EM NORMANDIE: ATTENTES ET ESPOIRS

8/09/2017 – Si l’année s’annonce bonne pour l’EM Normandie, pas question de se reposer sur ses lauriers. En effet, les différents chantiers engagés par l’école vont devoir faire avec les réformes promises. Puis le calendrier de construction de la Cité Numérique où seront implantés les futurs locaux risque d’être très serré…

CONTENU EDITORIAL

Bon, la rentrée 2017 et le développement opéré depuis 13 sont positifs pour l’EM Normandie. Tout l’a bien compris semble-t-il. Et on ne va blâmer personne pour ça. Pourtant, on arrive à une période charnière pour l’école. En effet, les 2 prochaines années vont faire l’objet de nombreux changements. Sur le fond comme sur la forme.

A lire: La rentrée, c'est good ?

L’EM NORMANDIE ATTEND SON NOUVEL ECRIN

L’EMN a raison de se réjouir de son attractivité grandissante. D’autant qu’elle arrive à sa capacité maximale d’accueil notamment au Havre. En effet, près de 300 étudiants sont même délocalisés dans l’enceinte de l’Ecole Nationale Supérieure Maritime (ENSM). Le directeur général de l’école Jean-Guy Bernard le concède.

“Là, on ne peut plus augmenter les effectifs. Le bâtiment actuel date d’après-guerre et on ne peut plus pousser les murs”

Autant dire que l’attribution de nouveaux locaux était une demande de longue date qui devrait enfin se réaliser en 2019. Car le bâtiment de la future Cité Numérique l’abritera.

A lire: Elletipabelle ma Cité Numérique ?

Mais bon, ces 2 années risquent d’être chargées et stressantes. Car le bâtiment prévu devrait être long à construire et le chantier n’a pas encore débuté. Quoique ce sera le cas à l’automne. Mais bon, il faudra bien préparer ce changement de lieu à l’horizon 2019. De ce point de vue là, la direction de l’EMN a bien pris les choses en amont. Car oui, tout est plus ou moins ficelé quant à la façon dont il va être investi. A tel point d’ailleurs que la préparation des installations dédiées au numérique gérée par la CODAH en paraîtrait presque ridicule.

A lire: Cité Numérique + EMN = ?

L’EM NORMANDIE ATTEND SA SMART ECOLE

Car oui, un beau bâtiment tout neuf pensé à l’avance comme ça sert une vision bien précise défendue par Jean-Guy Bernard. Celle de la Smart Ecole. On n’est plus à une paire de mots globish près; la Smart Ecole, qu’est-ce que c’est ? C’est tout simplement l’idée de proposer toutes les ressources numériques nécessaires à de nouvelles méthodes pédagogiques. Le directeur général de l’EM Normandie a lancé le projet en 2013 et les futurs locaux doivent répondre à cette exigence. Pourtant, le projet a déjà bien avancé depuis 4 ans. Même si toutes les conditions ne sont pas réunies pour lui donner sa pleine mesure.

“Le Havre est digitalisé en partie tout comme Caen. L’objectif, c’est surtout de rester à la page par rapport à nos concurrents. C’est un moyen pédagogique parmi d’autres mais il est au service d’un apprentissage de qualité”

Au contraire, les campus de Paris et Oxford beaucoup plus récents sont totalement digitalisés. Avec la Cité Numérique, Le Havre sera donc le 3e site à prendre ce virage. Car on est déjà dans la 2e phase du projet à en croire Jean-Guy Bernard: celui de la compétitivité. Plus les équipements numériques seront présents plus l’école saura attirer les étudiants à travers le monde. Autant dire qu’un chamboulement du calendrier de livraison de la Cité Numérique aurait des répercusssions sur les prétentions de l’EMN quant à son attractivité et sa compétitivité. Du moins pour un temps.

LA REFORME DE L’ESPOIR… OU DU DANGER

Pour conclure, arrêtons-nous rapidement sur un autre chamboulement qui pourrait ébranler l’EMN prochainement. Ou pas. La réforme de la formation professionnelle promise par le gouvernement Philippe devrait être présentée d’ici l’automne. Décidément, l’automne sera très regardé. Pas question de faire de projections puisqu’on n’en connaît pas grand chose mais Jean-Guy Bernard garde un oeil dessus. Parce que la formation en alternance est un axe majeur du développement de l’école depuis plusieurs années.

“On fait partie des 2 ou 3 écoles qui ont mis le paquet sur l’alternance et les étudiants ont bien compris généralement l’intérêt”

L’EM Normandie a ainsi développé ses réseaux pour offrir 80% des contrats obtenus par la petite centaine d’étudiants concernés. Un réseau qui demande cependant un suivi particulier. Auprès de l’élève d’une part puisqu’il s’agit de cibler le métier qui lui convient le mieux. Mais aussi auprès de l’entreprise partenaire. Car un travail d’identification est opéré en amont pour proposer les meilleurs profils aux bons interlocuteurs. Une réforme profonde de la formation professionnelle viendrait à coup sûr remettre en cause ce qui a été construit. Ou peut-être le conforter qui sait ? Quoiqu’il en soit, cette réforme annoncée prouve que l’EM Normandie a senti le vent venir. Un bien ou un mal, ça c’est une autre histoire.

Sur la photo: Site de l’Ecole de Management de Normandie au Havre