CAZENEUVE EN SOUTIEN A L’AXE SEINE

6/02/2017 – En visite à Rouen vendredi 3 février, le Premier Ministre Bernard Cazeneuve est longuement revenu sur le développement de la Vallée de la Seine, réitérant le soutien du gouvernement.

DISCOURS

Le Premier Ministre Bernard Cazeneuve, ancien maire de Cherbourg en Normandie, était en visite à Rouen vendredi 3 février. S’il est revenu rapidement sur son passage par Bayeux où il a évoqué les questions touristiques en Normandie, son discours s’est surtout arrêté sur le développement portuaire et notamment celui de la Vallée de la Seine, des ports du Havre et Rouen au sein de HAROPA (ports du Havre, Rouen, Paris).

“La valorisation des atouts de la vallée de la Seine n’est pas un enjeu ordinaire. De la réussite de ce projet dépend à terme, non seulement la prospérité des habitants de cette ville et de cette région, mais aussi, dans une large mesure, la capacité d’attraction de l’économie nationale à travers son axe le plus dynamique”

Ainsi, l’Axe Seine semble être un enjeu important pour le gouvernement et ce depuis le début du quinquennat.

“Ce n’est pas seulement un enjeu régional : la France, première façade maritime d’Europe, ne peut se contenter d’être un acteur de seconde zone dans le domaine du transport maritime de marchandises. Premier ensemble portuaire français, en particulier pour les conteneurs, l’axe Seine doit reprendre des parts de marché à ses concurrents d’Europe du nord”

Et l’Etat s’y est employé, d’après Bernard Cazeneuve, récemment avec la reconnaissance d’utilité publique du tronçon Serqueux-Gisors, le 18 novembre dernier. “Cette ouverture d’un nouvel axe pour le fret ferroviaire conditionne le développement des ports du Havre et de Rouen”. Les travaux devraient débuter prochainement. En axant principalement son effort sur les infrastructures, l’Etat souhaite développer trois objectifs prioritaire autour de la Vallée de la Seine: la gestion optimale de l’espace dédié aux activités, la consolidation de la filière logistique et la garantie d’un tissu économique varié. Et pour cela, le Premier Ministre se réjouit des apports financiers effectués par l’Etat.

“Pour atteindre ces objectifs, nous disposons de moyens financiers prévus par le contrat de plan interrégional : soit un engagement global de près d’un milliard d’euros, dont l’Etat apporte plus de 300 millions, et les deux régions presque autant. C’est ainsi le mieux doté des contrats interrégionaux conclus en 2015”

Ces crédits vont permettre, outre la modernisation du tronçon Serqueux-Gisors, à la modernisation des terminaux dans les ports du Havre et de Rouen et au développement du port d’Achères, près de Paris. En ce qui concerne la Ligne Nouvelle Paris Normandie (LNPN), le calendrier est tenu et, comme François Hollande s’y était engagé lors de la campagne présidentielle 2012, l’Etat “a favorisé la modernisation des lignes existantes.

Le satisfecit du gouvernement

LA COOPERATION AVANT TOUT

Mais pour Bernard Cazeneuve, le développement de l’Axe Seine doit passer par une coopération accrue entre les différents acteurs du territoire. C’est ce qui a été fait au niveau ferroviaire et la reprise en main par la Région Normandie des lignes intercités par le biais d’un accord avec l’Etat à hauteur de 720 millions d’euros. Et globalement, la coopération va dans le bon sens pour le Premier Ministre qui estime nécessaire pour le Grand Paris de se doter d’une ouverture maritime au Havre. La création de HAROPA en 2012 qui scelle la collaboration entre les trois ports est une avancée. Le rapprochement des fédérations patronales portuaires dans une Fédération des Communautés Portuaires de l’Axe Seine (FCPAS) en est une aussi, “Elle gomme des frontières qui n’ont plus lieu d’être et suscite un véritable esprit de place qui autorise la conquête de nouveaux marchés”.

“Dans le cadre du Conseil de Coordination Interportuaire de la Seine (CCIS), nous souhaitons aller plus loin pour renforcer notamment les actions commerciales communes. Laissez-moi partager, cependant, une conviction : ce sont les projets, les actions communes qui créent des opportunités ; le débat institutionnel, que certains voudraient ouvrir dès aujourd’hui, viendra ensuite”

En d’autres termes, l’Etat français soutient le développement de cette coopération et apporte les fonds nécessaires aux projets promis autour de l’Axe Seine. Mais les grands chantiers demandés par les acteurs politiques et économiques territoriaux ne pourront se faire que quand cette collaboration sera effective, pleine et entière.

Photo: Chancellerie de l’Etat de Lettonie, Bernard Cazeneuve en 2012, Creative Commons Attribution-ShareAlike 2.0

 

Un petit partage ?
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Maxime Malfoy

Journaliste passionné, Maxime jongle entre radio, vidéo et presse écrite depuis 7 ans. Et pour ce tout terrain de 30 ans, l'important est de transmettre l'information en direct et sans filtre. C'est pour cette raison que Maxime a lancé Seinomedia.fr en janvier 2017.
View all posts by Maxime Malfoy →