CANAYER: SENATRICE (PRESQUE) A PLEIN TEMPS

19/09/2017 – Agnès Canayer n’est officiellement plus adjointe au maire du Havre depuis hier soir. La sénatrice rattrapée par la loi sur le non-cumul des mandats avait fait son choix depuis longtemps. Mais elle a tenu à l’expliquer. Surtout qu’elle ne s’éloigne pas pour autant de la vie locale havraise.

INTERVIEW

La démission d’Agnès Canayer de son poste d’ajointe au maire du Havre était effective depuis vendredi soir. Cependant, celle-ci s’est vraiment concrétisée avec la consitution de la nouvelle équipe municipale lundi soir. Elle n’en fait bien sûr pas partie bien qu’elle reste conseillère municipale. Elle reste en outre membre du bureau communautaire. Ceci est dû au mandat de sénatrice qu’elle occupe depuis 2014 et qui l’inclue dans la loi sur le non-cumul des mandats. Ainsi, au vu de tous ces changements, Agnès Canayer a tenu à faire un point sur sa rentrée.

UN VIRAGE POUR AGNES CANAYER

La 1ere raison qui incite Agnès Canayer à s’exprimer dans la presse ces derniers jours est avant tout la rentrée parlementaire. En effet, elle a été élue sénatrice en 2014. Et au même titre que Agnès Firmin-Le Bodo la semaine dernière, les membres du parlement en profitent pour exposer leurs orientations. D’autant plus l’ex-adjointe chargée des affaires sociales arrive à mi-mandat.

“C’est toujours l’occasion de faire un point d’étape, d’expliquer quelles sont nos priorités et les enjeux des mois à venir. Mais du fait que je quitte mes fonctions d’adjointe, c’est aussi un moyen de faire part de cette réorientation dans ma vie d’élue”

Cependant, cette démission n’est pas une surprise dans la mesure où la décision était prise depuis longtemps. Dès son élection au Sénat d’ailleurs, si on l’écoute.

“Quand j’ai été élue en 2014, je savais que la loi sur le non-cumul des mandats allait entrer en vigueur. Même si je considère qu’elle aura des effets pervers à plus ou moins long terme. Mais néanmoins, vous avez beau l’anticiper, ça reste une évolution”

Pourtant, en toute connaissance de cause, Agnès Canayer a donc accepté d’intégrer l’équipe municipale de Luc Lemonnier. Ce dernier a en effet pris la succession d’Edouard Philippe parti à Matignon le 28 mai dernier. Son reconduction aux affaires sociales n’aura donc duré que 3 mois et demi.

“Il n’y a pas eu alors de modification complète de l’équipe municipale. Le changement fondamental, il s’est fait avec le départ d’Agnès Firmin-Le Bodo en juillet. Pour ma part, la date butoir, c’est fin septembre donc j’ai pris ma décision avant ce Conseil Municipal”

CANAYER: L’AXE LE HAVRE-PARIS

Pour la sénatrice, c’est une façon de laisser sereinement au récent maire du Havre la possibilité de fonder sa propre équipe. Pourtant, Agnès Canayer ne quitte pas totalement la mairie et encore moins l’agglomération havraise. En effet, elle reste conseillère municipale et communautaire. Poste qu’elle a conservé à la suite de l’élection de Luc Lemonnier à la tête de la CODAH. Là encore, le choix a été mûrement réfléchi.

“C’est une volonté forte de ma part. Même si ça implique que je ne prendrai plus part aux décisions. Mais je trouve que en tant que sénateur représentant les élus locaux, il est important de garder un ancrage local avec eux et les collectivités. Surtout avec Le Havre qui est ma collectivité d’origine local”

Un ancrage qui servira donc son mandat national. Car en étant au moins au contact de ce qui se décide localement, Agnès Canayer estime pouvoir mieux servir sa fonction au Sénat.

“Il y a une plus-value réelle d’avoir un élu national au sein de son équipe municipal. Agnès Firmin-Le Bodo ayant fait le choix de ne conserver le département, il me paraissait important que je reste au sein de la municipalité du Havre pour accompagner et amplifier les messages et la politique de Luc Lemonnier”

Puis Agnès Canayer ne conserve pas que des fonctions politiques. Elle reste aussi présidente de la Mission Locale de la Région Havraise et de l’association régionale qui les regroupe.

UN ANCRAGE LOCAL DEJA EN PLACE DEPUIS 3 ANS

A lire: Sinon au Sénat, ça va ?

Il faut dire que Agnès Canayer parle en connaissance de cause. Arrivant à mi-mandat, elle a pu mettre a profit son cumul des mandats. Elle s’est ainsi rendue compte de l’importance du lien que doivent entretenir parlementaires et élus locaux. Surtout au Sénat.

“Depuis que je suis élue sénateur, j’ai à coeur d’aller rencontrer 1 fois par semaine les élus locaux. J’ai déjà rencontré tous les maires de l’arrondissement havrais. J’ai mis en place ces actions là et je ne vais pas les modifier”

C’est d’ailleurs ce que la sénatrice reproche à la fameuse loi sur le non-cumul des mandats. Car elle voit déjà un problème vis-à-vis de cette réforme: celui de l’éloignement entre entre instances politiques nationales et locales.

“Aujourd’hui, on veut faire 1 élu=1 mandat. Résultat: des parlementaires qui n’ont pas les pieds dans le territoire et ses réalités vont vivre dans une tour d’ivoire. Et j’ai bien peur que le discours des nouveaux parlementaires de la République En Marche qui disent qu’ils sont connectés parce qu’ils ont une activité professionnelle ne durent pas. Tout simplement parce qu’ils ne pourront pas concilier les 2”

Pourtant, pas question non plus de revenir sur cette réforme.

“Je pense qu’elle correspond au souhait de nos concitoyens. Je suis surtout inquiète pour la suite avec les élus nationaux. On risqque de se retrouver avec un bloc d’élus locaux d’un côté et un bloc d’élus nationaux de l’autre qui pourraient ne plus se comprendre”

Ainsi, le message est bien passé. Certes, Agnès Canayer quitte ses fonctions décisionnelles locales. Mais elle ne quitte pas le territoire parce que c’est une nécessité. Notamment pour bien faire son travail de sénatrice à Paris.

Photo: Agnès Canayer, sénatrice de Seine Maritime

Un petit partage ?
  • 115
  •  
  •  
  •  
  •  
    115
    Partages
  • 115
  •  
  •  
  •  
  •  

Maxime Malfoy

Journaliste passionné, Maxime jongle entre radio, vidéo et presse écrite depuis 7 ans. Et pour ce tout terrain de 30 ans, l'important est de transmettre l'information en direct et sans filtre. C'est pour cette raison que Maxime a lancé Seinomedia.fr en janvier 2017.
View all posts by Maxime Malfoy →