LA COTATION AU GHH, C’EST FINI… SÛR ?

11/01/2017 – En 2017, le Groupe Hospitalier du Havre abandonne le système de cotation pour les personnels hospitaliers. Ce dispositif était combattu par les syndicats depuis son instauration en 2013. Mais le mal est peut-être déjà fait.

CONTENU EDITORIAL

Dans une note de la direction des ressources humaines au Comité Technique d’Etablissement (CTE) le 12 décembre, le Groupe Hospitalier du Havre (GHH) a mis fin à la cotation qu’il avait mise en place depuis 2013. La fin de cette cotation est une victoire pour les syndicats SUD GHH, CGT Hôpital du Havre et CFDT. La CGT s’offusquait d’ailleurs en 2015 que le Groupe Hospitalier du Havre était le seul hôpital de France à avoir recours à ce modèle de cotation. Cependant, son encadrement par la direction est bel et bien terminée, l’instauration de cette cotation, bien que brève, pourrait bien laisser des traces dans les années à venir.

AU FAIT, C’EST QUOI LA COTATION ?

Le système de cotation consistait à évaluer le travail des personnels hospitaliers surtout par rapport à celui des autres agents. Cette évaluation s’effectuait selon cinq échelons élaborés par la direction du Groupe Hospitalier du Havre. Toujours en 2015, la CGT rapportait ce barême de cotation.

“Niveau 1: l’agent ne mérite pas de promotion. (…)

Niveau 2: qualité de travail médiocre=l’agent est moins méritant que la moyenne des autres agents. (…)

Niveau 3: bonne qualité de travail=l’agent est aussi méritant que la moyenne des autres agents. (…)

Niveau 4: excellente qualité de travail=l’agent est plus méritant que la moyenne des autres agents. (…)

Niveau 5: qualité de travail exceptionnelle=l’agent mérite tout particulièrement une promotion. (…)”

Cette cotation était ensuite associée aux autres critères permettant l’avancement de carrière des personnels hospitaliers: l’ancienneté dans l’hôpital, l’ancienneté au sein de son grade et la note administrative. La cotation pouvait très bien être rédhibitoire d’après la CGT en vue de l’obtention d’une promotion sans la garantir pour autant puisque, selon elle, 10% seulement des niveaux 5 pouvaient être retenus en fonction des autres critères et de l’appréciation associée par la direction.

La cotation abandonnée

UN SYSTEME TELLEMENT HUMAIN

La mise en place d’une compétition entre les agents au sein de la fonction publique hospitalière a de quoi surprendre. L’effet pervers de cette cotation était de placer cette compétition entre les personnels au-dessus du bien-être des patients que leur déonthologie est déjà censée leur imposer: fournir un meilleur travail que son collègue plutôt afin d’obtenir sa promotion plutôt que penser uniquement à traiter le patient. Cela dit, cette méthode aurait pu être bénéfique à la prise en charge du malade en incitant le personnel à fournir un meilleur service encore. Peut-être même que la cotation l’a permis puisque le Groupe Hospitalier du Havre, d’après le communiqué de SUD GHH, a surtout justifié l’arrêt du système de cotation par des tensions sociales avec les syndicats et des difficultés de gestion administratives. Mais il faut reconnaître que dans la situation de l’hôpital en général actuelle, mettre un personnel déjà en sous effectif sous pression est un pari risqué. Mais bon, l’Homme n’a pas attendu la cotation pour juger le travail de ses collègues ou se mettre en compétition avec eux. Encadrée ou pas, à l’heure où la compétitivité est devenue un credo, on peut se dire que la cotation personnelle a de toute façon de beaux jours devant elles.

Un petit partage ?
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Maxime Malfoy

Journaliste passionné, Maxime jongle entre radio, vidéo et presse écrite depuis 7 ans. Et pour ce tout terrain de 30 ans, l'important est de transmettre l'information en direct et sans filtre. C'est pour cette raison que Maxime a lancé Seinomedia.fr en janvier 2017.
View all posts by Maxime Malfoy →