GRANDES VOILES: LE VILLAGE SOUS LE TAPIS ?

31/08/2017 – Certes, c’était l’euphorie lors de l’inauguration des Grandes Voiles du Havre. Une inauguration qui s’est faite sur le fameux village de la mer. Celui-ci suscite cependant quelques controverses. D’ailleurs, ce nom de village la mer n’a été employé par aucune des personnalités présentes. Vous avez dit malaise ?

CONTENU EDITORIAL

Le village de la mer. Un bien joli nom pour cette installation placée sur le parking du Magic Mirrors renommé cabaret de la mer. Un nom qui ne doit cependant rien au hasard puisqu’il est censé regrouper la fête de la mer. Et ce en plus du village qui devait de toute façon être installé lors de ces Grandes Voiles. Pourtant, la Ville du Havre a dû faire face quelques contestations quand cette décision a fini par se savoir. Car la fête de la mer avait élu domicile dans le quartier Saint François depuis 1955.

A lire: Un Eté au Havre (Acte III), c'est parti !

LE VILLAGE… DES GRANDES VOILES ?

Il y avait donc un petit malaise de notre part quand nous avons pénétré dans ce fameux village dans les pas des élus présents. Luc Lemonnier, maire du Havre, en tête. D’ailleurs, c’est à se demander si le malaise n’était pas présent chez eux aussi. Car si le mot village a bien été prononcé plusieurs fois et mis en avant, ce n’est pas le cas du nom qu’il affiche. Luc Lemonnier a plutôt préféré parler des Grandes Voiles en elles-mêmes et du contenu de ce village.

“En plus des 31 voiliers et 1 200 membres d’équipage présents, les Grandes Voiles, ce sont une cinquantaine de concerts, un défilé et une grande parade dimanche. Puis, sur ce village, il n’y a pas moins de 45 associations maritimes, 8 bars et restaurants thématiques”

Pour continuer à être mauvaise langue, si on s’élève à l’échelle de la Région Normandie, on se fout carrément de ce village. Enfin presque. Car la présence des 45 associations maritimes peut peut-être l’intéresser. Mais d’un autre point de vue. Si le président Hervé Morin n’a pu être présent, il était représenté par sa vice-présidente chargée du tourisme et de l’attractivité. La maire de Fécamp Marie-Agnès Poussier-Winsback a ainsi fait part de son intérêt pour les Grandes Voiles en ces termes.

“La Région ne pouvait pas ne pas être présente. Car en rayonnant, Le Havre participe au rayonnement de la Normandie. La Normandie, c’est 630 km de côtes et nous donnons une grande importance à la valorisation de ce patrimoine maritime”

Ca tombe bien, c’est un peu le but de ce village. Comme c’est le cas lors de la fête de la mer. Mais le mot mer semble banni du vocabulaire en ce 31 août. On lui préfère port, maritime…

LES GRANDES VOILES, UN PLUS POUR LA FÊTE DE LA MER ?

Car cette incorporation de la fête de la mer aux Grandes Voiles du Havre n’a pas fait plaisir à tout le monde. Les commerçants du quartier Saint François étaient venus faire part de leurs doléances en Conseil Municipal. C’était le 13 mars et ils ne comprenaient pas que cet événement leur échappe. En effet, la fête de la mer peut représenter jusqu’à 1/3 de leur chiffre d’affaire annuel. L’une d’entre eux s’exprimait ainsi.

“Il faut faire quelque chose de ce quartier, M. le maire. On demande juste qu’il y ait de la vie à Saint-François, qu’il y ait une banque, du passage. Comment on fait pour vivre ?”

A l’époque, le maire Edouard Philippe n’avait rien cédé. Son adjointe Marie-Laure Drone l’avait soutenu. Et l’actuel maire ne trouve pas justifié d’être aussi alarmiste sur la situation des commerçants de Saint François.

“On a fait cette fête pour augmenter de 60 à 70% la fréquentation du Havre en 2017. Nous ne l’avons pas décidé seul et Saint François va en profiter aussi”

Un optimisme que Luc Lemonnier doit à la présence des oeuvres d’art et de parcours à proximité du quartier en question. D’ailleurs, le bilan qui en sera fait à l’issue d’Un Eté au Havre devrait être positif selon lui.

“L’hypercentre et la ville basse profite pleinement de l’effet 500 ans. Pour moi, il n’y a pas de polémique. La fête de la mer retrouvera son format traditionnel dès l’année prochaine. En attendant, tout le monde est très satisfait que tout ait été concentré”

On attend donc ce bilan avec impatience pour trancher !

Sur la photo: (de g. à d.) Marie-Agnès Poussier-Winsback, Luc Lemonnier et Christian Bickert (Sail Training International France)