L’ATTRACTIVITE DE LA NORMANDIE DANS LES PAS DU HAVRE

20/02/2017 – C’est comme un symbole que la Mission Attractivité Normandie a organisé sa 1ere soirée des ambassadeurs au Havre. Depuis 1995 et son passage à droite, cette ville a axé son développement sur l’attractivité de son territoire.

CONTENU EDITORIAL

Pour une Normandie (plus) attractive

“C’est une épreuve extrêmement difficile que la stratégie d’attractivité (…) et Le Havre est un symbole. Il y a 50 ans, c’était la ville interdite”

C’est ainsi que, Hervé Morin, président de la Région Normandie a justifié sa politique entreprise il y a un an lors de son accession à la tête du Conseil Régional. Et il n’a pas vraiment tort puisque sous l’impulsion d’Antoine Rufenacht, maire de 1995 à 2010, Le Havre n’a cessé de vouloir changer son image dans les esprits mais aussi dans les faits notamment avec ce slogan de campagne en 2001 Soyons fiers d’être havrais. D’après Edouard Philippe, l’actuel maire du Havre, ce n’était pas gagné.

” Antoine Rufenacht pensait que Le Havre devait devenir une destination touristique. Ca en a fait rire certains. Mais il a donc fondé sa politique sur l’attractivité. Et 10 ans après, Le Havre est devenue une ville où on va, attractive par sa qualité de vie et son offre culturelle”

Comment la Ville du Havre est-elle parvenue à un tel changement ? En misant sur ce qu’elle avait déjà, en faisant entrer son centre-ville reconstruit si mal-aimé au Patrimoine Mondial de l’UNESCO, en faisant de son port le 1er de France en trafic conteneurs au détriment de Marseille, en obtenant le pavillon bleu pour sa plage et son port de plaisance, en développer son campus universitaire… Et pour ce qui manque ? On le crée pour ensuite le valoriser comme les festivals d’été, le LH Economy Forum, les équipements culturels et touristiques (Casino, palais des congrès, salle omnisport…) En bref, c’est exactement l’exemple que suit la Région Normandie.

Respirez Sport, la bonne idée

Et depuis un an, Hervé Morin mise (beaucoup) sur ce que la Normandie possède comme secteurs à valoriser: logistique, agriculture, automobile, pêche, sport, patrimoine vivant… quitte à peut-être à délaisser ce qui n’est plus à présenter comme le Mont Saint-Michel. Pour cela, la Région Normandie s’est donc dotée d’une future agence Attractivité Normandie qui travaille déjà sur les pistes à explorer pour faire rayonner la région en France et à l’international. Pierre angulaire de cette démarche: le réseau d’ambassadeurs qui se monte depuis septembre 2016 et qui compte 1 235 adhérents à ce jour. Comme le dit Philippe Augier, pilote de la Mission Attractivité Normandie: “les régions qui fonctionnent en réseau, rien ne leur résiste”. La démarche n’est pas nouvelle, elle est utilisée… au Havre depuis 2006 avec le même objectif: promouvoir la ville et contribuer à faire venir chefs d’entreprises, des investisseurs, ingénieurs, cadres supérieurs ou médecins, des organisateurs d’événements, des étudiants…

ESPOIR OU CONSTAT D’ECHEC ?

Puisqu’on a un exemple et qu’on en voit une partie des résultats que doit-on en penser ? Certes, l’idée que se font les habitants à l’échelle de la Normandie est beaucoup plus positive que celle que pouvaient avoir les havrais de leur ville en 1995 mais qu’importe. Le Havre a changé, c’est vrai. Le Havre a des atouts économiques indéniables comme son port et son statut de destination touristique  devrait devenir une évidence lors des manifestations Un Eté au Havre qui fêtent les 500 ans de la ville. Même le déficit démographique inhérent au Havre dont la “tradition” était de perdre 1 000 habitants par an semble s’inverser avec un excédent de 870 habitants en 2016 d’après l’INSEE. Oui, la politique d’attractivité, ça marche et il est donc normal que la Normandie elle-même lui emboîte le pas. Pourtant, doit-on y voir une solution miracle comme semble le dire Edouard Philippe ?

“C’est un thème stratégique pour la Normandie (…) Faire venir au Havre, c’est un enjeu de développement économique et un enjeu de développement tout court”

Ceci n’empêche que Le Havre reste le bassin d’emploi le plus touché par le chômage en Normandie avec 12,7% de la population sans emploi au 3e trimestre 2016, bien au-dessus de la moyenne nationale (10%) et normande (10,1%). Oui, on chipote. Mais en fait, pas vraiment. Car faire venir des investisseurs, des talents et des touristes participe beaucoup plus au développement économique du territoire que l’emploi. La Région Normandie l’a bien compris en mettant en place son dispositif ARME (Anticipation Redressement Mutations Economiques) qui aide les entreprises normandes en difficulté à se maintenir même si cela implique des suppressions d’emploi. Certes, la disparition pure et simple des entreprises se traduirait par encore plus d’emplois détruits mais surtout par la disparition de l’activité, de la richesse qu’elle produit et de l’image qu’elle pourrait donner de la Normandie à l’extérieur.

ARME en démonstration

Le fait que de nombreux ambassadeurs de la Mission Attractivité Normandie soient chefs d’entreprise (pas tous, certes) est révélateur de cette orientation prise par la Normandie. L’objectif est clair: mettre en valeur ce qui réussit. Mais à quel prix réussit-on (sans pour autant être un voyou, on vous voit venir) ? A-t-on acté que le développement économique passait uniquement par la production de richesses, d’activité et plus nécessairement par l’emploi ? Le chômage n’est-il plus un signe de mauvaise santé pour un territoire ? Et faire venir des investisseurs ne résorbe pas nécessairement le chômage, Le Havre l’a montré ces 15 dernières années. Pourquoi ? Parce que la main d’oeuvre n’est pas toujours qualifiée ou suffisamment diplômée parce que le territoire à moins que le territoire ait anticipé l’implantation d’une nouvelle activité, comme ce fut le cas au Havre pour l’éolien, et là se pose la question de l’expérience. Alors oui, si la politique d’attractivité lancée par la Normandie est menée à bien, peut-être que les habitants vivront mieux… enfin mieux que ceux qui y habitent aujourd’hui et sur lesquels on ne compte définitivement plus.

Photo: Erik Levilly, Vue aérienne du centre ville du Havre, Creative Commons Attribution 1.0 Generic

Un petit partage ?
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Maxime Malfoy

Journaliste passionné, Maxime jongle entre radio, vidéo et presse écrite depuis 7 ans. Et pour ce tout terrain de 30 ans, l'important est de transmettre l'information en direct et sans filtre. C'est pour cette raison que Maxime a lancé Seinomedia.fr en janvier 2017.
View all posts by Maxime Malfoy →