaires le 22 mars (...) et aux grèves des cheminots (...) et des avocats"

Un plateau bien fourni donc. D'autant plus que le 19 avril tombe sur un jour de grève chez les cheminots. Il n'est pas exclu d'y voir aussi les avocats et peut-être même les portuaires.

Certes, les avocats avaient déjà rejoint le cortège, le 22 mars dernier, tandis que les cheminots s'étaient rendus à Paris. Mais cette fois-ci, les salariés du privé sont aussi appelés à rejoindre le mouvement. Même s'ils n'en étaient pas vraiment exclus non plus la dernière fois. Car les raisons sont nombreuses pour Serge Fouché de Solidaires.

"Le 19 avril, c'est une continuation des luttes pour la dignité humaine, pour ne pas perdre sa vie à la gagner (...) C'est tout ça qui nous préoccupe : la souffrance des salariés dans le privé comme dans le public. Il n'y a plus de différence"

Un mot d'ordre qui devrait être le même lors de la prochaine mobilisation nationale prévue le 22 mai.



Les raisons de la colère

On a écrit que les causes de mécontentement étaient nombreuses selon les syndicats. Particulièrement pour Solidaires. Mais il ne s'agit pas du seul syndicat à la penser. Pourtant, la colère est palpable depuis un an. La loi travail en 2017 l'avait déjà attisée. Mais la différence, aujourd'hui, c'est que les sujets de crispation sont multiples. En effet, si on écoute bien, la mondialisation opérée à marche forcée n'est plus soutenable d'après Serge Fouché.

"On se bat contre l'esclavagisme de la mondialisation qui est devenue une bataille entre les riches et les pauvres. Quand j'entends dire que les fonctionnaires sont des privilégiés alors qu'il y a de plus en plus de contractuels..."

Alain Ponvert (FSU) fait ensuite le lien avec la situation des retraités qui se dégrade à ses yeux depuis l'augmentation de la CSG sur les retraites.

"Il y a 60% des retraités auxquels ont fait les poches. Il n'y a que ceux qui reçoivent moins de 1 200 € par mois qui ne sont pas touchés. On les remercie parce que Emmanuel Macron est poli mais on leur fait les poches"

Puis Gaël Pasquier (CGT) reprend pour dépeindre la situation de la fonction publique. Elle-même comporte plusieurs sujets de mécontentement.

"On demande des efforts supplémentaires aux fonctionnaires comme s'ils étaient un boulet alors qu'il a été démontré que le service public avait été protecteur lors de la crise de 2008 (...) Les cheminots, ils se battent pour leur statut parce qu'ils n'acceptent pas qu'on dise qu'ils sont responsables de la situation à la SNCF (...) Les avocats ont bien compris que c'est une privatisation de la Justice qui arrive"

Et encore, quand on dit fonction publique, les professeurs n'ont pas exposé leurs sujets de discorde. Pour Serge Hennodier (FSU), le premier d'entre eux concerne la plateforme ParcourSup.

"On dit que la plateforme Admission Post-Bac ne faisait pas le boulot mais il n'y a pas assez de places en supérieur pour accueillir tous les futurs étudiants (...) Donc les lycéens vont avoir leurs premières réponses le 22 mai et ils vont débuter le baccalauréat le 1er juin. Le stress commence à monter chez les lycéens et parents d'élèves parce qu'il va y avoir tout ça à gérer"

Et il faut ajouter à cette crainte  la réforme du lycée en préparation pour 2019 et le projet de fermeture des Centres d'Information et d'Orientation (CIO).

Ces secteurs ont pu exposer leurs griefs, il ne faut pas oublier d'autres services publics comme l'hôpital et la Poste, entre autres, qui devraient descendre dans la rue le 19 avril. Une mobilisation massive est donc attendue. Car, pour les syndicats, il s'agit d'un combat historique. En effet, ils esiment que la politique mise en place depuis plusieurs années n'a qu'un objectif: favoriser le patronnat, les grands groupes et effacer les acquis sociaux établis après-guerre par le Conseil National de la Résistance.


Ça vous plaît ? Dîtes-le !

[Total : 5    Moyenne : 4.2/5]

Participez à la grande conversation !

1 Avis sur "Le Havre: une manifestation le 19 avril contre tout"

  Suivre la conversation  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des