Exhibit 2019 : la preuve par 3 du Tetris

Les arts numériques sont de retour au fort de Tourneville. Le festival Exhibit vient renforcer pour une 2e année la programmation d'Un Eté au Havre. Ainsi 3 artistes viennent animer cette édition 2019.



 

Après un joli succès pour l'exposition Smart Factory en 2017 et le festival Exhibit 2018, le Tetris remet le couvert en 2019. Si la première a fait l'objet d'une belle surprise, le second ouvrait la voie à un concept plus ambitieux. Ainsi, comme en 2019, c'est à l'échelle du fort de Tourneville que ça va se passer. Et ce toujours dans l'idée de faire montre aux visiteurs de toute les variétés présentes dans les arts numériques. Ainsi, Exhibit s'installe comme un rendez-vous à part dans la programmation d'Un Eté au Havre avec une proposition particulière dans un lieu vu comme excentré mais en pleine transformation. Pour ce 3e été consacré à ces arts nouveaux, le fort fait de la place à 3 artistes : Nils Völker, Friedrich Van Schoor et Niklas Roy. Des artistes aux approches très différentes qui ajoutent à la variété recherchée par la programmation.



Nils Völker : le Tetris pour lui tout seul

Contrairement aux années précédentes, un seul artiste a le droit aux salles du Tetris : Nils Völker. Favoritisme ou créateur phare ? Pas vraiment puisque les deux autres artistes aux manettes de l'exposition ont d'autres privilèges que lui n'a pas. Qu'importe ! L'allemand nous propose 5 oeuvres à la fois déroutantes, surprenantes voire même relaxantes. Le principe ? Animer des objets à partir de moteurs ou de ventilateurs en séquences aléatoires. Il peut s'agir de sacs en plastiques comme pour l'oeuvre "24x6", de frisbies (10") ou encore de jouets à construire (Bits and pieces). Mais n'y cherchez pas de sens parce qu'il n'y en a pas de l'aveu de Nils Volker lui-même.

"Je n'ai pas de concept. Vous y voyez ce que vous voulez"



 

Ne vous méprenez pas si absence de sens il y a. Certes, les 2 premières oeuvres du parcours ("five pairs" et "24x6") peuvent dérouter de ce point de vue. Cependant, à l'image des 5 propositions de Nils Völker, elles ont cette faculté à capter l'attention,à attiser notre curiosité à l'instar d'un tour de magie. Certaines sont reposantes ("figure one"), d'autres fixées à un point d'orgue qu'on attend avec impatience bien qu'il ne soit pas exceptionnel ("bits of pieces") alors que les plus anodines arriveront sûrement à vous raccrocher à des pensées agréables. Et ces sensations sont exacerbées par les sonorités dans lesquelles baignent ces oeuvres qui bougent aux bruits des moteurs qui les actionnent. Finalement, c'est très bien que leur auteur ne cherche pas à y inclure du sens. Car ce n'est clairement pas leur intérêt qui est d'être vues en vrai et de se laisser porter.

Exhibit joue aussi à l'extérieur

Mais Exhibit 2019, ce sont aussi deux autres artistes allemands. Et c'est en-dehors des arcanes du Tetris qu'il faut aller les chercher. Une configuration qui n'est pas nouvelle si vous vous souvenez du puits à vibrations de l'édition 2018. Ainsi, Friedrich Van Schoor joue sur les deux tableaux puisqu'il propose une oeuvre se trouvant à l'intérieur de la salle de musique mais visible uniquement de l'extérieur. A la nuit tombée, le visiteur peut apercevoir une araignée déambuler à travers les vitres du Tetris. Ceci grâce à une projection réalisée à partir d'un animal à la taille tout à fait normale. D'ailleurs, le caractère nocturne de Araneola (c'est le nom de cette projection) n'est pas anodin puisqu'il permet à Exhibit de s'incorporer parfaitement à Un Eté au Havre. En effet, l'oeuvre de Friedrich Van Schoor s'inscrit comme étape de l'un des parcours proposé par la saison estivale havraise.

Exhibit : la preuve par 3 du Tetris

Cependant, Araneola n'est pas la seule oeuvre visible la nuit au sein du fort de Tourneville. Même si celle dont nous allons vous parler l'est aussi de jour. Mais pas que. D'ailleurs, c'est une vieille connaissance qui revient du côté du festival des arts numériques. Il s'agit de Niklas Roy qui avait fait sensation lors de l'exposition Smart Factory avec sa machine à peindre. En cette année 2019, il propose une structure collaborative formée de moulins à vents articulés autour d'une boîte à musique. Ainsi, Musical Windmills ne devient plus seulement une oeuvre à voir mais aussi à entendre puisque les moulins actionnent la boîte au gré du vent.

Mais qu'y a-t-il donc de numérique dans cette affaire nous direz-vous ? Eh bien les moulins à vent sont tout droit issus du FabLab. Lui aussi fait son retour après l'édition 2019 et invite toujours les visiteurs à concevoir des objets à partir de maquettes informatiques et d'imprimantes 3D. D'ailleurs, c'est aussi l'occasion de découvrir l'ancienne commanderie du fort de Tourneville où le FabLab s'installe cette année. Comme vous le voyez, tout est lié dans cette friche culturelle en perpétuelle transformation depuis 2012.

L'accès à Exhibit est gratuit et a cours jusqu'au 8 septembre 2019. Pour les horaires, visites et projections, on vous renvoie par ici.

 

Ça vous plaît ? Dîtes-le !

[Total : 1    Moyenne : 5/5]

Un petit partage ?
  • 28
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    28
    Partages
  •  
    28
    Partages
  • 28
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Avatar

Maxime Malfoy

Journaliste passionné, Maxime jongle entre radio, vidéo et presse écrite depuis 8 ans. Et pour ce tout terrain de 30 ans, l'important est de transmettre l'information en direct et sans filtre. C'est pour cette raison que Maxime a lancé Seinomedia.fr en janvier 2017.
View all posts by Maxime Malfoy →

Participez à la grande conversation !

Merci de vous identifier pour donner votre avis

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  Suivre la conversation  
Me notifier des