2017, c’était chouette pour HAROPA !

10/01/2018 - HAROPA a dévoilé son bilan 2017 et il est bon ! Les dirigeants des ports du Havre, Rouen et Paris voient en effet la plupart de leurs activités évoluer dans le bon sens. Suffisant pour rattraper les pointures européennes ?




DOSSIER DE PRESSE

CONTENU EDITORIAL

2016 est bien au placard. Cette année là, les nouvelles étaient déjà bonnes d'après les ports du Havre, Rouen et Paris (HAROPA). Pourtant, tous les chiffres étaient bien en repli par rapport à 2015. Les mouvements sociaux associés aux conditions météorologiques avaient alors été pointés du doigt pour l'expliquer. Qu'importe. 2017 a bien vu tomber les records et surtout les barres symboliques. HAROPA a notamment atteint pour la première fois les trois millions de conteneurs.

2017: l'année référence de HAROPA

3 millions. C'est le nombre d'EVP (conteneurs standards) que HAROPA a vu passer en 2017. Ce chiffre symbolique était d'ailleurs dans le viseur depuis longtemps. En effet, 2,6 millions avaient transité via les trois ports en 2014, 2,7 en 2015 puis à nouveau 2,6 en 2016. Pour HAROPA, il s'agit d'une augmentation de 15% du trafic conteneurs depuis 2016. Un trafic encouragé par les transporteurs puisque les trois alliances maritimes en service passent par Le Havre depuis avril 2017.

Mais le trafic conteneurs n'est pas la seule satisfaction de HAROPA. D'autres indicateurs bondissent. On pense notamment aux croisières qui affichent un bilan de 437 000 passagers débarqués via Le Havre, Rouen et Paris contre 362 000 en 2016 et 223 000 en 2015. On notera aussi le développement du terminal roulier qui permet le transit de véhicules comme marchandises. Les ports annoncent 300 000 véhicules traités à l'import comme à l'export. Et bien que ce chiffre soit inférieur aux 313 000 annoncés en 2016, il est assuré que le trafic augmente de 18%.

Toutefois, tout n'est pas au vert dans ces résultats. Après un repli expliqué par les crues subies par la Seine en 2016 (-9%), le transport de marchandises solides reculent encore cette année de 4%. Tout comme en 2016, ce sont les céréales chères au port de Rouen qui font plonger l'indicateur. Sans, celui-ci est en hausse de 15% d'après HAROPA. Cependant, la baisse est compensée par l'augmentation des trafics liquides. Avec près de 50 millions de tonnes, ce sont 2 millions en plus qui ont transité par Le Havre, Rouen et Paris depuis 2016. Merci au pétrole, d'ailleurs, qui fait un rebond spectaculaire (+18%). Un rebond expliqué par le fait que les raffineries locales ont été un temps arrêtées l'année précédente.

HAROPA à l'assaut du top européen ?

Les chiffres sont donc bons. Et les perspectives sont plutôt pas mal. A tel point que les ports du Havre, Rouen et Paris exultent.

"HAROPA affiche le meilleur résultat des ports du range nord-européen sur l’année 2017" (communiqué)

On ne confirme pas. On n'infirme pas non plus. Les concurrents de HAROPA que sont Hambourg, Rotterdam, Zeebrugge, Anvers et Bremerhaven ont l'habitude de dévoiler leurs résultats un peu plus tard dans l'année.

Toutefois, on peut déjà dire que les trois ports soutiennent la comparaison avec au moins Zeebrugge et Bremerhaven depuis quelques années. Le premier est d'ailleurs largement dépassé tandis que le second, s'il traite plus de boîtes, fait transiter beaucoup moins de cargaisons.

Cependant, la route est encore longue pour aller tutoyer les mastodontes. HAROPA et ses 92 millions de tonnes de marchandises transportées dans 3 millions de conteneurs semblent bien frêles à côté de Rotterdam, Hambourg et Anvers. Surtout quand on sait qu'ils ont accueilli en 2016 461, 132 et 214 millions de tonnes via 12, 9 et 10 millions de boîtes.

Mais ne rabaissons pas HAROPA pour autant. Car les différents acteurs des ports sont au taquet. Il est notamment prévu de se lancer sur l'importation des fruits et légumes via Le Havre. Un marché actuellement dominé par Rotterdam. Mais il n'y a pas que ça...

LES INVESTISSEMENT TOUJOURS AU RENDEZ-VOUS ?

Le montant de l'investissement soutenu par les ports et les entreprises qui les font vivre avait été un  chiffre marquant en 2016: 527 millions d'euros. En 2017, le chiffre avancé est de 513 millions d'euros. Quoique bien loin des 690 annoncés en début d'année. D'ailleurs, l'effort devrait se maintenir en 2018 avec une enveloppe de 508 millions d'euros. Une somme qui ne permettra cependant pas d'atteindre les 1,6 milliards promis sur trois ans en 2016. Mais bon, à 1,55 milliards d'euros, on ne va pas chipoter.

Pourtant, HAROPA et ses partenaires n'ont pas chômé. En effet, la liaison ferroviaire entre Le Havre et la Suisse prévue pour 2017 va bien voir le jour en 2018. Un partenariat avec le port de Marseille-Fos sur Mer l'agrémente même d'un tronçon vers la cité phocéenne. Toujours dans le développement du trafic vers le sud, HAROPA a officialisé une nouvelle liaison fluviale. A destination de Bonneuil, elle devrait permettre d'acheminer 5 000 conteneurs via la Seine et l'opérateur Bolloré Logistics.

Pour 2018, il s'agira de continuer le développement des infrastructures. Officialisée avant l'été, l'électrification du tronçon ferroviaire Serqueux-Gisors sera suivi de près pour une finalisation en 2020. Celle-ci devrait permettre une vraie politique de transport des marchandises par le rail (fret). Le fret est d'ailleurs l'un des enjeux de l'année dans le cadre du développement multimodal (plusieurs moyens de transport) de HAROPA. Surtout depuis qu'un opérateur oeuvrant sur Rouen souhaite se placer depuis 2017 sur ce mode d'acheminement en plus du fluvial. C'est pourquoi les ports du Havre, Rouen et Paris ont joué des coudes (et des sous) pour maintenir la ligne dédiée entre Etrepagny et Pont de l'Arche.

Enfin, il s'agira aussi de terminer la concertation concernant l'accès fluvial à Port 2000. Elle devait se terminer le 18 décembre dernier mais une prolongation a été décidée avec une dernière réunion prévue le 17 janvier. Le tout avant une décision finale qui doit être prise au moins de juin. Une décision qui pèsera lourd dans le calendrier d'investissements 2019...




Participez à la grande conversation !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.