Quand Le Havre chouchoute ses commerçants

17/01/2018 - Les commerçants du Havre étaient invités à la Bibliothèque Niemeyer lundi 15 janvier. Pour ces voeux, le maire Luc Lemonnier a tenu à rappeler l'implication de la Ville auprès des commerces. Mais aussi à éteindre les polémiques.




CONFERENCE DE PRESSE

CONTENU EDITORIAL

Les voeux du maire du Havre adressés aux commerçants étaient attendus. C'est le moins que l'on puisse dire. Pourtant, plusieurs indicateurs relevés en 2017 auraient dû réjouir les commerces. Las, les problèmes de fonds demeurent toujours. Comment faire face à la vente en ligne ? Comment rivaliser avec les grandes surfaces ? Enfin, il faut ajouter à ça la polémique qui a accompagné ce début d'année autour du stationnement. Et ce particulièrement aux abords des zones commerciales. Et vous savez quoi ? le maire du Havre Luc Lemonnier a balayé tout ces sujets lors de son discours.

Une politique au service des commerçants

Car le maire du Havre a tenu à le rappeler : la Ville prend soin de ses commerçants. Certes, tout n'est pas fait que pour eux non plus. Mais pour Luc Lemonnier, ils ont tout à y gagner.

"On va continuer avec cette politique d'attractivité qui a autrefois été incomprise, qui a parfois été critiquée, mais dont vous commerçants êtes le mieux à même de comprendre la portée et de constater les retombées"

Toutefois, cette politique d'attractivité n'est pas spécifiquement tournée vers les commerçants. Ces derniers n'en profitent finalement qu'indirectement. Mais elle est primordiale à en croire le premier magistrat de la ville.

"Ouvrir une grande bibliothèque (...) c'est de l'attractivité : des centaines de milliers de visiteurs chaque année. Miser sur l'enseignement supérieur en retenant les étudiants au Havre et en en faisant venir d'autres (...) c'est de l'attractivité. C'est de l'animation, ce sont des activités nouvelles, ce sont de nouveaux clients !"

Pour le maire du Havre, tout est donc lié à l'activité des commerçants. Y compris quand il s'agit de développer le tourisme d'affaires à travers le Carré des Docks. Mais aussi le travail fait sur le tourisme et le nautisme.

"Miser sur le tourisme, sur le nautisme, sur les croisières : en 2017, l'année a été exceptionnelle avec toujours plus d'escales, de paquebots et toujours plus de passagers. En 2018, nous allons probablement franchir la barre des 400 000 croisiéristes. Et c'est toujours de l'attractivité"

Soyez donc rassurés, chers commerçants. Le Havre agit et ce depuis longtemps. Car cette politique d'attractivité a été engagée par l'ancien maire du Havre Antoine Rufenacht puis poursuivie par Edouard Philippe. Et comme dit et répété depuis six mois, Luc Lemonnier ne s'en écartera pas. "On va continuer" lance-t-il pour que ce soit plus clair.

Un été au Havre tout bénef' pour les commerçants

Et pour continuer sur les bienfaits de cette politique d'attractivité, il fallait bien sûr faire un retour sur les 500 ans du Havre. L'événement marquant de l'année 2017 est sans cesse rappelé au bon souvenir des havrais. Tant pour sa réussite populaire qu'économique. Une réussite que Luc Lemonnier n'a pas manqué de détailler à nouveau. Avec deux millions de visiteurs dépensant en moyenne 39€ chacun, les 20 millions d'euros investis ont généré 80 millions d'euros de retombées économiques. Ce sont du moins les chiffres dévoilés en novembre.

"Les havrais souhaitent vivre chaque année un nouvel Eté au Havre, les milieux économiques l'espèrent et, j'en ai la conviction, vous l'attendez aussi !"

En effet, ce n'est pas un mystère non plus, Un Eté au Havre aussi va continuer. Avec l'espoir de booster encore régulièrement le commerce local (entre autres).

Le Havre aux côtés des commerçants ? Oui mais...

Et pourtant, la situation ne va pas mieux au Havre qu'ailleurs. Luc Lemonnier en convient.

"Mais il y aussi un contexte plus général qui ne peut pas, je le sais, ne pas vous préoccuper (...) Au niveau national en 2017, 11,7% des commerces de centre-ville, y compris dans les galeries commerciales, étaient vacants. Plus d'un magasin sur dix fermé contre 7,2% en 2012"

De quoi limiter d'emblée l'impact des centres commerciaux situés notamment en périphérie et cibler ainsi la vente en ligne. Une nouvelle donne qui se développe depuis une dizaine d'années et à laquelle Luc Lemonnier invite les commerçants à s'adapter.

Car oui, si la Ville dit faire beaucoup pour ses commerçants, pas question non plus de céder à tous leurs desideratas. Ceci, Luc Lemonnier le dit assez clairement.

"Des réussites commerciales et de nouvelles boutiques qui ouvrent, il y en a au Havre ! La mission de la municipalité, c'est de les accompagner et de les aider. Ce n'est bien sûr pas de "faire" à votre place mais de créer les conditions pour que vous réussissiez"

D'ailleurs, Le Havre s'est positionné sur cette question de la vente en ligne. La Ville s'est rapprochée du site internet marche-prive.com. Une décision enterrinée en conseil municipal le 20 novembre dernier. Près de 29 000 € vont ainsi être investis par la Ville du Havre et la Chambre de Commerce et d'Industrie (CCI) Seine Estuaire. Objectif: aider les commerçants à se créer une vitrine web via ce site internet et favoriser leur passage au commerce en ligne.

Cet accompagnement se traduit aussi par un "plan global de revitalisation" et par le déploiement du FISAC (Fonds d'Intervention pour les Services, l'Artisanat et le Commerce).

"Au total, en dix ans, ce sont plus de 5 millions d'euros qui auront été versés directement aux commerçants par le biais du FISAC pour soutenir les projets de modernisation des commerces"

Stationnement: polémique éteinte ?

Luc Lemonnier s'est donc (brillamment) attelé à promouvoir l'action du Havre auprès de ses commerçants tout en les incitant à prendre leurs responsabilités. Non sans rappeler le rôle important des commerces dans la vie locale. Un mélange de douceur et de fermeté qui est finalement bien passé.

Restait maintenant à mettre fin à THE polémique de ce début d'année : le stationnement. Voté en conseil municipal le 20 novembre (là aussi), le forfait post-stationnement a été vivement critiqué sur les réseaux sociaux début janvier. Le remplaçant de la contravention a été fixé à 30€. En outre, il ne doit pas être supérieur au tarif maximum proposé. De nouvelles plages ont donc été ajoutées aux tarifs initiaux pour les atteindre. Sur ce point, le maire du Havre s'est encore montré ferme.

"Pour le stationnement, vous avez peut-être entendu dire que les tarifs de stationnement allaient ou avaient augmenté(er). Eh bien, c'est faux. Trois heures de stationnement coûtent toujours 2,90€ (...) Ce qui a changé, c'est le montant de la sanction"

En zone verte... 2,90€ les trois heures de stationnement, c'est le tarif en zone verte. En revanche, il est bien de 30€ pour la même durée en zone orange, aux abords des commerces. Luc Lemonnier s'est même dit "prêt à en discuter avec chacun" des commerçants, fort de ses "certitudes". Mais il avait aussi gardé une annonce dans sa manche. Une annonce qui n'était d'ailleurs pas attendue si tôt.

"A partir d'avril, nous proposerons même un tarif pour les professionnels à 250 €. Un tarif qui était jusqu'alors réservé au BTP, aux professions de santé..."

Ce tarif annuel valable dans toutes les zones de stationnement est encore aujourd'hui de 450€. Cette annonce s'ajoute aux modifications opérées sur l'affichage des horodateurs (voir ci-dessous) et la publication d'une notice de mise au point par la Ville du Havre. Suffisant pour éteindre la polémique ?




1
Participez à la grande conversation !

0 Auteur

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

plus récents plus anciens plus de votes