JACQUES VABRE: AU HAVRE SANS LES HAVRAIS ?

23/10/2017 – La transat Jacques Vabre clôture donc les 500 ans du Havre à partir du 28 octobre. Pourtant, il semble bien que les havrais soient assez éloignés de cet événement. Et ce malgré tous les efforts déployés par la Ville et l’association co-organisatrice.

CONTENU EDITORIAL

Titre provocateur direz-vous ? Après 24 ans d’existence et une 13e édition qui se profile, bien sûr que la transat Jacques Vabre est l’un des événements havrais les plus anciens. Pourtant, il s’avère qu’encore bon nombre de havrais en sont éloignés. C’est à dire qu’ils n’y viennent pas voire même qu’il ne la connaissent même pas. Même si ce fait est contesté du côté des organisateurs, les animations et partenariats mis en place laissent planer le doute.

A lire: La transat pour clore les 500 ans

LA TRANSAT JACQUES VABRE JUSTE POUR RAYONNER ?

On ne peut pas vraiment révéler la source sur ce coup là. On n’est pas là pour mettre les gens en porte-à-faux non plus. Pourtant, il semble bien qu’en plus de 20 ans, la transat Jacques Vabre n’a pas gagné le coeur des havrais. Etonnant quand on sait qu’elle a au moins gagné le coeur des skippers. De grands noms y ont ainsi participé comme Paul Vatine, Yvan Bourgnon, Loïck Peyron, Franck Cammas ou encore Eric Tabarly. De ce côté là, pas de problème. Côté visiteurs non plus d’ailleurs. En 2015, le village-départ a attiré 450 000 visiteurs d’après l’association Transat Jacques Vabre. Chiffre à travers lequel Gidas Gautier, directeur de la transat, croit peut à l’éloignement des havrais.

“En 2015, sur les 450 000 visiteurs, on a recensé 75% de havrais environ. Certes, on a voulu que ça irradie un peu plus sur le territoire en nouant des partenariats avec des blogueurs et des instagrameurs mais dire que les havrais ne viennent pas, ce n’est pas vrai”

Quant au maire du Havre Luc Lemonnier, celui-ci préfère relativiser.

“Vous savez, la communication est globale. Je n’ai pas l’impression que cet événement soit inconnu des havrais. Après, je connais des havrais qui ne sont jamais venus voir la mer…”

Le maire marque un point. On ne peut pas vraiment obliger la population à venir si elle ne le souhaite pas. Quoique c’est tout de même dommage à la fois “un moment convivial et une fête populaire”.

ON SE DONNE DU MAL SUR LA TRANSAT JACQUES VABRE

Il y a 2 co-organisateurs sur cette transat. D’un côté l’association Transat Jacques Vabre et la Ville du Havre de l’autre. L’association a évoqué sa nouveauté et son objectif en s’associant à divers acteurs locaux présents sur le web. On le sait, on est dedans. Quant à la municipalité, différentes actions ont été mises en place. Luc Lemonnier parle de leurs objectifs.

“On va mettre en avant nos différentes politiques que sont Lire au Havre et Vibrer au Havre. Certains événements seront organisés dans ce cadre pour attirer en dehors de la voile”

Les propositions seront plutôt riches d’ailleurs. De plus, un travail en amont a été réalisé dans les écoles et les salles d’action municipales. Des repas brésilients étiquetés transat Jacques Vabre seront ainsi servis dans les centres de loisirs et écoles. Ce travail a aussi permis de préparer le terrain pour permettre aux enfants de rencontrer les skippers pendant la semaine. Enfin, des visites guidées seront même organisées pour les enfants inscrits dans les centres de loisirs pendant les vacances.

On ne peut donc pas reprocher à la Ville du Havre de ne pas faire son travail de terrain auprès de la population. Car le faire auprès des enfants, c’est le faire indirectement auprès des parents. Et apparemment, ces actions sont indispensables puisque ceux qui en sont chargés constatent que les enfants ne connaissent pas la transat Jacques Vabre. Combien sont-ils parmi leurs parents ? Et surtout comment en est-on arrivé là sur un rendez-vous régulier vieux de 24 ans ?

TRANSAT JACQUES VABRE ET OUTIL DE DEVELOPPEMENT

Car il ne s’agit pas là seulement d’un événement sportif et convivial pour Le Havre. Outre le fait d’attirer au-delà de ses frontières, ce qu’on appellera la fameuse attractivité, la municipalité espère en faire un outil pour sa politique. Elle n’est pas la seule d’ailleurs. En effet, la Région Normandie est partenaire de cette 13e édition et ce pour la 1ere fois. Une participation tout sauf anodine si on écoute la vice-présidente de la Région chargée du tourisme et du nautisme, Marie-Agnès Poussier-Winsback.

“La Région sera très présente pour mettre en avant notre façade maritime et notre engagement dans son économie. De plus, la Normandie va prochainement dévoiler son plan Nautisme et il était donc à ce titre indispensable d’être présent”

Et oui et oui. La Région Normandie rejoint Le Havre dans son ambition nautique. Quand on vous dit qu’elle fait tout pareil… Car Le Havre est engagé depuis longtemps dans le développement du nautisme avec son plan Le Havre, Ville Nautique. Un plan que le maire du Havre qualifie ainsi.

“C’est une politique volontariste pour le développement du nautisme et la transat Jacques Vabre y participe”

A lire: La Normandie dans les pas du Havre

Or, une initiative aussi brillante soit-elle n’a jamais marché sans le soutien de la population. C’était le grand défi d’Un Eté au Havre et il a été plutôt réussi. En ce qui concerne la transat Jacques Vabre, les organisateurs pourraient très bien se contenter d’attirer les médias nationaux (et tout ce que ça implique) puis les touristes le temps d’une semaine. Mais les efforts déployés montrent que ce n’est pas encore suffisant. Et ce bien que la prog’ paraisse alléchante.

Photo: Pymouss, Ponton du bassin Paul Vatine sur la transat Jacques Vabre, Creative Commons Attribution – Partage dans les Mêmes Conditions 3.0

Un petit partage ?
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Maxime Malfoy

Journaliste passionné, Maxime jongle entre radio, vidéo et presse écrite depuis 7 ans. Et pour ce tout terrain de 30 ans, l'important est de transmettre l'information en direct et sans filtre. C'est pour cette raison que Maxime a lancé Seinomedia.fr en janvier 2017.
View all posts by Maxime Malfoy →