GEOTHERMIE: LA CHALEUR VENUE DES SOUS-SOLS

27/06/2017 – D’accord, la géothermie, ça a l’air bien. Mais comment ça marche ? Peut-on voir cette technologie se démocratiser ? Puis surtout, quels sont ses intérêts en Normandie ? On s’est renseigné.

CONTENU EDITORIAL

A lire: Journée promo au Havre

La géothermie est un procédé technologique dans lequel l’ADEME et ses partenaires croient énormément. Pourtant, le procédé est encore perfectible. Bien que le principe existe depuis les années 80, une démocratisation du concept n’est pas envisageable pour le moment. Mais encore faut-il comprendre pourquoi.

LA GEOTHERMIE, UNE ENERGIE CAPITALISTIQUE

Alors non, amis de gauche, on parle bien d’énergie capitalistique et non capitaliste. C’est Guillaume Lefrançois, référent ADEME de Basse-Normandie qui vous le dit.

“Plus on est gros moins c’est coûteux. On essaye donc de ne pas surdimensionner les installations et de partager avec le gaz. C’est pour cette raison qu’il faut faire des études en amont pour rentabiliser ce ratio à terme et faire baisser les coûts”

Car non, chauffer votre maison via la géothermie, ce n’est pas pour demain. Ce n’est pas assez grand. D’ailleurs, les surfaces dites rentables sont encore assez équentes d’après Etienne Le Brun, référent ADEME de Haute-Normandie.

“Pour les bâtiments de 1 500 ou 2 000 m², ça a un sens. Sur une maison individuelle, l’utilité de cette technologie et sa rentabilité sont rès hypothétiques par rapport au gaz”

Donc oui, d’accord. Il y a aussi un côté un chouïa capitaliste dans le déploiement de la géothermie. Il n’y a qu’à regarder les termes qu’on y associe. De plus, l’intégration de cette technologie est soumise aux cours des énergies concurrentes. Tout les experts sont d’accord pour le dire et particulièrement Florence Jaudin du Bureau pour la Recherche Géologique et Minière (BRGM).

“Le developpement de la technologie suit le cours du pétrole et du gaz. Certes, les gens prennent en compte de plus en plus le durable mais c’est comme ça. Quoique les subventions atténuent”

Or, il s’avère qu’en ce moment, le prix des énergies fossiles comme le gaz et le pétrole sont plutôt bas…

LA NORMANDIE, TERRE DE GEOTHERMIE ?

Mais pourquoi au fait ? Pourquoi il faut de gros bâtiments pour que cette énergie soit rentable ? Eh bien, c’est très simple. C’est parce qu’il faut creuser d’une part. Entre 10 et 200 mètres selon les endroits. Et dans le cas des maisons individuelles, il y a un risque de pomper la châleur du voisin. Donc de préférence, elle s’applique pour le moment à de grands bâtiments plus ou moins isolés. Cela dit, c’est aussi son avantage. Car en elle-même, la géothermie ne coûte rien. Florence Jaudin explique pourquoi.

“Le Maître d’ouvrage achète de l’électricité pour faire marcher la pompe à châleur. Il y a ensuite les bureaux d’étude et le foreur qui interviennent mais une fois que c’est parti…”

Intéressant. On a peut-être oublié le prestataire de service dans l’histoire mais bon, pour l’instant, on n’est pas vraiment concerné. Toutefois, il y a aussi la consistance des sols à prendre en compte. C’est pourquoi on creuse à 10 mètres à certains endroits pour installer la pompe alors qu’il faut descendre à 200 mètres ailleurs. Et apparemment, en Normandie, on est pas mal lotis. Surtout vis-à-vis de notre position côtière d’après Guillaume Lefrançois.

“On a 600 km de côte et le système de pompe à châleur en eau de mer fonctionne plutôt bien. Puis il faut savoir que l’eau de mer ne gèle pas. Donc même si le temps est variable, il y a toujours des calories à utiliser”

Ah oui ! Parce qu’on ne vous a pas dit ! Que ce soit dans l’eau ou dans le sol, la pompe ne consomme pas de matière. Seulement de l’énergie contenue dans les éléments. Cela dit, même au niveau des sols, la Normandie a ses atouts pour développer la géothermie contrairement à d’autres régions. Dans l’ex Haute-Normandie, le potentiel est vu comme intéressant par l’ADEME du fait des sols en craie. En ex Basse Normandie, les choses sont différentes. Car même si le potentiel est tout aussi important, des investissements ont déjà été réalisés sur d’autres technologies comme le bois énergie.

Un petit partage ?
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Maxime Malfoy

Journaliste passionné, Maxime jongle entre radio, vidéo et presse écrite depuis 7 ans. Et pour ce tout terrain de 30 ans, l'important est de transmettre l'information en direct et sans filtre. C'est pour cette raison que Maxime a lancé Seinomedia.fr en janvier 2017.
View all posts by Maxime Malfoy →