[Intelligence Artificielle] Le Havre : future capitale du Hacking ?

Ce nouveau siècle est synonyme d’un nouveau paradigme. Terminée l’opposition entre l’Est et l’Ouest, ou bien le conflit entre les mondialistes et les enracinés. Aujourd’hui, nous entrons dans l’ère d’une guerre cérébrale, économique et territoriale.

Les articles de la Communauté Seinomedia sont réalisés par les abonnés Speaker et ne sont pas tenus de correspondre à la ligne éditoriale de Seinomedia.fr. Les contenus ci-dessous sont donc de l’entière responsabilité de son auteur et ne sauraient engager celle de Seinomedia. Vous aussi, vous souhaitez vous exprimer librement sur l’actualité qui vous semble importante ? Découvrez Seinomedia Speaker à partir de 4,99 € !

Selon Laurent Alexandre, cette guerre cérébrale a déjà lieu : les cerveaux de silicium contre les cerveaux de ceux qui ont créé ces derniers.
Cette guerre est aussi géographique. Les géants américains du numérique sont en avance par rapport à l’Europe dans le développement de l’Intelligence Artificielle (IA), que ce soit grâce à pléthore de données collectées par votre assistant vocal Amazon, votre moteur de recherche Google, vos publications Facebook ou l’utilisation de votre smartphone Apple.

Pourtant, cette guerre n’est pas perdue d’avance. Le Vieux Continent a encore sa carte à jouer dans ce domaine, en faisant travailler conjointement les nations qui le composent dans l’application de l’Intelligence Artificielle au domaine industriel.

 La France a d’ores et déjà pris les devants en demandant au député Cédric Villani de rédiger un rapport sur notre stratégie nationale pour l’IA. L’ambassadeur de l’IA en France y décline une série de mesures allant de l’éducation à l’industrie. Ce qui nous effraie, c’est que nous voulons jouer trop petit et tout simplement chercher à innover. Or, chercher à innover c’est se condamner, car n’oublions pas qu’en latin, “innovation” signifie “renouveler à l’identique” ! Comment aller de l’avant dans ces conditions ?

Un pays comme la France, un continent puissant comme l’Europe doivent s’appuyer sur notre village de petits gaulois sensible à la grande cause de ce siècle.

La ville du Havre est connue pour être le transitaire de la balance commerciale française. Elle doit impérativement devenir la capitale du Hacking en terme d’IA dans les prochains mois. L’Intelligence Artificielle appliquée à la logistique comme à l’industrie devrait être décrétée comme la priorité nationale !

Sous l’impulsion du rapport Villani, et également de nombreux témoignages des chercheurs, des centres de recherche interdisciplinaires d’IA ont déjà vu le jour en France. Mais ce qui est improbable, et même impensable, c’est que le centre de recherche qui travaille sur les problématiques liées au transport est basé à Paris-Saclays !

Ce centre de recherche devrait être délocalisé au Havre afin de faciliter l’application industrielle des différentes solutions (douanière, portuaire).

A l’heure de la concurrence internationale, la ville du Havre doit adopter le concept d’économie des petits-mondes : elle doit acquérir un savoir-faire spécifique, autre que le portuaire, afin que de nouvelles entreprises qui seraient prêtes à y migrer soit attirées par ce savoir-faire local unique en son genre.

 À lire : L’envie de gagner au Havre

La seule solution reste la maîtrise de l’IA et la construction de cette filière industrielle 6.0. Pour cela, les acteurs du territoire doivent se mobiliser derrière une véritable stratégie de Hacking autour d’investisseurs privés, qui pourraient notamment être tentés par le couple IA-cryptomonnaie appliqué aux transports et à l’industrie.

Oui, nous assumons notre orientation pour le privé. Le CNRS, aussi compétent soit-il, ne dispose même pas du budget de R&D du seul Amazon qui est environ de 18 milliards de dollars ! Comment voulez-vous avoir les moyens de votre ambition sans investir durablement ?

Laurent Alexandre dit vrai : dans les années 1990, nous n’avons pas été en mesure d’anticiper la vague révolutionnaire que serait le Web ; en 2005, nous n’avons pas été en mesure d’anticiper le pouvoir qu’auraient les réseaux sociaux. L’Histoire nous a déjà mis face à notre incapacité d’anticipation. D’autant que nous parlons là d’un futur exponentiel, qui est en tout point différent des croissances linéaires que nous savons analyser.

Si Le Havre ne se réveille pas demain, mais dès aujourd’hui, nous assisterons au Jour d’Après, un tsunami technologique aussi violent que celui de 2004, car les individus les moins éveillés seront intégralement balayés.

Souhaitons-nous rester les attentistes de cet inévitable remplacement technologique au grand dam d’une partie de l’espèce humaine, ou bien les acteurs et maîtres de cette nouvelle transition numérique ?

L’équipe Le Havre 21
[email protected]

D’accord ? Pas d’accord ? Dîtes-le en commentaire

Ça vous plaît ? Dîtes-le !

[Total : 3    Moyenne : 5/5]

Un petit partage ?
  • 12
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    12
    Partages
  •  
    12
    Partages
  • 12
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

1
Participez à la grande conversation !

Merci de vous identifier pour donner votre avis
1 Auteur
rbarbenchon Auteurs récents

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  Suivre la conversation  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
rbarbenchon
Master

Haropa sera la ville monde chère à Jacques Attali le concepteur et le réalisateur du projet sioniste Néom.
La population qui paye très cher tous ses pas jolis projets mettra bon ordre à ses dérives sectaires.
https://www.seinomedia.fr/a-in-normandy-jacques-attali-prefigure-haropa-le-projet-neom-europeen/