LE HAVRE: L’ECONOMIE A COURT TERME

31/01/2017 – A l’image du secteur économique havrais tout entier, la fédération française du bâtiment craint pour son avenir du fait des investissements annoncés au niveau national. La levée de bouclier est peut-être un peu rapide.

CONTENU EDITORIAL

Entre reprise et craintes

Dominique Frebourg, président de la Fédération Française du Bâtiment (FFB) Le Havre Pointe de Caux a manié le chaud et le froid lors de ses voeux 2017, jeudi 26 janvier au Havre. S’il a émis à la fois de la satisfaction quant aux résultats du bâtiment en 2016, il émet quelques craintes quant à l’avenir et notamment vis-à-vis du canal Seine Nord.

“Le financement par l’Europe, les régions des Hauts de France et de l’Île de France du canal Seine Nord offre, sans participation financière, aux ports du range nord un accès efficace aux flux de marchandises et de services de ou vers l’Europe centrale et de l’est alors que traînent les financements nécessaires au développement du port du Havre et de l’Axe Seine”

L'UMEP hausse le ton

C’est la mise en chantier de ce canal Seine Nord qui avait incité l’Union Maritime et Portuaire (UMEP) à lancer son projer Seine Port Europe début janvier. Si l’Axe Seine est surtout une affaire économique et portuaire, il est normal que le secteur du bâtiment regarde son développement de très près. Les demandes en foncier de la part de l’économie portuaire l’impliquera forcément à un moment donné.

PRIORITE AUX PORTS DU NORD… VRAIMENT ?

La façon dont avait été présenté Seine Port Europe avait amené Seinomedia a être un peu dur avec ce projet. Il faut tout de même reconnaître qu’il fait fi de beaucoup de contraintes non-négligeables, notamment au niveau environnemental, qui pourraient amener la vallée de la Seine à devenir une véritable usine à catastrophes naturelles. Le chantage à l’emploi et le bombage de torse des dirigeants de l’UMEP n’avait pas aidé à bien accueillir son contenu. Cela dit, Seine Port Europe a au moins le mérite de poser les enjeux que doit relever l’Axe Seine d’ici 2050. Car, en lui-même, le canal Seine Nord n’est pas une menace qui va offrir un boulevard au développement des ports d’Anvers, Rotterdam et Hambourg, les trois premiers européens. Non, il constitue une menace dans la mesure où la vallée de la Seine n’est en effet pas assez structurée pour en profiter. Le canal Seine Nord va relier Compiègne à Aubencheul-au-Bac soit à mi-chemin entre les métropoles de Nancy, Strasbourg et de Lille considéré comme centre de l’Europe vers lequel de nombreux flux convergent. De là à Hambourg, Rotterdam ou même Anvers, il y a un petit bout…

UNE MENACE A L’INSTANT T

Alors certes, Seinomedia n’est pas un média expert en économie maritime mais le fonctionnement des flux, tout le monde l’apprend à l’école. Et il est clair qu’un tel canal va faciliter l’acheminement des marchandises issues des ports du nord vers Lille puis vers Paris, Nancy et Strasbourg, si ces deux dernières se développent en ce sens pour ensuite desservir l’Europe centrale et l’Europe de l’est. Il n’est donc pas anormal que les Hauts de France et l’Île de France aient financé le projet puisque cela va renforcer leur position centrale en Europe pour les flux de marchandises. Mais c’est vite oublier qu’un canal n’est pas à sens unique et que les marchandises peuvent très bien être acheminées depuis Paris vers Lille notamment. Avantage par rapport aux ports du range nord ? La navigation par voie fluviale et la limitation du transport routier (et tous les aléas que cela peut impliquer). Mais minute papillon. D’où viennent en grande partie les marchandises acheminées vers le port de Paris ? Du Havre et de Rouen pardi ! Alors oui, le canal Seine Nord, à l’instant où nous parlons va servir les ports d’Anvers, de Hambourg et de Rotterdam ainsi que Paris et Lille.

Mais à l’heure où l’UMEP milite enfin pour que HAROPA (ports du Havre, Rouen, Paris) ne deviennent plus qu’un comme le souhaitait déjà le commissaire au développement de l’Axe Seine Antoine Rufenacht dès 2012, les intérêts de Paris pourraient bien devenir ceux de toute la vallée de la Seine. A ce moment là, peut-être que les investissements nécessaires pourront être faits du Havre à Paris pour que l’Axe Seine profite pleinement du canal Seine Nord qui pourrait bien plus lui profiter en termes d’emploi et d’économie que les professionnels ne semblent le croire pour le moment. Et le secteur du bâtiment en profitera aussi à coup sûr grâce au développement industrialo-portuaire, d’une part mais aussi par l’afflux d’emplois et donc de logements que cela pourrait générer.

Photo: Dominique Frebourg, président de la FFB Le Havre Pointe de Caux

Un petit partage ?
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Maxime Malfoy

Journaliste passionné, Maxime jongle entre radio, vidéo et presse écrite depuis 7 ans. Et pour ce tout terrain de 30 ans, l'important est de transmettre l'information en direct et sans filtre. C'est pour cette raison que Maxime a lancé Seinomedia.fr en janvier 2017.
View all posts by Maxime Malfoy →