LA GAUCHE PEUT-ELLE EN PROFITER ?

24/04/2017 – Contrairement aux résultats nationaux, c’est Jean-Luc Mélenchon qui est largement arrivé en tête de la présidentielle au Havre. Pourtant, pas sûr que la gauche rassemblée autour de lui puisse profiter des divisions à droite.

CONTENU EDITORIAL

Le 76 rouge et bleu marine

Si En Marche espère surfer sur la vague de ses bons résultats au Havre, il en va de même pour la gauche radicale. Incarnée par Jean-Luc Mélenchon à l’élection présidentielle, celui-ci s’est nettement classé en tête à la Porte Océane. Et avec près de 30%, l’espoir est permis pour réaliser de bons scores aux législatives. D’autant plus que le candidat de la France Insoumise a même réussi l’exploit de flirter avec la première place dans la 7e circonscription de Seine Maritime. Oui oui, celle du député-maire du Havre, Edouard Philippe.

UN PS LIQUIEFIE

Nathalie Nail (PCF) n’avait pu faire mieux que 9,2% dans cette circonscription en 2012. Et hormis une percée du Front National au 2e tour en 1993, ce territoire a toujours donné lieu à une victoire de la droite traditionnelle sur le Parti Socialiste (PS). Seulement, le PS s’est littéralement effondré lors de cette présidentielle. Localement comme nationalement, Jean-Luc Mélenchon est donc devenu le leader de la premiere force de gauche du pays. Puis, sans surprise, la 8e circonscription a été largement remportée par le candidat de la France Insoumise. Ce n’est pas une surprise ici puisqu’il s’agit d’un territoire traditionnellement tenu par la gauche. Finalement, l’alliance Insoumis/communistes qu’il incarne pourrait tout d’un coup jouer les troubles-fêtes dans les deux circonscriptions du Havre. Une première.

UNE GAUCHE DIVISEE

Tremblement de terre à droite

Seulement voilà, l’alliance qui a tenu pendant cette présidentielle ne continuera probablement pas aux législatives. Les Insoumis du Havre ont annoncé de longue date leurs candidats tout comme le PCF. Des tractations ont eu lieu pour que des candidatures communes puissent être présentées. Mais elles n’ont pas abouti. Pour les communistes, “cette situation sera réglée d’ici deux semaines” dit-on en interne. Mais cela devait déjà se passer en février lorsque des négociations avaient lieu nationalement… Du côté des Insoumis, “l’heure n’est plus aux discussions avec qui que ce soit”. De quoi aussi fermer la porte à Europe Ecologie-Les Verts (EELV) dont les candidats semblaient disposés courant mars, à jouer les rassembleurs. Et que dire du PS et les 6% de Benoît Hamon en France comme au Havre et qui devra faire sans les écologistes ?

Finalement, les forces de gauche semblent parties pour être plus divisées encore aux prochaines législatives. Surtout quand on sait que le PCF ne compte pas y porter le même programme que le candidat qu’il a soutenu lors de cette présidentielle. Certes, la présidentielle n’est pas du tout le même type d’élection. Mais elle a le mérite d’afficher une certaine tendance de ce que pourrait être le vote en juin. Et de ce point de vue là, les bons résultats de Jean-Luc Mélenchon dimanche 23 avril risquent bien de ne pas s’y répercuter. Une gauche divisée face à une droite écartelée. C’est l’affiche qui sera vraisemblablement proposée aux électeurs les 11 et 18 juin prochains dans les deux circonscriptions du Havre. Si cette situation en reste là, c’est donc celui qui fera le moins mauvais score qui remportera la mise. Tout un programme…

Sur la photo: (de g. à d.) Jean-Paul Lecoq (PCF) et Gerald Maniable (France Insoumise)

Un petit partage ?
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Maxime Malfoy

Journaliste passionné, Maxime jongle entre radio, vidéo et presse écrite depuis 7 ans. Et pour ce tout terrain de 30 ans, l'important est de transmettre l'information en direct et sans filtre. C'est pour cette raison que Maxime a lancé Seinomedia.fr en janvier 2017.
View all posts by Maxime Malfoy →