EN MARCHE… VERS OU ?

10/02/2017 – A l’image de son leader national, Emmanuel Macron, c’est avec de la frustration qu’un journaliste revient d’une sortie du mouvement En Marche au Havre. Et si l’avenir nous donnait tort ?

CONTENU EDITORIAL

Que faut-il retenir de la conférence de presse du mouvement En Marche Le Havre jeudi 9 février ? Le coeur balance entre “rien” et “l’avenir nous en dira plus”. Car sur le présent, on n’a rien appris ou presque. En Marche Le Havre compte 360 adhérents et 90 membres de comité. C’est considérable, certes. Le mouvement se structure, s’implante, compte un maire qui va donner sa signature à Emmanuel Macron, certes. Mais même là, rien n’est figé. Au niveau national, la position de l’ancien ministre de l’Economie sous le gouvernement Valls “freine le ralliement de certains élus” d’après un membre du comité En Marche de Seine-Maritime. Là encore, il va falloir attendre le déroulement de la campagne pour voir les choses se décanter.

Le Havre se met en marche

Et attendre, c’est la principale information qu’il faut retenir de cette conférence de presse. Un groupe de travail est en train de plancher sur un livre, un document sur la santé va arriver, un autre sur la transition écologique. Même pour connaître les candidats aux législatives dans les 7e, 8e et 9e circonscriptions de Seine-Maritime, il faudra attendre le mois de mars. Et pour savoir si En Marche est capable de se positionner comme une force politique durable au Havre, il faudra attendre encore et s’attarder sur sa présence aux européennes de 2019 et aux municipales de 2020.

FAIRE DE LA POLITIQUE AUTREMENT

En fait, c’est un grand défi que constitue le mouvement En Marche dans son ensemble car ses membres n’ont pas vocation à faire de la politique pendant des années. C’est en tout cas ce qu’affirme Emmanuel Macron pour sa part et c’est dans cette logique que se placent Eric Rucklin et les membres du comité du Havre. Le responsable de En Marche Le Havre n’est même pas sûr d’être toujours là à la rentrée prochaine par exemple. Et on peut penser de même d’une base militante composée à 90% de jeunes. Le mouvement a donc vocation, lui, à se renouveler constamment tout en continuant à porter ses idées. C’est ambitieux.

“La vision que porte Emmanuel Macron, on n’a jamais vu ça en politique depuis 30 ans” Eric Rucklin

Dans la gouvernance, peut-être. D’après Eric Rucklin, au sein de En Marche, tout le monde est au même niveau, tout le monde peut apporter ses idées, ce qui n’est pas sans rappeler ce qu’avait expliqué Gérald Maniable pour le mouvement France Insoumise de Jean-Luc Mélenchon. Mais la vision en elle-même, qui consiste à n’être “ni de droite ni de gauche”, on l’a déjà vue en 2007 avec le MoDem de François Bayrou qui avait comme autre point commun avec En Marche d’avoir su fédérer les jeunes. Et elle n’avait pas survécu aux élections européennes de 2009. Attendons donc et voyons si En Marche subit le même destin.

Un petit partage ?
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Maxime Malfoy

Journaliste passionné, Maxime jongle entre radio, vidéo et presse écrite depuis 7 ans. Et pour ce tout terrain de 30 ans, l'important est de transmettre l'information en direct et sans filtre. C'est pour cette raison que Maxime a lancé Seinomedia.fr en janvier 2017.
View all posts by Maxime Malfoy →