LE BÂTIMENT ENTRE REPRISE ET CRAINTES

31/01/2017 – Le président de la FFB du Havre Pointe de Caux, Dominique Frébourg, a procédé aux traditionnels voeux de la profession jeudi 26 janvier. Il se réjouit de la reprise entrevue en 2016 mais entrevoit quelques ombres pour l’avenir.

DISCOURS

Dominique Frébourg, président de la Fédération Française du Bâtiment du Havre Pointe de Caux, a débuté ses voeux 2017 par une réelle satisfaction jeudi 26 janvier au Havre. Bien qu’il se veuille prudent pour l’avenir, la reprise économique semble bien là.

“La crise, appelons-la comme ça, née en 2008, semble être en perte de virulence. Une amorce de reprise s’est dessinée au plan national autour de 1,9%, à peu près du même ordre pour notre secteur géographique”

Ce la se traduit par une hausse des permis de construire de l’ordre de 16% en Seine Maritime pour le logement et de 9% pour les constructions non-résidentielles par rapport à 2015. Cette hausse se propage même à la commande publique qui a crû de 7% dans le bâtiment et de 4% pour les travaux publics. Le nombre d’entreprises est resté stable en 2016, environ 750 alors qu’une cinquantaine ont disparu depuis 2010 d’après Dominique Frebourg. Et l’avenir s’éclaircit sous l’impusion des politiques publiques. Comme elle l’a largement évoqué la semaine dernière, la Communauté d’Agglomération havraise (CODAH) intensifie son programme de rénovation énergétique. Les professionnels du bâtiment comptent bien profiter.

la CODAH promeut sa politique écolo

Le sous-préfet du Havre, François Lobit a appuyé cette observation de reprise “timide mais réelle”. D’après lui, la reprise est portée par la vente du neuf et les dotations à l’investissement (5,4 millions d’euros en région havraise). En tant que représentant de l’Etat, il a aussi donné des garanties pour l’avenir notamment avec le maintien du Crédit d’impôt pour la Transition Energétique (CITE) et des investissements de 3,5 milliards d’euros en France pour la construction de logements sociaux neufs.

DES DECEPTIONS MALGRE LE REGAIN

Ceci dit, le président de la FFB Le Havre Pointe de Caux n’oublie pas de noter la fragilité toujours existante du secteur malgré les signes de reprise.

“diminution des effectifs de 160 sur un an alors qu’un millier d’emplois ont été perdus depuis 2010”

Et si les politiques publiques locales permet aux professionnels du bâtiment de mieux appréhender l’avenir, celles émises au niveau national sont sources de critiques comme le non-alignement de la durée de travail des apprentis mineurs sur celle de leur maître d’apprentissage et surtout l’instauration du compte pénibilité. Cette constatation est partagée par Edouard Philippe, maire du Havre et président de la CODAH.

“Vous avez exprimé une forme de réticence à l’égard de certains dispositifs (…) Je n’ai jamais vu quelqu’un me dire, le CPA (compte personnel activité dans lequel est inclus le compte pénibilité ndlr) c’est super, c’est clair et on sait très bien comment on va faire”

Les manifestations contre la loi travail arrivent en fin de liste des déceptions de Dominique Frébourg.

“Nous déplorons le blocage de l’économie locale, clairement insupportable, lors des manifestations contre la loi El Khomri qui a conduit une minorité non représentative à donner à la ville une image de rebelle dont on se serait bien passé”

L’AVENIR EN POINTILLE

Mais Dominique Frébourg et la FFB du Havre Pointe de Caux sont déjà tournés vers l’avenir. Son implication dans le 500e anniversaire du Havre est un motif de satisfaction et Edouard Philippe encourage à voir plus loin.

“Actuellement, 1 million de touristes viennent au Havre chaque année. le 500e anniversaire, c’est l’occasion d’en faire venir beaucoup plus. Peut-être 2 millions. Peut-être plus. Et ça donnera peut-être à ces personnes l’envie de revenir. Il y aura alors des besoins nouveaux”

Cela dit, à l’instar de la communauté portuaire, le secteur du bâtiment s’inquiète de la mise en chantier du canal Seine Nord.

“Le financement (…) du canal Seine Nord qui offre, sans participation financière, aux ports du Range Nord un accès efficace aux flux de marchandises et de services de ou vers l’Europe centrale et de l’est (…) Cette dérivation programmée du trafic me reste incompréhensible”

Quels sous pour financer quoi ?

Cette crainte de voir le développement de la vallée de la Seine freiné et son activité avec est accompagnée par d’autres pour la FFB. Malgré les propos rassurants de François Lobit pour 2017, Dominique Frebourg ne veut pas que le CITE soit remis en cause de même que les prêts à taux zero (PTZ) et les taux réduits de TVA. L’éolien en mer est aussi un sujet d’inquiétude.

Photo: Edouard Philippe, député-maire du Havre et président de la CODAH

Un petit partage ?
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Maxime Malfoy

Journaliste passionné, Maxime jongle entre radio, vidéo et presse écrite depuis 7 ans. Et pour ce tout terrain de 30 ans, l'important est de transmettre l'information en direct et sans filtre. C'est pour cette raison que Maxime a lancé Seinomedia.fr en janvier 2017.
View all posts by Maxime Malfoy →