Le Havre : Les commerces au numérique ?

21/05/2018 - Le projet était connu depuis novembre dernier. Il est maintenant réalité.  Les commerces du Havre ont une solution à disposition pour être visibles sur Internet. En quoi consiste ce marketplace ? Quel intérêt pour vous (parce qu'il y en a) ? Eh bien, on a demandé.



A moins de suivre nos LIVE, vous n'êtes peut-être pas au courant que l'idée d'un marketplace devait voir le jour au Havre. Il faut dire que le débat sur les nouveaux tarifs de stationnement avait pris beaucoup de place... Cependant, le conseil municipal a bien voté en novembre l'octroi d'une subvention de 14 000 € au site internet marche-prive.com. Une subvention qui s'ajoute à une autre du même montant versée par la CCI Seine Estuaire. 28 000 € donc pour proposer aux commerces havrais de proximité une vitrine sur internet ainsi qu'un service de commande et livraison. Cette somme servant à financer le 1er mois d'adhésion des commerces puis toute la communication qui l'accompagne. Ce marketplace, comme on dit dans le jargon du net, est lancé en ce mois de mai.

Quels services pour les commerces ?

(De g. à d.) Pénélope Virag, vice-président de la CCI Seine Estuaire chargée du commerce, Laurence Besancenot, adjointe au maire du Havre chargée du commerce et Victor Gobourg, fondateur de marche-prive.com

L'idée n'étant pas de faire de la publicité, on va faire le plus court possible. Via ce partenariat, marche-prive.com via son site internet marche-prive.boutique propose aux commerces du Havre de se doter d'un espace sur internet. Et pas seulement pour présenter leurs activités. Mais aussi pour vendre leurs produits directement sur le web et le livrer au domicile du client. Bien sûr, quand on dit web, on parle aussi d'application mobile. En gros, on vous a résumé l'intérêt du commerçant et du client dans cette histoire. Quoique, le service n'est pas gratuit pour les commerces (voir plus bas) et tous les outils sont déjà à disposition pour le faire soi-même. On sait de quoi on parle. Et Victor Gobourg, fondateur de marche-prive.com, est tout à fait d'accord.

"Ils pourraient faire une plateforme e-commerce mais ils n'ont pas les compétences et le temps pour. C'est pourquoi on apporte une solution clé en main"

Ainsi, cette solution aurait l'avantage d'ouvrir les commerces de proximité au numérique tout en renforçant leur lien avec les clients. L'idée étant de leur permettre de consommer dans ces enseignes même quand ils n'ont pas le temps de s'y rendre. Ce qui fait dire à Victor Gobourg :

"Je tiens à remercier la Ville du Havre et la CCI Seine Estuaire de montrer que l'avenir du commerce de proximité passe par internet et ne s'oppose pas au monde physique"

Apparemment, c'est confirmé par diverses études de satisfaction qui montrent que la plateforme valorise le commerce.



Quelle ambition pour les commerces ?

Ça, c'est ce qui est promis. Mais l'implantation de cette plateforme est aussi un souhait de la part des décideurs locaux. Après tout, la désertification des commerces de proximité est une vieille rengaine. D'ailleurs, en janvier dernier, le maire du Havre, Luc Lemonnier a appelé les commerçants à s'adapter à cette nouvelle donne plutôt qu'à la contrer. Ainsi, la subvention commune de la Ville du Havre et de la CCI Seine Estuaire a pour but d'aller dans ce sens. C'est ce que l'ont comprend quand on écoute Laurence Besancenot, adjointe au maire chargée du commerce.

"On sait que le commerce de proximité est en pleine mutation, qu'il y a de nouveaux modes de consommation... Et c'est très compliqué pour les commerces de se mettre à la page (...) On veut créer du flux dans nos commerces de proximité et, pour cela, le numérique a été bien ciblé"

Donc pour inciter les commerces à adhérer au projet, 28 000 € ont été investis. Ils prennent en charge le premier mois d'adhésion des 100 premiers commerces à rejoindre la plateforme. Ceci sachant qu'il faut débourser 109 € par mois pour y apparaître. Mais aussi toute la communication à faire autour.

"Les commerçants savent que la communication coûte 1 voire 2 bras. C'est pourquoi on montre qu'on a intégré cette problématique et qu'on accompagne en offrant le 1er mois d'adhésion et la mise à disposition de ce service" (Laurence Besancenot)

Mais pour la CCI Seine Estuaire, cet accompagnement doit guider les commerces vers ce qui semble devenir une obligation. Pas de la part des institutions mais pour répondre aux souhaits des clients. C'est ce que dit Pénélope Virag, vice-présidente la chambre et chargée du commerce.

"C'est le rôle d'une CCI de donner les outils pour y arriver (...) S'ils ne veulent pas dépenser ces 109 €, c'est parce qu'on n'aura pas réussi à convaincre que c'était nécessaire"

Toutefois, cette éventualité ne semble pas vraiment envisagée. En effet, le travail mené par la CCI depuis l'élection de sa nouvelle présidente, Léa Lassarat, fin 2016, a l'air satisfaisante. Pénélope Virag se réjouit ainsi que 1 000 commerçants se soient réunis au sein des ambassadeurs du commerce. Un premier pas pour valoriser les commerces de proximité et participer à l'attractivité du territoire.



Avec quels commerces ?

Une fois qu'on a dit ça, quels commerces pouvez-vous retrouver sur cette plateforme marche-prive.boutique (parce que c'est là qu'ils sont) ? Si vous avez bien lu, la Ville du Havre et la CCI Seine Estuaire font cadeau d'un mois d'adhésion aux 100 premiers arrivants. Pour le moment, vous n'en trouverez "que" 15. Une pharmacie, une poissonnerie, une fromagerie, un fleuriste, deux boulangeries... Une diversité assumée et apparemment voulue par Victor Gobourg et ses partenaires institutionnels.

"L'idée, c'était d'avoir des enseignes complémentaires"

Mais pas que. Différentes enseignes et différents produits, c'est bien. Des enseignes que beaucoup connaissent, c'est mieux. Et Pénélope Virag ne s'en cache pas.

"Il était important que ça ait une résonnance chez les havrais. Quand on vous dit ambassade de Bretagne, vous savez ce que c'est. Quand on vous dit Bérigny, vous savez ce que c'est. C'est important pour en attirer d'autres"

De là à se dire qu'il faut être sélectionné pour apparaître sur la plateforme, il n'y a qu'un pas. Un pas que l'on s'est empressé de sauter et auquel Pénélope Virag a tout de suite répondu.

"On n'a pas fait de sélection dans le sens où on est allé voir 5 commerces pour n'en choisir qu'un. Mais on est allé voir en priorité ceux que l'on voulait vraiment voir adhérer"

Donc non, rassurez-vous chers commerçants potentiellement intéressés, il n'y a pas de sélection à l'entrée d'après les acteurs concernés. Le service est bien ouvert à tous. A voir maintenant si les commerces de proximité bénéficieront bien d'un coup de pep's grâce à cette solution. Mais, après tout, c'est vous qui en déciderez, non ? Donc autant vous poser la question.


Photo : Nick Youngson, Marketplace, Creative Commons 3 - CC BY-SA 3.0

Ça vous plaît ? Dîtes-le !

[Total : 3    Moyenne : 5/5]

Participez à la grande conversation !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  Suivre la conversation  
Me notifier des