HAROPA: UN BILAN 2016 SATISFAISANT

1/02/2017 – Les ports du Havre, Rouen et Paris réunis sous la bannière HAROPA ont présenté leur bilan 2016 à Paris lundi 30 janvier. La croissance du groupement continue malgré quelques aléas mais beaucoup reste à faire.

DOSSIER DE PRESSE

Hervé Martel, président de HAROPA et directeur général du port du Havre, a présenté à Paris le bilan 2016 des ports du Havre, Rouen, Paris (HAROPA) lundi 30 janvier. Et ce bilan dégage un premier motif de satisfaction à l’international. Dans la concurrence qui opposent les ports de Anvers, Rotterdam et Hambourg, HAROPA gagne du terrain.

“HAROPA continue à gagner des parts de marché. Sur les conteneurs échangés via l’ensemble des ports du range nord européen (Le Havre – Hambourg), HAROPA progresse depuis 2011 et s’établit à 6,4 %, en progression de 0,5 points” Hervé Martel

Le port du Havre en particulier atteint son plus haut niveau de trafic de conteneurs. Une progression qui se fait surtout au détriment du port de Hambourg dont les parts de marché ont baissé de 0,7% depuis 2011 contrairement aux leaders européens que sont Rotterdam avec 30% de parts de marché et Anvers 24,5%.

LES TERMINAUX S’INSTALLENT

Malgré ses difficultés de 2015, le terminal multimodal du Havre est maintenant en capacité de traiter 80 000 conteneurs afin de les acheminer vers le transport ferroviaire ou fluvial. Si le fret ferroviaire continue de se développer avec la mise en place de nouvelles lignes et de nouveaux services, le trafic fluvial a crû de 11% en 2016 avec le transport de 180 000 EVP* depuis le port du Havre. Rien que sur l’Île de France, ce trafic augmente de 0,9%. En tout et pour tout, l’acheminement des marchandises par voies fluviale et ferroviaire s’élève à 260 000 EVP soit 3,6% de plus qu’en 2015. Enfin, le terminal roulier a reçu 313 000 véhicules en 2016, en augmentation de 5%. La directrice du port de Rouen, Régine Bréhier se réjouit d’ailleurs de ce développement du multimodal.

“La facilitation du passage de la marchandise demeure une priorité pour HAROPA. La fluidité est cruciale et nos Indicateurs de Performance, qui intègrent désormais le Port de Rouen, prouvent que nous marquons des points”

Mais la grande satisfaction de HAROPA, et en particulier du port du Havre, réside dans le trafic croisière qui a réalisé un bond de 44% en 2016 avec 362 150 passagers contre 223 000 en 2015.

DES DECEPTIONS INDEPENDANTES DES PORTS

Si la multiplication des transports de marchandises vers l’hinterland (zone d’influence du port à l’intérieur des terres) s’est réellement concrétisé en 2016. Il n’en est qu’à ses débuts. Pour preuve, le fret ferroviaire a plongé de 10,6% malgré l’essor du terminal multimodal du Havre. L’ouverture de nouveaux services à Vierzon vers l’Allemagne et probablement vers la Suisse devrait engendrer une reprise en 2017. Mais les ports HAROPA ont surtout dû faire face à des facteurs naturels et aux manifestations contre la loi travail. La crue qui a touché la Seine au printemps mais surtout les mauvaises conditions météorologiques ont entraîné une baisse de la production céréalière qui a réduit le trafic des vracs (marchandises) solides de 9% tandis que la mise à l’arrêt forcé des raffineries pétrolières a entraîné une chute des vracs liquides de 4%. Et pourtant malgré cela, le port du Havre bat son record de trafic conteneurs pour la 2e année écutive.

DES INVESTISSEMENTS EN HAUSSE

Investir comment ?

Autre secteur en croissance: les investissements. 527 millions d’euros ont été dépensés pour développer les zones industrialo-portuaires du Havre, Rouen et Paris soit 17% de plus qu’en 2015. 450 millions d’euros viennent du secteur privé et 77 millions de la part de HAROPA. Cela devrait perdurer en 2017 puisque HAROPA a déjà prévu de poursuivre son effort à hauteur de 95 millions d’euros tandis que le secteur privé devrait investir 595 millions d’euros en 2017 via des entreprises comme Bolloré, Eramet, LBC Sogestrol ou encore Lafarge.

EVP: Equivalent Vingt Pieds, taille de conteneur standard retenue pour évaluer le volume de marchandises transportées

Photo: Régine Bréhier, directrice générale du port de Paris, Hervé Martel, directeur général du port du Havre et Nicolas Occis, directeur général du port de Rouen

Un petit partage ?
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Maxime Malfoy

Journaliste passionné, Maxime jongle entre radio, vidéo et presse écrite depuis 7 ans. Et pour ce tout terrain de 30 ans, l'important est de transmettre l'information en direct et sans filtre. C'est pour cette raison que Maxime a lancé Seinomedia.fr en janvier 2017.
View all posts by Maxime Malfoy →