COMMENT MACRON PEUT-IL CONVAINCRE ?

10/04/2017 – Emmanuel Macron a un positionnement ambigü. “Ni de droite ni de gauche”, il était pourtant encore membre du gouvernement socialiste l’été dernier. Il entend incarner un renouveau mais traîne avec lui sa proximité avec l’actuel président de la République, François Hollande, dont il a été conseiller puis ministre. A partir de là, comment convaincre ?

Un ralliement et un appel

Au-delà de son passé, dont on pense ce que l’on veut, Emmanuel Macron veut se placer au centre de l’échiquier politique. Issu d’un gouvernement de gauche, taxé d’avoir une vision de droite, il déroute autant qu’il hérisse. Pourtant, Luc Lefebvre, adjoint au maire de Sainte-Adresse et membre de En Marche, y voit plutôt une certaine cohérence.

“La gauche dit que nous sommes de droite et la droite dit que nous sommes de gauche. Ca prouve bien que nous ne sommes ni l’un ni l’autre”

Mais pour l’élu dynonisien, ce n’est pas son positionnement qui fait la force du candidat à la présidentielle. C’est son programme.

“Emmanuel Macron, c’est le candidat le plus européen et c’est un ancrage marqueur. Son programme économique est structuré, cohérent puis tient à renforcer la cohésion de la France qui est en convalescence”

La conseillère municipale déléguée du Havre, Josepha Retout, le suit dans cette analyse. Car, faisant fi des clivages, En Marche n’aurait que pour seul ambition l’intérêt commun.

“On essaie d’être là pour la population”

MACRON: QUEL HERITAGE ?

Cependant, c’est un fait, Emmanuel Macron a fait sa part dans le quinquennat de François Hollande. Conseiller du président de la République puis ministre de l’économie, il n’est pas étranger à la mise en place du CICE. Le Crédit Impôt Compétitivité Emploi consiste en une baisse de charges pour les entreprises. Mais, alors que le patronnat avait promis 1 million d’embauches grâce à ces économies, son effet est considéré comme nul par les syndicats et la gauche radicale. D’ailleurs, s’il ne souhaite pas l’abandonner, le candidat En Marche souhaite le modifier. Pour Luc Lefebvre, cette critique n’a pas lieu d’être.

“Quand on est conseiller, on n’est pas politique. On ne prend pas de décision, on ne fait que les suggérer. Puis le CICE était une bonne chose. D’ailleurs, on veut le perenniser, et l’élargir. Pas le changer”

L’élu de Sainte-Adresse pense au contraire qu’Emmanuel Macron est rassembleur. Ainsi, il est persuadé que la position centrale du candidat est ce qui le fera gagner.

“Il est dans la logique de Valery Giscard d’Estaing qui prônait un élargissement du socle électoral. Depuis, aucune élection n’a été gagnée sans les voix du centre. Et c’est ce qu’on a oublié lors des deux primaires”

Bon, c’est vite oublier qu’il y avait des candidatures qui draguaient le centre lors des primaires. Alain Juppé est celui qui le faisait le plus ouvertement à droite tandis que Manuel Valls était en mesure de le faire à gauche. Et les électeurs n’en ont pas voulu. Mais passons.

SINCERITE ET DEMOCRATIE

Et au Havre, on fait quoi ?

Il y a le positionnement, il y a le passé mais il y a aussi le propos. Particularité ? Celui-ci est actuel. Là encore, pour ses “partisans”, il n’y a pas photo entre Emmanuel Macron et ses concurrents. le directeur de la stratégie En Marche Le Havre, Thibault Chaix est celui qui l’explique le mieux.

“Par exemple, quand Fillon parle numérique, j’entends ses conseillers. Quand Macron en parle, c’est lui. Sa jeunesse est un gage de vertu et d’engagement”

Cependant, il se pourrait bien que Macron profite de l’abstention au même titre que Marine Le Pen au 1er tour. S’il accède au 2e face à cette dernière, on peut penser qu’il profitera d’un vote de rejet plus qu’un vote de conviction. Thibault Chaix n’y croit pas.

“Etant donné que le programme d’Emmanuel Macron est foncièrement contre celui de Marine Le Pen, voter contre elle ne peut qu’être un vote de conviction”

Et au sujet de l’abstention, Luc Lefebvre non plus n’est pas d’accord.

“On ne peut pas se satisfaire de l’abstention qui est un déni de démocratie. 30% d’abstention à une présidentielle, c’est l’échec de la démocratie. Au contraire, on milite pour que les gens aillent voter. Pour nous ou pour quelqu’un d’autre”

Un mouvement en-dehors des partis qui milite pour le vote quel qu’il soit. Ca rappelle la France Insoumise, ça. Allez, c’était juste pour rigoler.

Photo: LEWEB 2014 – CONFERENCE – LEWEB TRENDS – IN CONVERSATION WITH EMMANUEL MACRON (FRENCH MINISTER FOR ECONOMY INDUSTRY AND DIGITAL AFFAIRS) – PULLMAN STAGE, Creative Commons Attribution 2.0 Generic

Un petit partage ?
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Maxime Malfoy

Journaliste passionné, Maxime jongle entre radio, vidéo et presse écrite depuis 7 ans. Et pour ce tout terrain de 30 ans, l'important est de transmettre l'information en direct et sans filtre. C'est pour cette raison que Maxime a lancé Seinomedia.fr en janvier 2017.
View all posts by Maxime Malfoy →