Grève du bac : Une mobilisation à la hauteur des attentes ?

Il a été lancé la semaine dernière et l'appel national à une grève de surveillance du baccalauréat a bien été suivi par les professeurs. Au Havre, 70 à 80 d'entre eux étaient réunis devant le lycée Claude Monet.



[membership level="0,2"]
Vous devez être un abonné Seinomedia Reader pour consulter ce contenu ! Pas encore de compte ? Devenez un abonné Seinomedia !

Gratuit
0€ TTC

Brèves Seinomedia

Lire les articles des abonnés

vidéos courtes

Lire les commentaires

Reader
4,99€
mois

Profil personnel

Articles Seinomedia

Live Seinomedia

Sondages Seinomedia

Brèves Seinomedia

Lire les articles des abonnés

Vidéos courtes

Commenter

Lire les commentaires

Speaker
4,99€
mois

Profil personnel

Publier vos photos, vidéos...

Publier vos articles

Rencontrer, échanger

Forums

Messagerie

Brèves Seinomedia

Lire les articles des abonnés

Vidéos courtes

Commenter

Lire les commentaires

[/membership]

[membership level="1,3"]A lire: Le bac de philo pourra-t-il avoir lieu ? [/membership]

On peut maintenant le dire, on ne s'attendait pas à une mobilisation record à l'occasion de ce bac 2019. Et pourtant, les professeurs présents aux abords du lycée Claude Monet lundi 17 juin étaient plutôt contents. Pas de quoi empêcher la tenue du baccalauréat, certes. Mais les chiffres sont montés assez hauts parmi les enseignants dans les différents lycées de l'arrondissement du Havre. Suffisant pour imaginer une reconduction du mouvement dans les prochains jours ?



[membership level="1,3"]

"La journée de grève la plus réussie de l'année"

Parmi les professeurs, c'est la satisfaction qui prédomine sous le chaud soleil qui pointe sur le lycée Claude Monet du Havre. En effet, un rassemblement est organisé pour réunir les professeurs grévistes du Havre et ses environs. Ils sont 70 à 80 et tous ne sont pas là y assure-t-on. A écouter, les chiffres transmis par les représentants enseignants des lycées trouvés, on est forcé de les croire. Ainsi, de source syndicale, on dénombre 30 professeurs absents sur la centaine mobilisée à la surveillance de l'épreuve de philosophie au lycée Claude Monet. Un taux d'environ 30% légèrement inférieur à celui du lycée Jean Prévost de Montivilliers. Les représentants y annoncent un taux d'environ 40% avec "un peu plus" de 35 professeurs grévistes. Toutefois, on est loin du chiffre aligné par le lycée professionnel Jules Siegfried où l'on grimpe à 90% avec 25 professeurs en grève sur les 27 que compte l'établissement. Enfin, du côté de Lillebonne, le lycée Guillaume Le Conquérant affirme avoir 50% d'enseignants absents soit une quarantaine sur les 90 annoncés.

[/membership]



[membership level="1,3"]A lire: Pourquoi la loi Blanquer leur fait si peur ? [/membership]

[membership level="1,3"]

Rien d'alarmant pour le rectorat

Puisqu'on était sur place, on a voulu aller vérifier les chiffres communiqués par les professeurs du lycée Claude Monet. Las, la direction ne fera aucun commentaire renvoyant la communication des chiffres au rectorat de l'académie de Rouen. Pas de problème ! Donc, comme convenu, on obtient les chiffres en fin de journée directement issus du ministère de l'Education Nationale. Mais toute académie confondue...

Pas grave ! On s'en contentera (pour satisfaire l'urgence du moment). Ainsi, le ministère annonce un taux de 5,4% de grévistes dans le secondaire sur l'ensemble de la France métropolitaine et de La Réunion. Bien loin des taux affichés localement au Havre et ses environs. Si on cumule tous les enseignants grévistes du 1er et 2nd degré, la moyenne redescend à 3%.

[/membership]

[membership level="1,3"]

Le procédé ne vous plaît pas vraiment

Cependant, au-delà de la bataille de chiffres, on vous a posé la question quant à l'initiative elle-même. Et malgré les arguments avancés par les professeurs, cette grève de surveillance du bac ne vous emballe pas vraiment. On pourrait même dire pas du tout. Enfin presque. Certes, vous êtes 83% à réfuter ce moyen d'action le jour du baccalauréat. Car 83%, c'est aussi le pourcentage d'entre vous qui a répondu favorablement à cette grève parmi les ouvriers et employés de la fonction publique. Un chiffre diamétralement opposé aux cadres supérieurs, commerçants et profession intermédiaires qui se sont rués sur la questions pour se détacher d'un éventuel soutien (87%). Une division assez marquée donc, particulièrement au niveau social. Mais spécialement dans le champ générationnel où la répartition rejoint les réponses globales (19% oui / 81% non). C'est d'ailleurs la même situation en ce qui concerne la géographie des réponses (15% oui / 85% non).

This poll is no longer accepting votes

[/membership]

[membership level="1,3"]

Des suites à cette journée ?

Ce rassemblement n'était qu'un prélude à une assemblée générale où s'est jouée la suite du mouvement. Alors que rien n'était décidée la semaine dernière, les professeurs prêts à suivre l'appel national n'excluaient pas une poursuite du mouvement après ce 17 juin 2019.

En attendant, les professeurs des écoles et de collège étaient aussi présents à Claude Monet pour soutenir leurs collègues. Mais aussi pour maintenir la pression sur le gouvernement vis-à-vis de la réforme "pour une école de la confiance" elle aussi portée par Jean-Michel Blanquer. En effet, la loi du ministre de l'Education Nationale a subi quelques modifications lors de son parcours législatif entre l'Assemblée Nationale et le Sénat. Ainsi, le rattachement des écoles à un collège de secteur ainsi que la restriction des prérogatives des directeurs d'écoles serait abandonnée. Cependant, quelques points restent encore à obtenir pour les enseignants mobilisés, notamment en ce qui concerne la prise en charge du handicap et les conséquences de la loi Dussopt censée réformer la fonction publique actuellement en discussion. D'ailleurs, c'est le sens de l'appel national lancé pour une grève de surveillance du brevet des collège le 27 juin prochain.

[/membership]

Ça vous plaît ? Dîtes-le !

[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Un petit partage ?
  • 9
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    9
    Partages
  •  
    9
    Partages
  • 9
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Avatar

Maxime Malfoy

Journaliste passionné, Maxime jongle entre radio, vidéo et presse écrite depuis 8 ans. Et pour ce tout terrain de 30 ans, l'important est de transmettre l'information en direct et sans filtre. C'est pour cette raison que Maxime a lancé Seinomedia.fr en janvier 2017.
View all posts by Maxime Malfoy →

Participez à la grande conversation !

Merci de vous identifier pour donner votre avis

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  Suivre la conversation  
Me notifier des